Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trois supporters de l'OM en garde à vue à Lyon

mardi 12 juin 2018 à 20:19 Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

Après l'épisode des Yankee, dont l'association n'est plus reconnue par l'Olympique de Marseille, ce sont maintenant trois leaders d'un autre groupe de supporters, les Ultras, qui ont été placés en garde à vue à Lyon.

Les supporters marseillais avaient "embrasé" le stade avant la finale entre l'OM et l'Atletico Madrid
Les supporters marseillais avaient "embrasé" le stade avant la finale entre l'OM et l'Atletico Madrid © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Trois supporteurs marseillaissoupçonnés d'avoir organisé l'introduction de fumigènes lors de la finale de l'Europa League entre l'OM et l'Atletico Madrid, à Lyon le 16 mai dernier, ont été placés en garde à vue lundi puis relâchés. Même si cette fois l'intervention vient de la justice et de la police, c'est le deuxième groupe de supporters marseillais visé en quelques jours, après la décision du club de ne plus reconnaître les Yankee.

Entendus et libérés

Les trois supporters ont été arrêtés lundi matin, chez eux. Et la police bien sûr n'a pas frappé au hasard. Parmi eux, Christophe Bourguignon, le président du CU84, les Ultras de l'OM, mais aussi deux autres fidèles de ce groupe placé en bas du virage sud au stade Vélodrome. Tous trois ont aussitôt été transférés à Lyon, pour être entendus par la sûreté départementale

En fait, à l'origine de ces interpellations, une enquête préliminaire déjà ouverte avant même la finale : une enquête pour association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations en bande organisée, participation à un groupe violent en vue de commettre un délit et introduction et usage d'engins pyrotechniques. Car ce scénario était prévu et craint par la police.

Des fumigènes au Groupama Stadium du Lyon

Effectivement, le soir de la finale, le match a débuté dans un épais brouillard. Pas à cause de la météo. Mais bien en raison des très nombreux fumigènes craqués par les supporters marseillais.

Les trois hommes arrêtés sont soupçonnés d'avoir donné des consignes pour permettre d'introduire ces fumigènes dans le stade et d'avoir donné des instructions pour que les engins soient allumés tous en même temps. Pour l'instant, ils nient les faits, en bloc et ont été remis en liberté, mais l'enquête se poursuit, sous la direction du parquet.