Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : La saison 2018-2019 du FCSM

90 ans du FCSM : six anecdotes à connaître sur le FC Sochaux Montbéliard

vendredi 12 avril 2019 à 11:33 Par Rachel Noël, Hervé Blanchard et Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

Le FC Sochaux fête ses 90 ans d’existence le week-end du 12 et 13 avril. Le club a marqué de son empreinte durant des années pour tout un territoire. Au-delà de l’épopée du club de football, ces 90 années ont aussi été émaillées d’anecdotes et de petites histoires connues ou moins connues.

Chaque année, les anciens du FC Sochaux Montbéliard se retrouvent pour un match des anciens
Chaque année, les anciens du FC Sochaux Montbéliard se retrouvent pour un match des anciens © Maxppp - Lionel Vadam / PHOTOPQR

Sochaux, France

Savez-vous quel est le joueur qui a transformé le vestiaire du FC Sochaux en soirée mousse ? Celui qui est venu fêter une victoire en peignoir, les pieds dans la neige avec les supporters ? Connaissez vous le nom du président de la République qui a relancé le ballon sur le terrain lors d’une finale de championnat ? 

Toutes ces petites anecdotes font aussi partie de la légende du club. On a compilé ici les moments croustillants et quelquefois méconnus de l’histoire du club.

Le palmarès du FC Sochaux, est impressionnant. Il a remporté deux fois le championnat de France, deux fois la coupe de France, une fois la coupe de la ligue et totalise 9 qualifications en coupe européennes. Au-delà de la grande histoire sportive, il y a aussi les petites histoires ou anecdotes qui font la saveur du club. France Bleu vous en a compilé quelques unes, dont certaines sont moins connues que d’autres.

Bain de mousse dans le jacuzzi de Bonal

Une soirée mousse dans les vestiaires du stade Bonal pour fêter la remontée : c'est ce qui arrive un soir de mai 2001. Sochaux, déjà assuré de retrouver l'élite est sacré champion de France de D2. Le défenseur Patrick Guillou, le comique de service décide de mettre du savon dans le Jacuzzi

Freddy Vandekerkhove l’intendant du FCSM (en poste depuis 20 ans) raconte la folie qui s’empare du vestiaire de Bonal "Ça a rempli le vestiaire de mousse. On était dans un bain de mousse. Tout le monde a fini dans le jacuzzi. Là c’était un bordel extraordinaire (il en existe d’ailleurs des images). C’était vraiment jovial".

Le retour en héros de 2004

Le bus du FC Sochaux qui fend la foule amassée partout dans le ville : c'est l'une des belles images qui marqueront le retour de l'équipe après le succès en coupe de la Ligue en 2004. Avant cela, il y a eu la finale perdue en 2003 contre Monaco, et une remontée de bretelle de l'entraîneur et du président. Freddy Vandekerkhove, l’intendant du FCSM se souvient de l'ambiance plombée du retour et d'une colère terrible de Guy Lacombe au retour à l'hôtel. "Dans le bus, Jean-Claude Plessis nous dit : vous voyez ce stade de France, l’année prochaine on y retourne et on la gagne." 

Ensuite arrive la finale de 2004, un match très stressant, où la séance de tirs au but est très longue. Le lendemain, à leur retour, les Sochaliens sont accueillis en héros. "Ce retour le lendemain avec le bus impérial, avec des gens qui nous attendent sur le tarmac de l’aéroport de Courcelles, avec des gens partout en ville, c’était que du bonheur et du frisson" se souvient Freddy Vandekerkhove.

Le peignoir de Patrick Revelli 

Patrick Revelli, en peignoir, les pieds dans la neige, saluant les supporters de Sochaux : l'image est mythique. Elle illustre un chapitre glorieux de la campagne européenne de 1980/1981. Sochaux va jusqu’en demi-finale après avoir créé l’exploit en 8e face aux Allemands de l’Eintracht Francfort. Patrick Revelli, surnommé "le vieux gaulois" marquera les deux buts de la qualification ce soir là. Sochaux se qualifie pour les quarts face au tenant du titre. Ce soir là, la neige tombe drue, la pelouse est blanche, et le Sochalien va faire le spectacle.

Fabien Dorier, l’attaché de presse du FCSM auteur de l’ouvrage "Le Football Club Sochaux-Montbéliard en 90 dates" raconte cette folle soirée : "Il y a toute la mythologie de la pelouse, _ces crampons limés pour tenir sur la neige_, des Allemands qui glissent. De Patrick Revelli, qui inscrit un doublé qui gagne du temps, qui fait des grimaces, qui inscrit un doublé et qui revient à la fin du match en peignoir, dans la neige pour saluer les supporteurs".

Le ballon dans les bras de De Gaulle

En finale de coupe de France face à Lyon en 1967, le ballon arrive dans les bras de Charles de Gaulle qui assistait au match.  Il se signala en renvoyant le ballon balancé en tribune par le Lyonnais Hector Maison en fin de match (le FCSM s'incline 3-1).

Charles de Gaulle a d'ailleurs assisté à une autre rencontre de finale de coupe de France en 1959 face au Havre. Ce match, est d’ailleurs une anecdote à lui tout seul. A l’issue de la rencontre en dernière minute des prolongations, Sochaux croit avoir remporté la victoire en égalisant, mais l’arbitre a sifflé juste avant que le ballon ne franchisse la ligne. Le match sera rejoué 15 jours plus tard et remporté par Le Havre.

Les larmes de Madar

Le 11 juin 1988, au terme d'un match épique le FCSM perd en finale de la Coupe de France de football face au FC Metz.  Mickaël Madar, 20 ans à l'époque est le dernier tireur. Sa frappe est détournée par Michel Ettorre, le gardien messin. L'attaquant sochalien s'écroule sur la pelouse du Parc des Princes et pleure à chaudes larmes durant de longues minutes. L'image aujourd'hui encore est gravée dans la mémoire de ceux qui ont assisté à la rencontre.

Albert Rust oublié à l’hôtel avant un match de coupe d’Europe

Le 4 mars 1981, le FC Sochaux joue un match d'importance en quart de finale UEFA face au Grasshoppers de Zürich. Et Albert Rust a bien failli ne pas figurer sur la feuille de match. Juste avant de partir pour le stade, le gardien sochalien est parti aux toilettes et quand il en ressort, le bus est parti au stade sans lui. Albert Rust se souvient comment il est arrivé penaud en taxi devant le stade : "A l'entrée du stade, j'ai dû expliquer que j'étais joueur au FC Sochaux, et qu'il fallait que j'aille jouer mon match. Je me suis faufilé ni vu ni connu dans le vestiaire. Personne ne s’était aperçu de rien".