Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La Vuelta à Irun : "La passion du cyclisme au Pays Basque rend ce changement de plan plus agréable"

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Alors que le grand départ de l'édition 2020 de la Vuelta sera donné au Pays Basque, à Irun, son directeur Javier Guillén, évoque cette première étape, les changements, les circonstances...

Javier Guillen, le directeur de la Vuelta
Javier Guillen, le directeur de la Vuelta © Maxppp - Manuel Bruque / EPA

C'est donc officiel : Irun accueillera le grand départ du Tour d'Espagne 2020. La 75e édition de l'épreuve devait initialement avoir lieu du 14 août au 6 septembre, avec un départ depuis les Pays-Bas (Utrecht) pour trois étapes. Cependant, la crise provoquée par le coronavirus a forcé Unipublic à revoir le calendrier cycliste. Son directeur général, Javier Guillén, explique les choix réalisés.

France Bleu Pays Basque : Irun - Arrate à Eibar, ce sera donc la première étape de la Vuelta 2020... 

Javier Guillén : La raison est claire : la crise sanitaire du coronavirus, qui a amené le gouvernement des Pays-Bas à interdire les événements sportifs jusqu'au 1er septembre. Une fois que nous savions que nous n'allions pas partir d'Utrecht, nous avons pris la décision, pour des questions de responsabilité, d'engagements pris, mais aussi de temps afin d’éviter l’improvisation, que nous n’allions pas remplacer les trois étapes néerlandaises. Ce qui nous donne une édition 2020 de la Vuelta de 20 jours, composées de 18 étapes et deux jours de repos. Et avec l’envie de conserver le programme et le tracé présenté en décembre dernier. De ce fait, notre première étape reliera Irun à Eibar (la 4e étape dans le tracé initial) pour arriver sur la montagne d’Arrate.

Le profil n’est pas trop compliqué pour un grand départ de Tour ? Avez-vous imaginé changer le format de l’étape, ou privilégier un contre-la-montre ?

Le parcours de l’été a été négocié avec les mairies des deux villes, Irun et Eibar, mais aussi la Députation forale du Guipuscoa et de ce fait nous ne voyons pas l'intérêt de modifier le tracé ou l'étape présentée en décembre dernier. Le fait de savoir que nous compterons dès le premier jour avec la passion du cyclisme au Pays basque permet aussi d’accepter plus facilement ce changement de programme. Je ne vois pas la différence entre commencer avec cette étape ou la mettre en deuxième journée […] C'est peut-être atypique de débuter par une journée dure comme celle-ci, 169,5 km avec des gros pourcentages sur les montées. Mais c'est aussi atypique de faire un tour d’Espagne à 18 étapes, en plein automne. Il n'empêche que c'est un attrait supplémentaire pour la première étape.

" Il est clair pour nous que le Tour d’Espagne cette année se fera avec 18 étapes" ─ Javier Guillén, directeur d'Unipublic

Est-ce que le reste du parcours de la Vuelta est modifié ? D’autres étapes peuvent-elles être annulées, celles prévues en France et au Portugal ? 

En principe, la Vuelta va bien avoir lieu dans les 18 étapes restantes. Nous ne connaissons toujours pas les dates définitives de l’épreuve, mais l’idée c’est qu’il n’y ait pas de gros bouleversement. Ces changements pourraient éventuellement venir du fait que certaines villes aient déjà prévues des événements sur les futures dates annoncées, nous n’écartons rien […] mais au jour d’aujourd’hui, nous avons des contacts permanents avec les différentes institutions, qui ont à cœur de rester investies dans la participation à la Vuelta. Mais ce que je peux vous garantir c’est que les variations ne seront pas des annulations, et qu’elles seront remplacées. Parce qu’il est clair pour nous que le Tour d’Espagne cette année se fera avec 18 étapes. 

Quand serons-nous fixés sur les dates de l’épreuve ?

Nous sommes toujours en train d’en parler avec l’Union Cycliste Internationale (UCI) pour déterminer quelles seront les dates exactes de début et de fin. Nous avons un groupe de travail qui a l’intention de rendre public la période choisie la semaine prochaine. Mais nous savons déjà que la séquence Tour de France – Giro – Vuelta est celle envisagée et nous respecterons cet ordre. 

"Même à cette période de l'année, les conditions météo permettent la pratique du cyclisme"

Octobre, novembre, après le Giro… les conditions météo seront pour le moins particulières. Alejandro Valverde a même indiqué que "les conditions à cette période, dans les hauteurs surtout, seraient loin d’être idéales".

Les questions liées à la météo ne nous ont pas réellement préoccupées. En Espagne, comme dans le sud de la France ou dans le nord du Portugal, je crois que les conditions permettent malgré tout parfaitement la pratique du cyclisme. C’est vrai, nous ne serons pas dans un mois d’été, avec la chaleur que nous avons l’habitude d’avoir, mais les données que nous avons nous invite à penser que nous n’aurons pas à reporter, à modifier les étapes à cause de la neige, du vent ou de n’importe quelle autre raison. Et déplacer les étapes vers d’autres types de régions, plus chaudes, ce n’est pas quelque chose qui s’improvise. Nous avons des accords et nous voulons les respecter. Les coureurs n’auront évidemment pas l’obligation de faire toutes les courses, de les enchaîner en cette fin d'année. De plus, nous voulons également la meilleure exposition possible pour nos partenaires et je crois que la façon de faire la plus sûre est de maintenir le tracé tel qu’il était initialement prévu.

Avez-vous envisagé qu’il n’y ait pas de Tour d’Espagne cette année ? 

Les organisateurs de la Vuelta travaillent seulement pour que l’épreuve se fasse. S’il n’y a pas de Tour d’Espagne, cela dépend de la crise sanitaire. Nous ne savons pas comment la situation va évoluer et ce n’est pas dans notre tête à l’heure qu’il est. Car si nous pensions que la Vuelta n’allait pas avoir lieu, nous ne travaillerions pas pour que tout se passe dans les meilleures conditions. Avec, ou sans vaccin pour le coronavirus. Et le plus important reste la santé de tous. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess