Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : À l'école de l'AJA

À L'ÉCOLE DE L'AJA - L'alimentation, bien réglementée

dimanche 2 décembre 2018 à 19:11 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

ÉPISODE 6 - France Bleu Auxerre vous fait vivre de l'intérieur la vie dans la prestigieuse académie de l'AJ Auxerre pendant une saison. Place à la nutrition. Les 63 pensionnaires suivent une alimentation particulière afin d'être performants même si certains tentent de dribbler les règles.

Le chef Le Gac en plein service
Le chef Le Gac en plein service © Radio France - Bruno Blanzat

Auxerre, France

Comme tous les midis, c'est guichets fermés au restaurant de l'AJ Auxerre. En une une petite heure, une centaine de personnes va passer prendre son plateau et choisir son repas, comme au self du collège ou à la cafétéria d'une aire d'autoroute. Les éducateurs, salariés du clubs, professeurs de l'école privée sont là. Mais les plus nombreux et bruyants, ce sont les apprentis footballeurs, ces jeunes du centre de formation icaunais qui rêvent de devenir professionnels. 

Ces adolescents ne sont pas comme les autres parce qu'ils sont en pleine croissance, parce qu'ils se dépensent davantage avec leurs deux entraînements quotidiens, d'où l'importance d'une alimentation saine et équilibrée. Ces jeunes prennent leur petit-déjeuner, leur déjeuner et leur dîner, au restaurant du club.

Une alimentation saine et équilibrée, primordiale pour ces apprentis footballeurs

"Bonjour Guillerme, que veux-tu manger ?" Le chef Frédéric Le Gac, qui gère le restaurant de l'AJ Auxerre, enchaîne les assiettes. "Comme ça, ça ira, en terme de quantité ?" demande au milieu offensif brésilien de 18 ans celui qui est aussi responsable de la gestion du restaurant de l'AJA. Au menu, ce midi, "en féculent, il y du riz, aussi des carottes et, soit des boulettes de bœuf, soit du calamar."

Ces apprentis footballeurs avalent des assiettes bien garnies. Des plats faits maison et choisis par Lorraine Empère. _"_Tous les midis, ils ont un double choix détaille la diététicienne de la société Elite Restauration, basée à Joigny. Soit viande, soit poisson et soit féculents, soit légumes. Et au niveau des desserts, il y a toujours à disposition une corbeille de fruits et un autre dessert. En début de semaine, on peut avoir de la tarte aux pommes, des mousses au chocolat, des entremets. En fin de semaine, de la salade de fruits, des riz au lait, des desserts nettement moins riches."

L'AJA donne des consignes

Pour concocter ses menus (entrée, plat, fruit, dessert), midis et soirs, Lorraine Empère fait avec les recommandations du Groupe d'Etude des Marchés de la Restauration Collective et de la Nutrition et les consignes du fasciathérapeute de l'AJA, Stéphane Lettieri. Ce qui donne une semaine coupée en deux. 

"Du dimanche soir au mardi soir, on cuisine un peu gras. A partir du mercredi midi, c'est terminé" — Thierry Lebreton, second de cuisine

"On a des contraintes", souligne Thierry Lebreton second de cuisine. "Du dimanche soir jusqu'au mardi soir, on cuisine un peu gras, par exemple des frites, des choses comme ça. Et à partir du mercredi midi, c'est terminé. Pas de concombre, parce que ça donne des crampes, pareil pour les choux, les brocolis, choux fleurs, choux rouges, choux blancs. Ce n'est pas bon pour eux."

C'est une diététicienne, Lorraine Empère, d'Elite Restauration, qui concocte les plats des jeunes joueurs de l'AJA - Radio France
C'est une diététicienne, Lorraine Empère, d'Elite Restauration, qui concocte les plats des jeunes joueurs de l'AJA © Radio France - Bruno Blanzat

Les pensionnaires, très surveillés, doivent badger à chaque entrée en self

Destinés au sport de haut niveau, ces adolescents sont très surveillés. A chaque repas, ils doivent passer leur badge. Et un entraîneur note leur présence. _"_Ces dernières années, certains venaient, badgeaient, et partaient directement pour aller manger un kébab souligne Robin Courtois, entraîneur adjoint des 19 ans auxerrois. C'est quand même mieux de manger ce qu'on leur donne, car c'est une certaine diététique plutôt que d'aller manger en ville sûrement n'importe quoi."

Tavio Kouakou, 18 ans, comprend l'enjeu d'une alimentation équilibrée - Radio France
Tavio Kouakou, 18 ans, comprend l'enjeu d'une alimentation équilibrée © Radio France - Bruno Blanzat

70 kilos de pâtes sont dévorés chaque semaine au restaurant de l'AJ Auxerre

Quitte à dévorer souvent les mêmes plats. "Il y a beaucoup de pâtes sourit Trévis Yoké,17 ans. Presque tous les jours: Des pâtes ou du riz." _"_Malheureusement, ils n'aiment que ça les pâtes", embraye Thierry Lebreton, dans un éclat de rire. "On essaye de leur faire du boulgour, des lentilles, mais les pâtes, c'est eux qui veulent. On est obligé de les priver. Ils ne comprennent pas, mais c'est pour leur bien." 

Le restaurant du club sert 70 kilos de pâtes par semaine, plus de 3,5 tonnes par an. Mais à l'image de Tavio Kouakou, ces adolescents comprennent l'enjeu d'une alimentation équilibrée.

"Si je mange chez moi, je vais me faire beaucoup plus plaisir. Cela veut dire prendre du poids, les risques de blessure estime le jeune homme de 18 ans. Alors qu’ici, je ne vais peut-être pas manger à ma faim (ce qu'il préfère), mais ce que je vais manger va me suffit pour être performant aux entraînements, en matches et pour aider mon corps à se développer de manière positive."

150 à 200 repas sont servis chaque jour au restaurant de l'AJA - Radio France
150 à 200 repas sont servis chaque jour au restaurant de l'AJA © Radio France - Bruno Blanzat

Le lundi, c'est frite ...et c'est la fête !

S'ils n'ont pas le droit au laitage le soir, ces jeunes footballeurs se lâchent avec des extras Et le lundi est leur jour préféré, car les cuisiniers leur proposent systématiquement des frites. "Le lundi, c'est la fête! se régale Trévis Yoké. Après un bon match le dimanche, on revient le lundi et des bonnes frites. Il y a aussi de bons desserts, des gâteaux, des crèmes au chocolat, c'est bon ça !"

150 à 200 repas par jour, tous les jours, sauf la semaine de Noël

Six personnes travaillent au restaurant de l'AJA, qui sert 150 à 200 repas par jour et qui est ouvert tous les jours de l'année, sauf la semaine de Noël. L'occasion, à ce moment-là, pour les apprentis footballeurs, de se lâcher sur d'autres plats.