Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Tour de France : Pogačar "c'est Pogastrong" et ASO "des montreurs d'ours slovènes" tacle Antoine Vayer

Par

Antoine Vayer, l'ancien entraîneur mayennais de l'équipe cycliste Festina dans les années 90, émet de sérieux doutes sur les performances du Slovène Tadej Pogačar qui va remporter dimanche le Tour de France pour la deuxième année de suite. Une démonstration de force inhumaine selon lui.

Le triomphe de Tadej Pogačar sur le Tour de France suscite des doutes Le triomphe de Tadej Pogačar sur le Tour de France suscite des doutes
Le triomphe de Tadej Pogačar sur le Tour de France suscite des doutes © Maxppp - GUILLAUME HORCAJUELO

Le triomphe du Slovène Tadej Pogačar. Il arrivera dimanche 18 juillet après-midi en jaune sur les Champs Elysées à Paris, son deuxième succès d'affilée sur le Tour de France, écrasant haut la main la concurrence, remportant plusieurs étapes dont le chrono chez nous en Mayenne le 30 juin. 

Publicité
Logo France Bleu

Une domination qui suscite le doute, la suspicion

Antoine Vayer, l'ancien entraîneur mayennais de Festina dans les années 90, un repenti du dopage, a suivi les performances de Pogačar qu'il surnomme "Pogastrong" tant ça lui rappelle les années Lance Armstrong : "il y a beaucoup de points de convergence entre Pogacar et Armstrong, des points de similitude, dans la manière de pédaler, dans son entourage, dans ses performances dans les cols, avec les mêmes rictus de non-fatigue. Je ne parle pas de dopage, j'utilise le caractère inhumain de ses prestations car on peut parler d'un spectacle plus que de sport et là je n'ai aucun doute".

"Ceux qui jouent le jeu dans le peloton, eux, ne comprennent pas. Tous ceux qui s'intéressent au cyclisme d'une manière critique, pas le public qui n'en a rien à faire, pensent comme moi". 

Antoine Vayer, qui analyse le Tour pour le site ChronosWatts , estime que l'organisateur, la société ASO, se rend du coup complice de ces performances inhumaines : "ils savent pertinemment ce qui se passe sur la course. Ce sont des organisateurs de spectacles, des montreurs d'ours slovènes. Ils ne sont là que pour générer des profits, c'est une société à but lucratif. Je pense que mes travaux, mes analyses sont appréciés sauf pour ceux qui mangent dans la gamelle. Christian Prudhomme, le directeur du Tour, joue très bien son rôle de VRP pour vendre un produit qui n'est pas de très bonne qualité". 

Publicité
Logo France Bleu