Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football
Dossier : Coupe du monde féminine de football 2019

A Reims, les bénévoles de la Coupe du monde féminine de football font connaissance

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Les 250 volontaires de la Coupe du monde féminine de football sélectionnés à Reims étaient réunis ce samedi, à l'Atrium. Ils ont appris leurs missions et les détails de l'organisation, mais ils ont surtout eu l'occasion de faire connaissance.

Les bénévoles ont entre 18 et 87 ans. Il y a 55% d'hommes et 45% de femmes.
Les bénévoles ont entre 18 et 87 ans. Il y a 55% d'hommes et 45% de femmes. © Radio France - Victorien Willaume

Reims, France

Ambiance bon enfant ce samedi à l'Atrium de Reims. Les 250 volontaires de Reims de la Coupe du monde féminine de football étaient réunis. Ils ont assisté à plusieurs discours, pour connaître leurs missions et les détails de l'organisation. Mais ils ont surtout eu l'occasion de faire connaissance. 

C'était la première fois qu'ils se rencontraient depuis qu'ils ont été sélectionnés parmi les quelque 1 000 personnes qui avaient postulé, pour occuper des postes variés : accueil des joueuses, vestiaire, placement des spectateurs, informatique, gestion des plannings, lutte contre les clichés.... 

Parmi les volontaires, 55% sont des hommes et 45% des femmes : des étudiants, des retraités, des salariés, des fans de foot mais aussi d'autres qui n'y connaissent pas grand chose. Ils ont entre 18 et 67 ans. 

Unis par la même passion 

Delphine profite du buffet avec ses futurs collègues. Dans quelques mois, elle devra placer les spectateurs dans le stade : "Même si on se connait pas on est unis par la même passion, et il y a beaucoup d'amitié", estime-t-elle. 

Samuel aussi est content de faire partie de l'aventure. Et pour cet étudiant en STAPS, il était essentiel d'enfin réunir tout le monde : "C'est important la cohésion d'équipe dans un événement comme celui là. Cette journée permet d'apprendre à connaitre ses collègues, de faire des rencontrer, et de tisser des liens.", assure-t-il. 

Connaître ses futures missions 

L’intérêt de la journée était aussi de savoir qui allait faire quoi exactement. Et c'est plus clair maintenant pour Théo : "Je vais devoir aider les spectateurs à se placer, et à se retrouver dans le stade, et donc à mettre une bonne ambiance", explique-t-il. 

Et pour certains se retrouver ici a une importance toute particulière. Gislaine a joué pendant des années au Stade de Reims : "Le foot a été toute ma vie. Une coupe du monde à Reims pour moi c'est le summum parce que j'ai fait partie des pionnières a faire du foot à Reims, en 1968. J'étais obligée de m'impliquer.", témoigne-t-elle. 

Tout ce beau monde va très vite se retrouver. A partir de mi-mai les formations vont commencer, pour que chacun maîtrise son travail le jour-J. 

Le coup d’envoi de la Coupe du monde féminine de football sera donné le 7 juin. En tout 2 500 bénévoles sont mobilisés. Des matchs se dérouleront sur neuf sites : à Reims, Grenoble, Paris, Le Havre, Rennes, Valenciennes, Nice, Montpellier et Lyon. 

Les postes sont variés : accueil des joueuses, vestiaire, placement des spectateurs, informatique, gestion des plannings.... - Radio France
Les postes sont variés : accueil des joueuses, vestiaire, placement des spectateurs, informatique, gestion des plannings.... © Radio France - Victorien Willaume
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu