Football

Affaire Caen - Nîmes: le Stade Malherbe réagit

Par Jean-Pierre Blimo, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin vendredi 6 mars 2015 à 16:15

foot caen nîmes xavier gravelaine 06 03 5015
foot caen nîmes xavier gravelaine 06 03 5015 © Radio France

L'affaire Caen Nîmes a de nouveau surgi dans l'actualité du Stade Malherbe de Caen cette semaine. Un rapport du commissaire enquêteur mandaté par la Ligue Professionnelle a été dévoilé par le journal "L'Equipe". Selon le journal il iindique qu'il y a bien eu "entente" entre les deux clubs en mai dernier, tout en ménageant le président Fortin. Xavier Gravelaine a réagi ce vendredi midi.

Le Stade Malherbe a officiellement réagi ce vendredi après les révélations du journal "L'Equipe sur l'affaire Caen - Nîmes. Le quotidien du sport a publié cette semaine les conclusions d'un rapport de cinquante pages concernant les différents protagonistes. Selon le journal, le rapport avancerait qu'il existait "bien une entente" entre les clubs nîmois et caennais sur le match du 13 mai dernier.

Comme depuis le début de cet imbroglio sportif et judiciaire, c'est le directeur général du club Xavier Gravelaine qui a pris la parole dans la salle de presse du Stade D'Ornano. "Je ne me suis pas trompé sur mes premières déclarations" a commencé par dire le bras droit du président Fortin (qui s'est mis en retrait depuis le début de l'affaire). Il est vrai que dans le rapport, le président caennais serait ménagé. Il aurait bien répondu au président Nîmois de l'époque Serge Kasparian, mais aurait également demandé à son équipe de gagner le match assez largement. 

L'étude scientifique contestée

Le rapport du commissaire enquêteur mandaté par la Ligue Professionnelle de Football se base pourtant sur une étude scientifique menée par un expert, à l'image de ce qui avait été réalisé lors de l'affaire des paris autour du match de handball Cesson - Rennes.

Un argument battu en brèche par l'ancien attaquant international. "On rentre un match dans un logiciel, il y a un décalage entre les faits d'une machine et la réalité sur un terrain." Le directeur général l'affirme "cela ne m'inquiète absolument pas, mais il faut respecter les instances".

Bien au contraire, le directeur général du club a tenu à montrer une certaine "sérénité" dans cette affaire. Ne variant pas d'un pouce par rapport à ses premières déclarations du mois de novembre le jour de la sortie de l'affaire, "j'ai mon intime conviction. J'ai le rapport, cela confirme ce que je pensais, c'est une affaire nîmoise qui concerne deux ou trois personnes" .

Suite de l'affaire les 16 et 17 mars prochain avec les auditions des protagonistes par la LFP. Une ligue qui rendra au plus tard ses conclusions le 23 mars.

foot caen jean-françois fortin micro france bleu  - Radio France
foot caen jean-françois fortin micro france bleu © Radio France
 

foot caen nîmes affaire Xavier Gravelaine le 06 03 2015