Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Cyclisme DOSSIER : Tour de France 2019

VIDEO - Tour de France : quand un coureur de la formation vendéenne percute le portable d'un spectateur

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

C'est une journée à oublier pour les coureurs de la formation vendéenne Total - Direct Energie. Quelques minutes après la lourde chute de Nikki Terpstra, son coéquipier, Niccolo Bonifazio a aussi joué de malchance. L'Italien a percuté le téléphone d'un spectateur lors du sprint final.

Le sprinteur de l'équipe vendéenne Total - Direct Energie, Niccolo Bonifazio, lors de la présentation des coureurs à Bruxelles, le 6 juillet.
Le sprinteur de l'équipe vendéenne Total - Direct Energie, Niccolo Bonifazio, lors de la présentation des coureurs à Bruxelles, le 6 juillet. © Maxppp - Alexandre Marchi

Vendée, France

L'image restera comme une des plus marquantes de ce 106e Tour de France. A un peu moins de 200 mètres de la ligne d'arrivée, ce mercredi à Toulouse, le sprinteur de l'équipe vendéenne Total - Direct Energie a heurté le téléphone portable d'un spectateur. Perturbé, Niccolo Bonifazio a cessé son effort et n'a pu se mêler à la course pour la victoire, dans cette 11e étape. 

"Il tape dans la cloison, il est furieux"

L'action n'a duré qu'une seconde mais elle a passablement agacé Niccolo Bonifazio. Après avoir pris le téléphone portable d'un spectateur en pleine tête, le coureur s'est relevé. Il s'est acharné sur le guidon de son vélo pour passer ses nerfs. Plusieurs minutes après être descendu du vélo, le coureur de la formation vendéenne était encore hors de lui. "Il est furieux, il m'a dit : là, c'était minimum deuxième, minimum deuxième, confie son manager général, Jean-René Bernaudeau. Il tape dans la cloison, il est furieux, il a fait un sans faut mais c'est ça les sprints. Ça fait partie du jeu."

Au micro de France Bleu, l'Italien tente de se remémorer la scène. "Je voulais doubler Caleb Ewan [le vainqueur de l'étape], je me suis déporté sur la droite à 200 mètres de l'arrivée et j'ai touché quelque chose", détaille celui qui termine finalement 12è de cette 11è étape entre Albi et Toulouse. Définitivement, une journée à oublier pour les Vendéens. A une trentaine de kilomètres de l'arrivée, Nikki Terpstra a été pris dans une chute collective. Le coureur, gravement touché, a été contraint d'abandonner. "Il a au minimum une clavicule cassée", explique Jean-René Bernaudeau

Choix de la station

France Bleu