Société

Un fabricant de vélos en carbone en Creuse !

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Creuse mardi 16 mai 2017 à 12:18

Rémi Josse (à droite) et son associé Grégory Mondot.
Rémi Josse (à droite) et son associé Grégory Mondot. © Radio France - Sarah Vildeuil

Rémi Josse, un jeune creusois de 28 ans, s'est spécialisé dans la réparation et la fabrication de vélos haut de gamme. Il fabrique lui-même ses pièces pour construire des cadres de vélos. Les engins sont assemblés au sein de son entreprise, VLR, à Saint-Maurice-La-Souterraine.

A l'entrée de l'atelier, un vélo bleu ou encore un autre orange attendent d'être réparés. Pour l'assemblage, c'est derrière que ça se passe. Rémi nous fait faire le tour de son atelier de 300 m². Il a fondé VLR il y a 4 ans, à Saint-Maurice-La-Souterraine.

L'atelier de Rémi, à Saint-Maurice-La-Souterraine - Radio France
L'atelier de Rémi, à Saint-Maurice-La-Souterraine © Radio France - Sarah Vildeuil

Rémi présente son dernier modèle. Comme tous les autres, le vélo est en carbone. Dans une montée par exemple, il est plus léger qu'un vélo classique.Rémi fabrique lui-même les différentes pièces du cadre, avec des techniques issues de l'aéronautique.

Artisannat et haute-technologie

Pour le moment, Rémi travaille avec un associé. Il a fondé son entreprise VLR, il y a 4 ans. Le jeune entrepreneur s'est d'abord fait connaître avec la réparation de cadre carbonne. Aujourd'hui, il a des clients dans toute la France. Cela fait un an et demi que Rémi s'est lancé dans la fabrication de vélo. Il en a vendu une douzaine, uniquement à la carte pour l'instant. Pour un vélo classique, en carbone, il faut compter à partir de 2 500 euros.

Grégory et Rémi espère développer leur activité en France et à l'étranger - Radio France
Grégory et Rémi espère développer leur activité en France et à l'étranger © Radio France - Sarah Vildeuil

" Tout le monde pense que ça va être très très cher parce que c'est fabriqué en France, c''est artisanal, explique Rémi. On essaie de faire oublier cette image car on arrive à bien se placer au niveau des prix. Par exemple pour notre dernier modèle électrique, on varie entre 3 500 et 4000 euros. On est très bien placé surtout pour du haut de gamme."

Après avoir fait ses études d'ingénieur en Bretagne et en Franche-Comté, Rémi a préféré revenir aux sources pour fonder son entreprise, Very light Road, comprendre "Une Route très légère". Le nom est certes en anglais. Mais Rémi tient surtout à montrer que tout est possible, même de Saint-Maurice-La Souterraine. Il espère développer son entreprise en France et à l'étranger, peut-être même bientôt aux Etats-Unis.