Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : À l'école de l'AJA

À L'ÉCOLE DE L'AJA - La vie au centre de formation de l'AJ Auxerre

-
Par , France Bleu Auxerre

ÉPISODE 1 - Une immersion d'une saison dans le prestigieux centre de formation de l'AJ Auxerre, qui fait la réputation du club icaunais. France Bleu Auxerre lance sa nouvelle série "À l’école de l’AJA". On débute par une présentation de cette académie.

Le bâtiment principal du centre de formation de l'AJA
Le bâtiment principal du centre de formation de l'AJA © Radio France - Bruno Blanzat

Auxerre, France

C’est la formidable histoire d’un trentenaire bien tassé. Alors, forcément, il en a des trucs à raconter. Ses plus beaux souvenirs concernent ces 180 joueurs passés entre ses murs et devenus professionnels, leur rêve à tous, au prix de sacrifices importants. Mais quelque soit leur destin, tous, en général, gardent des moments mémorables de leurs années d'apprentis auxerrois.

La même recette depuis plus de trente ans

Lancé sous la géniale impulsion de Daniel Rolland et Guy Roux en 1982, avec la célèbre pyramide (un unique bâtiment en forme de pyramide, encore présent après avoir été rénové) qui a marqué les Basile Boli, Ferreri, Dutuel, Vahirua, Guerreiro ou Cantona, le centre de formation de l’AJ Auxerre applique, encore aujourd’hui, quasiment la même recette : sur un même lieu, dans trois bâtiments collés les uns aux autres, entourés de quatre terrains de foot, des adolescents et jeunes adultes sont nourris, logés, blanchis, scolarisés, éduqués. 

"A partir du moment où on les recrute, on les prend dans un club ou à leur famille, on les prend en charge à 100%." — Bernard David, directeur du centre de formation de l'AJ Auxerre

Le tout dans un unique but : « Devenir professionnel. Et être un champion. Champion du monde ou champion de ce que l’on pourra être… » sourit, sûr de lui, le brésilien Guillerme Carvalho. Ce milieu de terrain qui fêtera bientôt ses 18 ans vient d’intégrer le centre de formation auxerrois dirigé par Bernard David. 

"A partir du moment où on les recrute, on les prend dans un club ou à leur famille, on les prend en charge à 100%. Certains sous contrat, un petit contrat de travail, d’autres sont (footballeurs) amateurs. C’est vrai qu’ils sont assistés, même si on essaie que ce ne soit pas trop le cas pour qu’ils soient indépendants et sachent se prendre en main quand la vie de footballeur est terminée."

Un cours de mathématiques en terminale ES - Radio France
Un cours de mathématiques en terminale ES © Radio France - Bruno Blanzat

La recette créée il y a 36 ans, par les visionnaires ajaïstes est toujours la même : des cours scolaires mélangés à des leçons de football. Foot, scolarité, repas, un triptyque matinal répété l’après-midi. "Tout est calé par rapport au foot détaille Kylian Baroudi, 17 ans, qui débute sa cinquième année au centre de formation. « Cela représente une vie que j’ai toujours voulue, une vie de footballeur assure Guillerme Carvalho. Quelqu’un qui vit le football vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Être ici, c’est aussi toujours chercher l’excellence et donner le meilleur de soi."

"Tout est calé par rapport au foot" — Kylian Baroudi, 17 ans

Le centre de formation, "pas une prison", "pour devenir un champion du monde"

"Cela va nous permettre de grandir, on devient des hommes. On se responsabilise puisque la famille est loin de nous", poursuit Kylian Baroudi, arrivé il y a quatre ans du club partenaire de Brétigny en région parisienne.

Tout est organisé autour de ces jeunes et pour eux. A l’intérieur du grand bâtiment de l’académie, on trouve un lycée. Il est dirigé par François Viaud, d’Acadomia : "Nous hébergeons des secondes, de premières pro, ES et STMG et idem en terminale. Donc toutes les matières standard de ces classes sont enseignées ici." Un enseignement assuré par une trentaine de professeurs.

Le self où se restaurent joueurs et éducateurs - Radio France
Le self où se restaurent joueurs et éducateurs © Radio France - Bruno Blanzat

200 couverts servis chaque jour au restaurant du centre

Au restaurant du centre de formation, où travaillent six personnes, dont Thierry Lebreton, on met en place des menus pour "200 couverts par jour entre le petit déj', le midi et le soir." Pour accompagner ces 63 apprentis footballeurs, on compte aussi 13 éducateurs, une agent d’accueil, deux kinés, un médecin, des recruteurs, des surveillants, des jardiniers. Une vraie entreprise, au budget de fonctionnement de 3,5 à 4 millions d’euros la saison.

Des règles strictes

"On les surveille le jour et la nuit" souffle Bernard David. "Mais ce n’est pas une prison non plus. Ils ont des autorisations de sortie. Ils doivent nous demander car la plupart sont mineurs et sous notre responsabilité. Mais on ne les enferme pas."

"Ce n'est pas une prison non plus" — Bernard David

"C’est un peu une famille. C’est un peu une philosophie du centre de formation et du club. On se sent en famille" conclut Kylian Baroudi. C'est une famille dont seulement quelques grands frères, deux ou trois par an, réalisent leur rêve de signer professionnels.

DÉCOUVREZ "À L'ÉCOLE DE L'AJA"