Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Dijon, le Stade Rennais entame son marathon

-
Par , France Bleu Armorique

En se déplaçant à Dijon ce vendredi pour la 7e journée de Ligue 1, le Stade Rennais démarre une série infernale de sept matchs en vingt-trois jours. Jusqu'à fin décembre, les hommes de Julien Stéphan disputeront même dix-sept rencontres en soixante-huit jours.

Le Stade Rennais va disputer 17 matchs en 68 jours jusqu'à fin décembre.
Le Stade Rennais va disputer 17 matchs en 68 jours jusqu'à fin décembre. © Maxppp - Philippe Renault/PHOTOPQR/OUESTFRANCE

C'est un calendrier dantesque qui attend le Stade Rennais jusqu'au mois de décembre, avec dix-sept rencontres en soixante-huit jours, soit un match tous les quatre jours. C'est le prix à payer d'une qualification historique pour la Ligue des Champions, mais aussi de la crise sanitaire, qui a compressé le calendrier français et européen.

Ce marathon démarre à Dijon ce vendredi soir, chez la lanterne rouge de la Ligue 1. Le premier match d'un bloc de sept rencontres jusqu'à la trêve internationale de la mi-novembre. "C'est un enchaînement que l'on a pas connu depuis le début de saison, mais on le savait dans le calendrier. On savait aussi qu'on avait besoin d'avoir un groupe étoffé pour concerner un maximum de joueurs et traverser au mieux cette période là" juge Julien Stéphan. 

Un groupe qui devra compter sans Damien da Silva et Steven Nzonzi (suspendus) , ou encore Faitout Maouassa, James Léa-Siliki et Alfred Gomis (blessés) à Dijon. Romain Salin et Nayef Aguerd sont incertains,, quant à Jérémy Doku et Camavinga, ils ont tous les deux joué mercredi en sélection.

Une manière de travailler profondément modifiée

Face à cette succession de matchs, le staff s'adapte pour les séances d'entraînement : "On aura quasiment plus de séances d'entraînement collectives" explique le coach rennais. "On devra faire beaucoup de récupération, il y aura des rythmes complètement différents en fonction des temps de jeu des joueurs. Ceux qui auront joué ne pourront peu ou pas s'entraîner pendant deux jours, et puis on se retrouvera très vite veille de match, alors que les autres compenseront par des séances plus intenses. Ce ne sera quasiment plus possible d'avoir des séances tactiques, avec du 10 contre 10. C'est pour ça que la préparation estivale était très importante, comme tout ce qui a été fait depuis le début du championnat sur l'élaboration collective du jeu et les repères communs. Maintenant c'est match, match, match et récupération, récupération, récupération." Une récupération qui serait facilitée par une victoire à Dijon ce vendredi soir, dans un stade où Rennes s'est incliné lors de ses quatre derniers déplacements en Ligue 1.

Un dernier déplacement, avant d'accueillir au Roazhon Park le premier match de Ligue des Champions de l'histoire du club, face au FK Krasnodar mardi prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess