Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Épinal, les joueurs du SAS se "faisaient une joie de retrouver la compétition"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le football amateur est bien parti pour vivre une saison blanche. En attendant l'officialisation de l'arrêt des championnats amateurs, les joueurs du SAS continuent de s'entraîner. Mais la situation commence à peser sur le moral et la santé financière du club.

Les Spinaliens n'ont plus joué en championnat depuis le mois d'octobre
Les Spinaliens n'ont plus joué en championnat depuis le mois d'octobre © Radio France - Manon Klein

Le calvaire du football amateur continue. Les joueurs du SAS, à Epinal, n'ont plus joué en championnat (National 2, la 4ème division) depuis le mois d'octobre. Au mois de février, Noël le Graët, le président de la Fédération française de football, était optimiste sur une reprise de la compétition. Un accord avait été trouvé avec le ministère des Sports pour retrouver le chemin des terrains le 13 mars. Mais ces derniers jours, ce n'est plus la même musique. Pour Roxana Maracineanu, la dégradation du contexte sanitaire ne permet plus de tenir un tel calendrier.

Jusqu'à 100.000 euros de pertes supplémentaires pour le club

Alors, c'est une saison blanche qui se profile pour les joueurs Spinaliens. "C'est dur pour les garçons, qui se faisaient une joie de retrouver la compétition, explique Xavier Collin, manager général du SAS. Ces dernières semaines, on avait fait une préparation plus intense, avec plus de travail tactique en vue d'une reprise. C'est un vrai coup de massue." Depuis 4 mois, les joueurs continuent de s'entraîner. Mais la situation devient compliquée à vivre pour le groupe selon Xavier Collin : "La gestion n'est pas facile, tous les joueurs ne s'investissement pas de la même manière. Il y a des garçons qui veulent s'entretetenir, continuer à progresser. D'autres sont moins motivés à cause de la situation."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce flou autour de l'arrêt ou non du championnat perdure. Et les répercussions financières se font sentir. Le club, qui croisait les doigts pour une reprise, n'a pas souhaité mettre ses joueurs au chômage partiel. En début de saison, Epinal avait prévu des rentrées d'argent, avec certains événements comme le loto ou le tournoi du club. "Il y a des billets d'avion qui ont été réservés, des chambres d'hôtels, puisque l'on pensait que les matches de National 2 allaient reprendre. Il y a des dépenses qui ont été engagées", explique Xavier Collin. Le président, Yves Bailly, prévoit jusqu'à 100 000 euros de pertes supplémentaires par rapport aux prévisions. Ce dernier attend "une clarification rapide de la situation".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess