Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

AJ Auxerre : le gardien Zacharie Boucher veut "retrouver sa place" de titulaire

jeudi 16 août 2018 à 20:58 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

Écarté du but de l'AJ Auxerre depuis une semaine, Zacharie Boucher, 26 ans, évoque pour la première fois sa situation. Le gardien réunionnais de l'AJA depuis trois saisons fait son mea culpa et n'a qu'une obsession : récupérer une place de titulaire.

Ecarté la semaine passée, Zacharie Boucher compte retrouver sa place
Ecarté la semaine passée, Zacharie Boucher compte retrouver sa place © Maxppp - X, SPORT, FOOTBALL

Auxerre, France

Comment vous sentez-vous, une semaine après la décision prise par votre entraîneur de vous écarter de l'équipe ?

Je suis assez serein. Aujourd'hui, en tous cas. Depuis une semaine, j'ai connu plusieurs phases : la colère, la frustration, je suis passé par tous les états. Là, j'attend de voir comment cela va se passer, mais je suis bien dans ma tête.

Comment avez-vous pris cette décision ? On imagine que cela ne fait pas plaisir ?

Cela ne fait pas plaisir, surtout quand on ne s'y attend pas, même si on ne s'y attend jamais vraiment. Je ne m'y attendais pas du tout. Après, avec du recul, quand on prend des buts sur les deux premiers matches comme ça... J'ai été mis sous pression en fin de saison dernière (remplaçant sur les trois derniers matches), je reviens et on prend deux fois trois buts (à Valenciennes et contre le Gazelec Ajaccio). 

Je peux me mettre à la place du coach en me disant "c'est le dernier rempart et il faut changer des choses pour avancer". Sa décision a été de me sortir, je la respecte. Après, c'est vrai que je n'ai pas bien pris les choses au tout départ. Je dis bien au tout départ car aujourd'hui j'ai pris un peu de recul.

Zacharie Boucher lors d'AJA-Valenciennes en février 2018 - Maxppp
Zacharie Boucher lors d'AJA-Valenciennes en février 2018 © Maxppp - Sami Belloumi

Pablo Correa vous a enlevé des buts, car vous n'étiez "pas assez décisif". Partagez-vous son avis ?

J'ai peut-être connu une phase où j'ai été un peu moins bon, un peu moins décisif. Après, je n'ai pas trop envie de revenir sur ce qui s'est passé, sur ma mise sur le banc (en fin de saison dernière), sur ma mise à l'écart aujourd'hui. Ce sont des choses qui arrivent dans une carrière de sportif. J'espère que cela ne m'arrivera pas une nouvelle fois. 

"J'ai peut-être connu une phase où j'ai été un peu moins bon, un peu moins décisif" 

Je grandi avec ça, il faut voir de l'avant. C'est pour cela que je décide de parler car j'ai beaucoup entendu parler de moi (depuis une semaine). J'ai pris le recul nécessaire pour parler sereinement, sans dire n'importe quoi, raconter des choses que je regretterai peut-être ou sous la colère. Je n'ai pas envie de taper sur tout le monde.

On l'a vu au stade Abbé-Deschamps, mardi dernier, beaucoup de supporters vous soutiennent. Êtes-vous surpris ?

Je savais que j'avais plutôt une bonne côte auprès du public, mais je ne pensais pas autant. Je remercie d'ailleurs tout le monde, ceux qui ont écrit des messages de soutien sur les réseaux sociaux. Je ne m'attendais vraiment pas à voir autant de sympathie de la part de la plupart des gens. Quand on est sur le terrain, on a parfois tendance à être dans notre bulle et oublier les gens autour. De venir voir les copains, depuis les tribunes, m'a permis de pouvoir entendre et d'être en relation avec ce public-là. Cela m'a fait vraiment beaucoup de bien. Ils ont leur part de responsabilité dans le fait que j'ai pris beaucoup,b beaucoup de recul sur cette situation là.

Mais quel est votre avenir, alors qu'il vous reste deux saisons de contrat à l'AJA?

Je suis très serein, très calme et tant que je serai salarié du club (il lui reste deux saisons de contrat) et joueur de l'AJA, je me battrai pour ces couleurs. Je l'ai toujours fait, avec l'aide de toute l'équipe. J'ai toujours défendu au maximum de mes capacités ces couleurs-là et je veux parler de la ville, des supporters, des coachs, des dirigeants et de tous les bénévoles etc... Et cela ne changera pas. Je vis un moment très compliqué de ma carrière. C'est le plus compliqué avec la saison où on obtient le maintien à la dernière journée. On n'a pas lâché à l'époque, je n'avais pas lâché donc je ne lâcherai pas cette fois non plus. Tout ce qui pourra arriver sera du bonus car je vais chercher à aller récupérer ma place.

"Aujourd'hui, mon objectif n'est pas ailleurs, c'est ici ! (...) Je n'ai pas envie de partir avec ce sentiment d'inachevé." 

Mon leitmotiv quand je me réveille le matin c'est que tout est possible. Je sais que le club cherche (un gardien). Si un mec (un nouveau gardien) arrive, il m'aura sur le dos pendant un moment et si cela ne se passe pas comme ça, c'est que j'aurais eu une opportunité ailleurs. Maisaujourd'hui, mon objectif n'est pas ailleurs, c'est ici. Je n'ai pas envie de partir avec ce sentiment d'inachevé. C'est le sentiment que j'ai, que je n'ai pas achevé l'objectif que l'on ma fixé, c'est à dire faire le maximum pour monter en ligue 1. Donc tant que je ne l'aurai pas atteint et que j'aurai l'opportunité de la faire, je serai toujours là.

En vous mettant remplaçant en fin de saison dernière, Pablo Correa a souhaité vous faire réagir. Il est peut-être en train d'y parvenir maintenant, non ?

Ben, c'est qu'il aura réussi et tant mieux pour tout le monde. Car au final, l'objectif du club est de monter en Ligue 1. C'est un grand club. On est sous pression par rapport aux objectifs que l'on doit remplir. Et je fais mon mea culpa. J'ai peut-être à un moment donné trop pris à cœur cette pression et voulu trop bien faire. Car j'ai toujours donné le maximum. J'ai un entraineur Philippe Bergeroo, que j'ai connu en U16 (équipe de France des 16 ans) il me disait : "fais pour le mieux, des fois le mieux c'est bien, des fois le mieux, ce n'est pas bien mais au moins tu auras fais pour le mieux". Et j'ai aujourd'hui ce sentiment-là. Après, si le pic que voulait me mettre le coach en fin de saison dernière et pendant la préparation, il ne marche qu'aujourd'hui, c'est que cela aura fonctionné.

Mais n'est-ce pas trop tard ?

Il n'est jamais trop tard. Zach' est toujours là et ce n'est pas parce que l'on m'a mis dans le dur ces dernières semaines que je suis mort. Je suis encore bien vivant. Après, si demain on me dit "il y a un nouveau gardien et on ne te fera jamais jouer", je n'irai pas foncer dans me mur et je chercherai quelque chose d'autre. Mais aujourd'hui, l'objectif ce n'est pas ça. Il est de retrouver ma place. Tant que je serai sous contrat ici, je ferai en sorte que tout le monde voit que je suis encore là. Et que si on veut parler de concurrence, montrer que je fais encore parti du bal."