Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

AJA - DNCG : masse salariale encadrée et interdiction de recruter à titre onéreux pour le club

-
Par , France Bleu Auxerre

La DNCG, le gendarme financier du foot français, a décidé mardi soir de valider le budget de l'AJA, en baisse pour la saison prochaine, mais à condition d'encadrer sa masse salariale et de l'interdire de recruter à titre onéreux. Le club icaunais affirme avoir anticipé ces mesures fortes.

La DNCG, le gendarme financier du foot français, a décidé d'encadrer la masse salariale du club icaunais tout en lui interdisant de recruter à titre onéreux.
La DNCG, le gendarme financier du foot français, a décidé d'encadrer la masse salariale du club icaunais tout en lui interdisant de recruter à titre onéreux. © Radio France - Nicolas Fillon

Sur les 14 clubs de Ligue 2 déjà auditionnés par la DNCG cette saison, Auxerre est le premier à être frappé d'un encadrement de masse salariale et à la fois d'une interdiction de recrutement à titre onéreux. La décision a été rendue publique mardi, dans la soirée, après l'audition de l'AJA un peu plus tôt dans la journée par le gendarme financier du football français.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un budget en baisse anticipé par les dirigeants

Concrètement, le club du propriétaire chinois et président James Zhou ne pourra pas réaliser de transfert payant, et est sommé de ne recruter que des joueurs libres de tout contrat, ou prêtés, à condition que leurs émoluments respectent le seuil de la masse salariale fixé par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion. Ces mesures restrictives sont la conséquence d'un déficit d'exploitation assez lourd de 12 millions d'euros, à cause notamment de la crise sanitaire qui a entraîné l'absence de spectateurs et donc de recettes billetterie, mais aussi de la crise des droits TV. Déficit d'exploitation qui, du coup, oblige à réduire la voilure niveau budget : 20 millions d'euros environ pour la saison prochaine, soit 20% de moins par rapport au dernier exercice (24 millions d'euros).

Mais la décision prise par la commission de contrôle des clubs professionnels a été anticipée par l'AJA et ses dirigeants, explique le directeur général Baptiste Malherbe, qui a présenté le budget 2021/2022 à la DNCG en compagnie de Monique Rappeneau, la directrice administrative et financière, et de l'expert-comptable du club. "Cette décision, c'est presque un non-événement pour nous, rassure le DG auxerrois. Ces mesures n'en sont pas vraiment puisqu'elles ont été budgétisées, et nous avions choisi de les présenter pour notre audition devant la DNCG. La masse salariale a été définie en amont avec James (Zhou) et le coach (Jean-Marc Furlan) par rapport aux réunions de recrutement l'année dernière. On s'est engagés à la respecter. Et puis, on n'avait pas prévu d'acquisition de joueurs en transfert payant. Généralement, on a une gestion en bon père de famille, on s'autolimite puisqu'on a un match retour avec la DNCG en cours de saison, souvent aux alentours de décembre, pour représenter nos comptes. On fait très attention à tout ça."

C'est tout le football professionnel qui souffre - Baptiste Malherbe, directeur général de l'AJA

Globalement, l'audition avec la DNCG s'est "plutôt bien passée", relate Baptiste Malherbe. "Nos interlocuteurs ont reconnu les efforts fournis par le club. On a parlé des difficultés rencontrées la saison passée avec le Covid, les droits TV qui changent en cours de route, certaines aides de l'État annoncées mais que l'on n'a pas encore pu toucher... Il faut noter que beaucoup de clubs doivent encore repasser devant la DNCG. On n'est pas les seuls à avoir dû se soumettre à des mesures comme celles qui sont tombées. C'est tout le football professionnel qui souffre." Ajaccio et Bastia ont par exemple vu leur masse salariale et leurs indemnités de mutations être encadrées par la DNCG. L'organisme a également mis la validation des budgets de Toulouse et Grenoble en sursis dans l’attente d’éléments complémentaires.

"Les gens pensent que c'est facile pour l'AJA, mais économiquement, on a souffert de l'absence du public, du désistement de Mediapro, de la modification des critères de répartition de la Ligue 2 qui ont changé en cours de saison", insiste le directeur général ajaïste. Le plan de réduction du déficit d'exploitation de l'AJA est donc prévu sur plusieurs années. Il passe notamment par des économies réalisées sur le plan administratif, au niveau de la masse salariale de l'effectif professionnel ou encore par rapport au fonctionnement du centre de formation. Un plan qui a déjà été actionné, et qui est à mettre évidemment en corrélation avec les résultats sportifs. 

"On a vécu une année compliquée sur le plan sanitaire et donc économique, poursuit Baptiste Malherbe. Notre budget est en baisse la saison prochaine pour limiter tant que faire se peut notre déficit d'exploitation. Heureusement, notre actionnaire nous suit. La DNCG est très prudente, parce que la santé financière du paysage footballistique français n'est pas au beau fixe. Mais ses mesures sont dans la continuité du budget que nous avons présenté. Nous allons faire des efforts pour réduire notre déficit qui est difficilement tenable dans la durée, et pour être encore plus performants sportivement si possible." Le plus tôt sera le mieux

Sans argent pour recruter, comment attirer le buteur tant attendu ?

Mais comment l'AJA va-t-elle faire avec sa masse salariale encadrée et son interdiction de recruter à titre onéreux ? Si l'on se penche en arrière, recruter à moindre coût, Auxerre l'a fait lors des précédents exercices. Sans remonter bien loin, il n'y a qu'à se pencher sur le mercato de l'été 2020, avec sept joueurs arrivés dans l'Yonne qui, excepté Alec Georgen à qui il restait un an de contrat, sont tous arrivés libres et donc sans indemnités de transfert à régler pour les dirigeants auxerrois. 

Mais en cet été 2021 où la crise touche tout le monde, difficile sans argent d'attirer un buteur de renom, la priorité du mercato pour remplacer le néo-Dijonnais Mickaël Le Bihan et ses 19 buts la saison dernière. Un profil incontournable pour jouer la montée. Mais d'après nos informations, recruter à ce poste ne devrait pas dépendre du départ d'un autre joueur. Contrairement à d'autres recrutements d'ajustements. Cependant, il apparaît maintenant plus qu'utopique de voir débarquer Gaëtan Charbonnier dans l'Yonne par exemple, car le Brestois, cible numéro 1 du club icaunais en pointe, a encore un an de contrat à honorer du côté du Finistère. 

Quoi qu'il en soit, l'engagement de James Zhou aux côtés de l'AJA n'est pas à remettre en cause, selon Baptiste Malherbe : "C'est grâce à lui que notre budget a été validé, il est à nos côtés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess