Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

AJA : "J'aimerais monter en L1 une quatrième fois dans ma carrière avec l'AJA", confie Mathias Autret

-
Par , France Bleu Auxerre

Son arrivée à l'AJA, ses ambitions de Ligue 1, son adaptation rapide, son petit surnom, son amour récent des gougères... La dernière recrue de l'AJ Auxerre, Mathias Autret, se confie à France Bleu Auxerre.

Arrivé libre en provenance de Brest (L1) cet été, la dernière recrue de l'AJA, Mathias Autret (29 ans), n'a pas eu trop de mal à s'adapter dans le moule auxerrois.
Arrivé libre en provenance de Brest (L1) cet été, la dernière recrue de l'AJA, Mathias Autret (29 ans), n'a pas eu trop de mal à s'adapter dans le moule auxerrois. - Crédit photo : AJA

Comment vous sentez-vous ?

Ça commence déjà un petit peu à tirer dans les jambes. On a déjà bien bossé, mais ça va très bien. Je suis très, très content d'être là à l’AJ Auxerre, et très heureux de retrouver ce groupe.

Racontez-nous comment avez-vous été séduit par le projet AJA.

Ça s'est fait assez rapidement. J'ai d’abord eu Thomas Joubert (le préparateur physique) au téléphone. J'ai eu le coach, Jean-Marc Furlan. Puis après, Cédric Daury (le directeur sportif) m'a appelé. En deux jours, c'était réglé. Je cherchais un gros club. Et c'est vrai qu’Auxerre est un gros club de Ligue 2, avec de belles infrastructures. Je cherchais aussi un groupe qui vivait bien. Après, je connaissais un petit peu de monde ici, et la façon de jouer de coach. Je savais où j’allais.

Si vous êtes venus, c'est parce que vous pensez qu'il y a vraiment les moyens de monter en Ligue 1 ?  

Oui, évidemment. Sinon, je ne serais pas venu. Monter dans l'élite, je l'ai fait trois fois. J'aimerais monter en L1 une quatrième fois dans ma carrière avec l'AJA. J'ai eu plusieurs projets de Ligue 2 qui m’ont été présentés. Et celui dans lequel je crois le plus, c'est celui de l'AJ Auxerre. Donc je suis venu tout de suite.

Que comptez-vous apporter au club de par votre style de jeu et votre personnalité ?

Je suis un joueur offensif. J'ai 29 ans, donc un petit peu de bouteille. Je l’ai déjà dit, mais j'ai déjà connu trois montées en Ligue 1. Je connais donc bien le championnat de Ligue 2. J'ai fait une saison avec le coach Furlan où j'ai eu de bonnes statistiques (9 buts et 8 passes décisives avec Brest en 2018/2019 avec une accession en L1 à la clé), ce qui était un peu plus difficile pour moi par le passé, parce que j'étais moins régulier. J'ai trouvé une régularité avec Jean-Marc Furlan, je peux donc apporter ce côté "stat’", c'est ce que j'espère en tout cas. Je connais bien la façon de jouer de l'entraîneur, ça ira plus vite pour l'adaptation. J'ai plein de choses à apporter à ce groupe. Je suis quelqu'un de positif. On va bien bosser ensemble, et je suis persuadé qu'on pourra faire de belles choses. 

Quel est votre poste préférentiel ? Milieu offensif à gauche, à droite, dans l'axe ?

J'aime bien être dans l'axe. J'aime bien, même de plus en plus, prendre un rôle défensif dans l'axe, mais un petit peu plus bas. Mais je peux jouer à gauche et à droite aussi. 

Dans un rôle de capitaine, vous qui l'avez été à de très nombreuses reprises à Brest depuis début 2019 ? 

Oui, je l'ai été à Brest, mais ce n'est pas forcément mon délire. Si on me donne le brassard, je le prends. Mais je n'ai pas une âme de leader dans le sens où je ne parle pas beaucoup. Je parle pour dire des conneries, des blagues, beaucoup (rires). Après, je suis positif. Capitaine, je ne pense pas que ce soit mon rôle. Après, si le coach le décide, je le prendrais à cœur comme je l'ai pris à Brest, et je le ferais volontiers.  

Le plus important, c'était surtout de connaître le staff

Pour les blagues justement, vous allez pouvoir vous faire plaisir puisque vous connaissez très bien un bon nombre de membres du groupe auxerrois, aussi bien chez les joueurs que dans le staff, qui sont passés par Brest, votre ancien club… 

Oui, j'en connais pas mal ! Je connais Quentin (Bernard), "Dono" (Donovan Léon), je connais Alex' Coeff, je connais aussi Bellugou avec qui je jouais à Lorient. Je connais du monde. Mais pour moi, le plus important, c'était surtout de connaître le staff. J'ai apprécié travailler avec eux et j'étais un peu un peu déçu quand ils ont quitté le club de Brest. De revenir avec eux et de regoûter à cette façon de travailler, un petit peu différente de ce que les autres coaches font, ça me convient. Et ça me plaît bien.

Que pouvez-vous nous dire sur l'ambiance au sein du vestiaire ?

L'ambiance est bonne. C'est pour ça que je joue au foot. J'aime bien rigoler et là, je sens qu'il y a un bon groupe, que tout le monde est content d'être là. Et je pense que c'est une grosse partie du boulot. Ça chambre, évidemment, à l'image de Kévin Fortuné ici présent en train de me filmer (avec son smartphone, hilare). C'est un vestiaire qui vit, et c'est le plus important. Il faut qu'on prenne tous du plaisir en étant solidaires. Et si on y parvient, il n'y a aucune raison que l'on n'atteigne pas nos objectifs. 

Vous avez déjà un petit surnom ?

Oui, on m'appelle "Mathi'". Les autres surnoms, je ne peux pas les dévoiler au grand public. Ça sera censuré, ça ne passera jamais (rires) !

Pourquoi avoir choisi le numéro 29 comme maillot ? On a vite fait de faire l'analogie avec votre ancien club, le Stade Brestois 29…

Il n'y avait pas tant que ça de numéros de libres. On me les a énuméré. Et quand j'ai entendu qu'il y avait le 29, j'ai tout de suite pensé au Finistère. Je n'ai pas hésité, j'ai pris le 29 tout de suite.

J'ai déjà goûté aux gougères en arrivant !

Vous avez découvert la ville d'Auxerre. Premières impressions ?

C'est une petite commune charmante, avec l'Yonne qui coule en bas. Je trouve ça assez sympa. C'est vrai que c'est petit, mais je n'ai pas encore tout découvert. J'ai déjà goûté aux gougères en arrivant ! Mais je n'en ai pas assez mangé pour "bien" y goûter. Il m'en faudrait plus pour que je me rende compte, mais pas trop non plus. Il vaut mieux que je fasse gaffe, sinon, je vais me faire attraper par la BAC !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess