Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

"Je n'ai tué personne", Romain Philippoteaux, l'attaquant de l'AJ Auxerre, s’excuse après son pénalty raté

mercredi 13 février 2019 à 18:29 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

L'attaquant auxerrois assume son pénalty manqué à Brest, lundi, et son choix de le frapper d'une "Panenka". Un geste technique difficile à réaliser, qui consiste à piquer le ballon au-dessus du gardien. En revenant à 1-1 à l'heure de jeu, l'AJA aurait totalement relancé ce match et sa saison.

Romain Philippoteaux ne pique pas assez son ballon lors de son pénalty manqué à Brest
Romain Philippoteaux ne pique pas assez son ballon lors de son pénalty manqué à Brest © Maxppp - Nicolas Créach

Auxerre, France

Comprenez-vous la colère des supporters qui vous en veulent d'avoir tenté, et manqué, votre Panenka ?

Je suis d'accord avec eux. La seule chose que je voulais, c'était marquer. Après, que ce soit les supporters ou le club, ils ont toujours vu l'implication que j'ai mise dans tous les matches. Après, j'ai pris un coup derrière la tête parce que je voulais récompenser l'équipe et j'avais cette responsabilité de le tirer. Le louper, en plus de ce cette façon -là, cela a fait beaucoup parler. Si j'avais marqué ou même tiré au-dessus d'une autre façon, personne n'aurait rien dit. 

Maintenant, le plus important cela reste le club et l'équipe. Et j'espère que l'on gagnera contre Clermont. J'arrive à un âge où les critiques, je les assume. J'ai toujours assumé tout ce que j'avais fait dans la vie, ce n'est pas un souci. Je n'ai tué personne. Bien sur que je suis déçu J'aime ce club et je suis venu ici pour avoir des ambitions. Mais ce n'est pas cela qui va me faire perdre mon ambition, mon envie ou mes moyens lors des prochains matches quand on fera appel à moi. Je répondrai comme j'ai toujours répondu et je donnerai le maximum et me rattraperai, même si, ça arrive.

"J'assume les critiques. Mais je n'ai tué personne"

Romain Philippoteaux: "Je comprends le mécontentement des supporters"

Cette Panenka, était-ce un mauvais choix alors que vous perdiez 1-0 ?

Si j'avais marqué, vous n'auriez même pas parlé de mauvais choix. Après, c'est ce geste. D'une certaine façon, on peut dire qu'il est prétentieux (ce geste)... Mais ce n'est pas du tout moi. Les gens qui me connaissent vous le diront. Après, je n'ai pas à me justifier de ça. Quand j'ai marqué à Sochaux (d'une Panenka, le 23 novembre, pour une victoire de l'AJA 4-1), tout le monde me disait, t'es un génie... 

Ce n'est pas pour autant que je me prenais pour un génie. C'est dommage car les gens n'aient pas vu les deux actions que j'avais faites juste avant (à Brest). C'est le monde du foot, il est comme ça. Si j'avais tiré au-dessus, les commentaires auraient été tout autre. Maintenant, j'assume. Je présente mes excuses aux supporters, aux joueurs, au coach et au club, surtout. Ce sera maintenant à moi d'assumer sur les prochains matches, en capitalisant, en prenant les trois points.

Le gardien de Brest Gauthier Larsonneur réussit à revenir sur ses appuis pour stopper la frappe de Romain Philippoteaux - Maxppp
Le gardien de Brest Gauthier Larsonneur réussit à revenir sur ses appuis pour stopper la frappe de Romain Philippoteaux © Maxppp - Nicolas Créach

Drôle de semaine pour vous car, mardi, vous avez appris que vous étiez nommé pour l'élection de joueur du mois de janvier en Ligue 2 ?

(Il retrouve le sourire) Je suis très croyant. Hier (mardi), j'étais avec mes parents et on se disait qu'un jour plus-tôt, j'étais... pas au plus bas, je n'aime pas dire ça, mais j'étais affecté. Et hier, je reçois cette nomination qui récompense la confiance du coach, du club, de mes équipiers. Et cela vient dire qu'il ne faut pas tout oublier et que j'avais fait de bonnes choses. C'était un petit rappel. C'était bien que cela arrive à ce moment-là. Cela atténue un peu une certaine déception de Brest. Et là où je serais le plus heureux, c'est si vendredi, on a les trois points pour avancer, tous ensemble.