Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : À l'école de l'AJA

À L'ÉCOLE DE l'AJA - Sélection de fin de saison, fin du rêve pour beaucoup

dimanche 10 février 2019 à 17:40 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

ÉPISODE 10 - France Bleu Auxerre vous fait vivre de l'intérieur la vie dans la prestigieuse académie de l'AJ Auxerre. Une quarantaine de ces apprentis footballeurs sont en fin de contrat. Ils sauront fin avril s'ils sont conservés. Une nouvelle redoutée pour eux qui rêvent de professionnalisme

Tavio Kouakou, capitaine des 19 ans de l'AJA
Tavio Kouakou, capitaine des 19 ans de l'AJA © Radio France - Bruno Blanzat

Auxerre, France

Aucun éducateur ne se lève ce jour-là avec le sourire. Et seuls quelques jeunes vont s'endormir avec. Le moment est pénible, difficile, pour tout le monde. "Quand on annonce à la famille ou au gamin qu'on le ne garde pas, souvent c'est un rêve qui s'écroule souligne Bernard David, le directeur du centre de formation de l'AJA, qui poursuit: Néanmoins, ce n'est pas une décision brutale. C'est toute l'année que cela se prépare. On rencontre les parents à Noël, en avril, en mai. Le joueur qui joue très peu n'est pas tête. Il a peu de chances d'être conservés."

Les jeunes se posent forcément des questions sur leur avenir

Le contrat de Tavio Kouakou s'achève dans quatre mois. Et forcément ça trotte dans la tête. "On se dit: comment cela va se passer la saison prochaine? Où sera-t-on? Est-ce que l'on sera toujours au club? Vont-ils nous garder? On se pose plein de questions, c'est normal détaille le milieu de terrain, capitaine des 19 ans. Après, on n'est pas non plus là à être anxieux, tendu. C'est du football. On sait ce que l'on a à faire. Il faut être bon sur le terrain. _Il faut vraiment se lâcher en fait, ne pas jouer avec la boule au ventre_, jouer comme on sait le faire. Si on est là, ce n'est pas pour rien."

"C'est plutôt une conséquence qu'une cause" - Guillerme Carvalho, 18 ans

Pour Guillerme Carvalho, "c'est aussi une pression qui nous est mise à chaque match. On doit toujours être bon, toujours être bon. Si on n'est pas bon, on sait déjà ce qui nous attend" souligne celui qui saura dans deux mois si l'AJA le conserve. Mais le milieu offensif brésilien ne veut pas trop y penser. "C'est plutôt une conséquence qu'une cause. C'est quelque chose qui va nous arriver que si, nous, on ne mets pas les éléments nécessaires."

Pour Guillerme Carvalho, "on est amis, on vit ensemble, mais au final, on est tous concurrents" - Aucun(e)
Pour Guillerme Carvalho, "on est amis, on vit ensemble, mais au final, on est tous concurrents" - Julien Ben Bouali

"On est tous amis, on vit ensemble, mais au final, on est tous concurrents" -  Guillerme Carvalho, 18 ans

Seuls les meilleurs éléments seront conservés. Il faut donc se montrer, individuellement. Un paradoxe dans ce sport collectif. "On est tous amis, on vit tous ensemble au centre, on va à l'école ensemble, on s'entraine ensemble tous les jours. Mais au final, on est tous des concurrents et on veut tous signer pro (un contrat professionnel) constate Guillerme Carvalho. _Le foot, on a des amis, mais il faut surtout penser à soi, à nos objectifs personnels et collectifs._"

"Les qualités de football sont essentielles. Mais le mental est capital !" - Bernard David, directeur de l'académie de l'AJA

A l'AJ Auxerre, les jeunes sont notés après chaque match, sans qu'elles leur soient communiquées. Et un point est fait tous les mardis, en réunion, par les éducateurs, avec le directeur sportif du club, Cédric Daury. Mais sur quels critères ces jeunes sont-ils gardés, ou pas? "Forcément, les qualités de football sont essentielles: la technique, le physique etc... Mais le mental est capital précise Bernard David. Et à cet âge-là, il faut aussi connaitre leur marge de progression. c'est pour cela qu'on essaie de les promouvoir très tôt dans la catégorie au-dessus."

Comment ces jeunes footballeurs vivent-ils la redoutable sélection de fin de saison?

Une quarantaine de joueurs en fin de contrat, un tiers de conservés

Cette année, une quarantaine de jeunes est en fin de contrat. Pour combien, de conservés?  "Environ un tiers répond le patron de la formation ajaïste. On ne garde pas pour ne pas garder. Si on doit recruter, on recrutera meilleur que ce que l'on a, forcément. Sinon, c'est stupide." Pour ceux qui apprennent la mauvaise nouvelle, le coup est dur. Et il faut le digérer. "Il faut l'accepter sinon, ensuite, c'est difficile analyse le gardien Matthieu Desfossez, qui l'a vécu l'an dernier à 18 ans. Si on ne réagit pas assez vite, on se pose trop de questions et ça n'avance plus trop."

Cet Auxerrois pur jus a signé dans une équipe universitaire aux Etats-Unis, avec l'aide de l'AJA. Car le club icaunais n'abandonne pas ces jeunes. L'armée, les pompiers, interviennent dans la saison au centre de formation et peuvent donner des idées pour la suite. L'AJA envoie aussi la liste des joueurs non conservés à d'autres clubs. Certains de ces apprentis, ils sont rares, percent même ailleurs et réalisent quand même leur rêve: devenir footballeur professionnel.

DÉCOUVREZ "À L'ÉCOLE DE L'AJA"