Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

24H du Mans : Toyota en pôle provisoire

jeudi 14 juin 2018 à 0:34 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine et France Bleu

Toyota domine la première séance de qualification des 24 heures du Mans. Le constructeur japonais fait même coup double mercredi soir en hissant ses deux voitures aux deux premières places. Sans toutefois battre le record de la piste.

Comme lors de la journée Test, la Toyota #8 a signé le meilleur chrono de cette première séance d'essais qualificatifs
Comme lors de la journée Test, la Toyota #8 a signé le meilleur chrono de cette première séance d'essais qualificatifs © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Ce n'est pas une surprise, les deux TS 050 et leur moteur hybride de 1000 chevaux sont bien les plus rapides avec plus de deux secondes d'avance au tour sur les LMP1 privées. Et encore, les pilotes de l'écurie japonaise n'ont pas mis le pied au plancher puisque la plus véloce des Nippones, la Toyota #8 affiche un chrono de 3' 17" 270 soit près de trois secondes de plus que le record de piste établi l'année dernière par le poleman Kamui Kobayashi. Et pas sûr que le temps puisse être amélioré ce jeudi soir lors des deux dernières séances de qualification qui pourraient être pluvieuses. La BR engeinerring #17  de l'écurie russe du SMP Racing complète ce podium provisoire mais avec plus de deux secondes de retard sur le leader. 

  1. Toyota TS050 #8 : 3'17"270
  2. Toyota TS050 #7 : 3'17"377
  3. SMP Racing BR Engineering #17 : 3'19" 483

Tout autre résultat qu'une victoire ne serait pas acceptable 

Sébastien Buémi est l'un des trois pilotes de la Toyota #8 avec Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. Le Suisse rêve d'apporter au constructeur japonais son premier succès dans la Sarthe - Radio France
Sébastien Buémi est l'un des trois pilotes de la Toyota #8 avec Fernando Alonso et Kazuki Nakajima. Le Suisse rêve d'apporter au constructeur japonais son premier succès dans la Sarthe © Radio France - yann lastennet

Toyota est le grand favori de cette 86e édition des 24 heures du Mans et pour cause ! Après le retrait de Porsche, c'est le seul constructeur à engager deux voitures dans la catégorie reine. Deux TS050 Hybrid qui en terme de performance (et malgré les équivalences) sont nettement supérieures aux huit LMP1 privées engagées. Sébastien Buemi, pilote de la Toyota #8 aux côtés de Fernando Alonso et Kazuki Nakajima, le reconnait : " tout autre résultat qu'une victoire ne serait pas acceptable même si je n'ose plus dire que cette année, c'est la bonne". Car Toyota, plus que tout autre équipe, sait qu'au Mans tout peut se passer. Comme en 2016 où la voiture japonaise était en tête avant de caler à un tour de l'arrivée, laissant à Porsche une victoire qui lui tendait les bras. Alors cette année, Sébastien Buemi veut décrocher le premier succès au Mans du constructeur nippon.  "Il n'y a pas de stratégie entre les deux voitures, la #7 et la #8. Chacune peut jouer la gagne en fonction du scénario de course sachant que nous sommes de grands garçons et que l'important est que l'équipe gagne".

Pour Sébastien Buemi, l'un des pilotes de la Toyota #8, le seul résultat acceptable pour l'équipe japonaise est de gagner les 24 heures du Mans

On a beau avoir la meilleure voiture, le meilleur trio de pilotes, rien n'est gagné !

Jean Eric Vergne, un des pilotes, du G Drive Racing quitte le baquet de sa Formule E pour celui d'une LMP2 - Radio France
Jean Eric Vergne, un des pilotes, du G Drive Racing quitte le baquet de sa Formule E pour celui d'une LMP2 © Radio France - yann lastennet

En LMP2, la bataille est très indécise entre les vingt voitures engagées. Parmi les favoris, il y a l'Oreca #26 de l'équipe russe G-Drive Racing. Vainqueur de la catégorie à Monza (ELMS) et à Spa (première épreuve du WEC), Jean Eric Vergne et ses coéquipiers Roman Rusinov et Andrea Pizzitola ont fait le plein de confiance avant Le Mans. Mais l'ancien pilote de Formule 1 (58 GP avec Toro Rosso) qui participe pour la deuxième fois aux 24 heures, reste prudent. " On a beau avoir la meilleure voiture, le meilleur trio de pilotes, rien n'est gagné tant qu'on a pas franchi la ligne d'arrivée. Le Mans a une place particulière dans nos coeurs de pilotes. C'est une des trois courses qui fait partie des trois couronnes avec le Grand Prix de Monaco et les 500 miles d'Indianapolis. C'est une course que tout pilote rêve de gagner".

Jean Eric Vergne rêve de gagner les 24 heures du Mans en LMP2, une des trois plus belles courses au monde selon lui

En LMP2 : à l'issue de cette première séance de qualification 

  1. Oreca 07 #48 IDEC SPORT 3'24"956
  2. ORECA 07 #28 TDS RACING 3'25"240
  3. ORECA 07 #26 G-DRIVE RACING 3'26"447

En GT : Porsche domine la première séance de qualification

La bataille entre constructeurs, elle a lieu en GT. Aston Martin, Ferrari, Porsche, Ford, Corvette et BMW qui fait son retour au Mans vont se disputer la victoire dans cette catégorie. A l'issue de cette première séance de qualification, c'est Porsche qui prend l'avantage

  1. Porsche #91  3'47"504
  2. Porsche #92  3'49"097
  3. Ford #66       3'49"181

Suite des réjouissances ce jeudi avec les deux dernières séances de qualification entre 19 heures et 21 heures puis entre 22 heures et minuit. A l'issue, nous connaîtrons la grille de départ de la 86e édition des 24 heures du Mans. Une course à suivre en direct sur France Bleu Maine, samedi à partir de 14 heures.