Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

À la Saint-Pierre de Nantes, la Coupe du monde de foot, c'est encore plus particulier qu'ailleurs

mercredi 6 juin 2018 à 20:07 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Plus qu'une semaine avant le début de la Coupe du monde de foot. Une fête encore plus particulière à la Saint-Pierre de Nantes qui rassemble des joueurs de plein de nationalités différentes.

La Saint-Pierre de Nantes rassemble des joueurs de plusieurs nationalités différentes
La Saint-Pierre de Nantes rassemble des joueurs de plusieurs nationalités différentes © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Le compte à rebours est lancé sur la planète foot ! J moins 7 avant le début de la Coupe du monde en Russie. 32 nations vont s'affronter jusqu'au 15 juillet. La France, l'Espagne, le Portugal, le Maroc, le Brésil, le Japon, l'Argentine, le Nigéria... autant d'équipes qui font rêver les petits footeux de la Saint-Pierre de Nantes, d'autant plus qu'ils sont nombreux à être d'origine étrangère ou d'avoir un parent d'origine étrangère.

Qui va gagner ? La France ! Non, le Brésil ! Le Portugal ! Le Maroc ! L'Espagne !

Alors avant le début de ce mondial, ils passent leur temps à débattre de qui va gagner. "On pense que c'est la France", affirme Stanislas avec aplomb mais aussitôt contredit par ses copains des moins de 13 ans : "non, non, non ! Le Portugal, le Brésil, l'Espagne, le Maroc !", crient-ils, tour à tour.

Chacun avance ses arguments pour défendre son équipe préférée

Celui qui le plus de bagou, c'est Othman : "le Maroc va gagner !". Il en rêve, surtout que ça fait un moment qu'on ne l'avait plus vu au mondial. "Ça fait 20 ans ! En plus, on n'a pas fait une très bonne Coupe du monde en 1998. On n'avait perdu je sais pas combien contre le Brésil... Vraiment n'importe quoi", rappelle-t-il dans un soupir et presque aussi bien que si il y avait été. "Mais là, on revient en force avec un très bon entraîneur".

Le retour en force de son équipe préférée, c'est aussi ce qu'espère Arthur avec son maillot du Real Madrid sur le dos et son grand-père espagnol : "en 2014, ils ont pas fait une très bonne Coupe du monde. Mais là, ils reviennent en force. Ils ont largement battu l'Italie !"

On l'attendait depuis longtemps cette Coupe du monde

À chaque fois, c'est la logique du cœur qui parle, comme pour Thomas. "En fait, je suis parisien. Et à Paris, il y a Neymar qui est Brésilien. Alors, je supporte le Brésil. Et puis, c'est le Brésil, le pays du foot". Et, au final, pour tous, c'est ça le plus important : le foot, le jeu, et une fête à ne pas rater : "on l'attendait depuis longtemps cette Coupe du monde ! On voit du bon jeu, des bons joueurs sur le terrain et ça donne envie de jouer au foot tout le temps !". Et ils se préparent comme il se doit pour le rendez-vous : "on achète les maillots, les albums, des magazines de foot, les drapeaux... Tout le matos pour être un bon supporter !", énumère Gabriel qui espère voir le plus de matchs possible pendant un mois.

Alors qui va gagner la Coupe du monde ?

Voir autant de grands joueurs et autant de bon matchs en si peu de temps, ça ne peut être que positif pour nos jeunes

C'est important que ces jeunes joueurs profitent de la Coupe du monde explique le responsable de l'école de foot de la Saint-Pierre, Jush Mahindou : "on a la chance d'avoir cette diversité de nationalité parmi nos licenciés. Chacun soutien son équipe nationale, ils se chambrent pendant les entraînements, ça fait partie de l'ambiance de la Coupe du monde. Et ça les pousse à regarder les matchs des autres équipes pour pouvoir ensuite se chambrer. Et ça, voir autant de grands joueurs et de bons matchs, en si peu de temps, ça ne peut être que positif pour nos jeunes". Et aussi pour le club qui s'attend, comme à chaque fois à un "effet Coupe du monde", c'est-à-dire une hausse des inscriptions à la rentrée.

"On a la chance d'avoir une diversité de nationalité parmi nos licenciés"