Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Tour de France 2019

Trois questions à... l'ancien président de l'Entente Cyclisme Montluçon-Montmarault où Julian Alaphilippe était licencié

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Julian Alaphilippe a réalisé deux premières semaines du Tour bluffantes. Après deux victoires d'étapes, une deuxième place et presque dix jours en jaune, on se demande jusqu'où s'arrêtera le montluçonnais. On a posé la question à une des personnes qui le connait bien : Thierry Michaud.

Thierry Michaud avec le maillot de Julian Alaphilippe, que le montluçonnais lui a offert en cadeau
Thierry Michaud avec le maillot de Julian Alaphilippe, que le montluçonnais lui a offert en cadeau © Radio France - Mickaël Chailloux

Montluçon, France

Il a connu Julian lorsqu'il avait seulement une dizaine d'années. Thierry Michaud, ancien président de l'Entente Cyclisme Montluçon-Montmarault, a bien connu la nouvelle coqueluche du cyclisme français. Julian Alaphilippe a pris sa première licence de vélo dans ce club. Le jeune cycliste a connu ses premières armes dans  le cyclo-cross, discipline où il devient vice-champion du monde juniors en 2010. Thierry Michaud, qui garde toujours contact avec Julian, dresse le portrait d'un jeune homme "attachant" et "inattendu". 

L'étape entre Tarbes et le Tourmalet a montré une performance encore impressionnante de Julian...

Je pense que comme beaucoup de ses supporters, j'étais fébrile. A certains moments, il donnait des signes de faiblesse, mais n'était-ce-pas un jeu ? En tout cas, de le voir finir deuxième derrière Thibaut Pinot, je dis bravo ! Amazing, comme disent les américains ! 

Mais, maintenant, en réfléchissant à son début de saison, j'y vois plus clair dans son jeu. Julian vit comme un moine depuis le mois de février. La Colombie, la Sierra Nevada...ces stages...il avait goûté au maillot à pois l'an dernier, qu'il avait ramené à Paris...je pense qu'il s'est dit : "La montagne, finalement, je peux faire quelque chose !" J'avais pronostiqué qu'il garderait le maillot jaune jusqu'au pied des Pyrénées. Maintenant, jusqu'où nous surprendra-t-il ? On verra ce que les étapes alpines vont donner. Mais je suis assez confiant et j'espère qu'il le ramènera à Paris. 

Julian sur un podium à Montmarault - Aucun(e)
Julian sur un podium à Montmarault - © Thierry Michaud

"Julian vit comme un moine depuis février"

Est-ce que vous percevez dans le Julian de maintenant les mêmes choses que celui que vous avez connu il y a 15 ans ? 

Oui, un Julian accrocheur. Quand je le vois dans les étapes, qu'il ne lâche rien, ça c'est le Julian que je connais. Comme il dit, "quand j'ai mal aux jambes, c'est que les autres ont mal aux jambes, donc on verra qui aura le plus mal et finira au bout". Le vélo c'est sa passion : à 10 ans, il avait fait Montluçon-Saint-Amand-Montrond avec un vieux VTT. Lorsqu'un enfant de dix ans fait 45 kilomètres, on peut se dire qu'il aime le vélo. 

C'est quelqu'un de très attachant aussi. Il aime bien se retrouver avec ses amis, parler de voitures, de bon vin, de beaux vélos. Il a un bon petit coup de fourchette aussi (rires). Il a toujours aussi un côté festif. Je me rappelle de cette anecdote : à l'époque, il y avait un film "Le Vélo de Ghislain Lambert". Les jeunes regardaient sans cesse le DVD. Et un jour, en course, je les ai surpris à se lancer des répliques du film "Allez Lambert !"... Je ne sais pas s'il le fait toujours, je ne pense pas (rires).  

Quand je le vois aux côtés de Jalabert et Merckx, j'ai du mal à croire que c'est le même qui est sur son petit VTT sur la photo avec son survêtement bleu. Il mûrit. Ses parents doivent être hyper fiers. 

Julian (au centre) entouré de son équipe  - Aucun(e)
Julian (au centre) entouré de son équipe - © Thierry Michaud

Est-ce que vous diriez que cette année, pour lui, il s'est passé quelque chose et que rien ne sera jamais comme avant ? 

Dans le vélo, il y a deux maillots qui comptent : celui de champion du monde et le maillot jaune. Pour l'un, il est passé près. L'autre, il l'a eu pendant dix jours. Il rentre dans l'Histoire. Et le Président de la République, qui s'adressait à Thibaut Pinot, lui demandait de ramener le maillot jaune à Paris. Avoir un Français en jaune sur les Champs, ce n'est pas arrivé depuis Bernard Hinault ! C'est une fierté pour tous les Français. Et puis, un montluçonnais qui prendrait la place d'un autre montluçonnais, Roger Walkoviak, en remportant le Tour de France. Ca serait beau non ? 

Julian Alaphilippe nouvelle coqueluche des Français 

Le Montluçonnais n'y croyait pas d'ailleurs à la ligne d'arrivée. "C'est juste incroyable" racontait-il. "J'arrive avec les meilleurs, c'est difficile de faire mieux" expliquait-il avant de remercier le public de le pousser chaque jour sur les routes du Tour. "J'entends des Julian, Julian du matin au soir. C'est un sentiment spécial. Je suis content de donner du bonheur aux gens et ils me le rendent bien." 

"Je me suis dit "craque pas, craque pas, tu peux pas". J'ai tout donné !"

Ce dimanche, l'étape 15 amènera les coureurs dans l'Ariège de Limoux jusqu'à Foix. (185 km) 

Choix de la station

France Bleu