Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

AJA - Lancement de la campagne d'abonnements : "Les abonnés seront toujours prioritaires"

-
Par , France Bleu Auxerre

Crise sanitaire oblige, la campagne d'abonnements pour la saison 2020-2021 de l'AJA, qui débute ce lundi 3 août, ne ressemblera à aucune autre pour les supporters icaunais. France Bleu Auxerre fait le point sur ce dossier complexe avec le directeur général du club, Baptiste Malherbe.

Le stade de l'Abbé-Deschamps à Auxerre (Yonne) va-t-il accueillir plus d'abonnés qu'à l'accoutumée pour les matches à domicile de l'AJA pendant la crise sanitaire ? C'est en tout cas ce qu'espère le directeur général du club, Baptiste Malherbe.
Le stade de l'Abbé-Deschamps à Auxerre (Yonne) va-t-il accueillir plus d'abonnés qu'à l'accoutumée pour les matches à domicile de l'AJA pendant la crise sanitaire ? C'est en tout cas ce qu'espère le directeur général du club, Baptiste Malherbe. © Radio France - Romain Berchet

S'abonner est-il le meilleur moyen d'assister aux matches de l'AJA cette saison ? 

Oui ! C'est en tout cas le message martelé par le club et son directeur général, Baptiste Malherbe : alors que les mesures sanitaires limitent le nombre de spectateurs à 5.000 maximum par match, plafond que les préfets pourront à partir du 15 août lever "à titre exceptionnel, après analyse des facteurs de risques", il y a de grandes chances que votre abonnement vous permette de ne pas être refoulé à l'entrée de l'Abbé-Deschamps. "Les abonnés seront toujours prioritaires", affirme le DG de l'AJA. 

"S'il y a des jauges réduites, les fidèles du club ont, à mon avis, encore plus intérêt à s'abonner puisque si l'on est limité à moins de 5.000 personnes et que ça dure, forcément, on privilégiera nos abonnés, appuie-t-il. Vu le contexte, c'est sûr qu'ils seront les plus certains d'assister à nos matches."

La jauge maximale de spectateurs autorisés est-elle vraiment chiffrée à 5.000 supporters ?

Oui... et non. On préfère ici plutôt parler de 5.000 "personnes" dans l'enceinte d'un stade, et non pas 5.000 "spectateurs" ou "supporters". Si l'on soustrait à cette jauge le nombre de personnes dépendant de l'organisation de la rencontre présentes lors du match (membres de l'AJA, officiels de la Ligue, arbitres), le contingent des deux équipes qui s'affrontent (joueurs, staffs, dirigeants) ou encore les médias présents sur place (équipes de retransmissions TV, journalistes, photographes), on obtient "entre 4.000 et 4.500 places restantes pour les spectateurs", dixit Baptiste Malherbe.

Les abonnés pourront-ils se placer là où ils le souhaitent ?

Non, pas en début de saison en tout cas, toujours sous réserve de l'évolution du contexte sanitaire, précise le directeur général ajaïste. "Les abonnés n'auront pas leur place attitrée au départ. D'habitude, ils peuvent se retrouver côte à côte mais ce n'est pas possible d'un point de vue réglementaire. Tant qu'il y aura le problème du Covid-19, et suivant l'évolution des différents décrets, ils pourront prendre des places 'provisoires' dans la zone de leur choix, sauf ce ne seront pas forcément leurs places à l'année. Cette situation, on la vivra tant que l'on ne pourra pas se réunir de nouveau 'collés-collés'."

Une mesure "temporaire" selon le dirigeant. "Avec un peu de chance, les abonnés n'auront qu'un siège entre eux. Et même avec le masque, on peut se parler. On préférerait tous avoir un peu plus de liberté et de convivialité, mais il faudra peut-être faire avec cette configuration pour quelques mois encore."

Les prix ont-ils augmenté avec la crise sanitaire ?

Certains tarifs ont augmenté, mais pas forcément en raison de la crise sanitaire à en croire le DG de l'AJ Auxerre. En tribunes bas Leclerc et Vaux (nouvellement Groupama), les prix restent quasiment les mêmes que la saison dernière, variant de 50 à 75 € pour 19 matches à domicile (+5 € pour un nouvel abonné par rapport au précédent exercice).

"Nous avons les tarifs les plus bas de France, Ligue 1 et 2 confondues, peu importe où vous vous placez, glisse fièrement Baptiste Malherbe. Ça, on y tient. On veut être abordables et populaires, et que le maximum d'Icaunais puisse s'abonner à des tarifs très, très compétitifs. Une gamme de prix moins chère en tribunes arrières-buts et plus chère en tribunes centrales." 

Les tarifs en tribunes Louault et Guy-Roux (anciennement Tennis et Honneur) sont effectivement en hausse : pour un nouvel abonné par exemple, 140 € en Louault latérale contre 100 € l'an dernier, 200 € en Louault centrale contre 170 €, 255 € en Guy-Roux latérale contre 240 €, 420 € en Guy-Roux centrale contre 400 €...

"On n'avait pas augmenté depuis de nombreuses années pour plusieurs raisons, détaille le dirigeant icaunais. Il y a eu la descente. Les gens sont restés fidèles, et on a joué le jeu de maintenir pendant plusieurs années des tarifs finalement assez bas. Ensuite, les conditions d'accueil au stade ne justifiaient pas, selon nous, une hausse. Mais il y a eu beaucoup d'investissements ces dernières années, et notamment là, pour les sanitaires, rénovés. Et en tribune Louault qui a été complètement réaménagée, ce qui se ressent sur la répercussion de ses tarifs. Il faut dire qu'ils étaient déjà très bas pour que nos abonnés, impactés par la fermeture il y a quelques saisons des tribunes arrières-buts hautes, puissent en bénéficier."

Le club s'attend-il à voir le nombre de ses abonnés baisser à cause des incertitudes liées au Covid-19 ?

Non, et c'est même le contraire. L'an dernier comme lors des saisons précédentes, l'AJA comptait un peu plus de 2.000 abonnés, répartis en trois catégories : les particuliers qui représentent la majeure partie des abonnements du club, les entreprises et les VIP. "Je pense qu'on aura un peu plus d'abonnés que les précédentes saisons. Nos tarifs sont très attractifs, nos investissements pour l'amélioration des conditions d'accueil sont indéniables et s'abonner permettra d'être prioritaire pour assister aux matches dans le contexte sanitaire. souligne le directeur général icaunais. Surtout, les gens ont été sevrés de foot pendant des mois, et on a bien vu lors des matches amicaux qu'il y avait une attente et une envie autour de ce sport, qui participe à retrouver des émotions collectives."

Mais pour Baptiste Malherbe, la hausse espérée du nombre d'abonnés ne se fera pas sans une application sans faille des gestes barrières à l'intérieur de l'Abbé-Deschamps. "Il y aura le port du masques pour tous dans l'ensemble du stade, du gel hydroalcoolique aux entrées et aux buvettes, des systèmes automatiques pour se laver les mains dans les sanitaires, l'espacement d'un mètre entre les spectateurs avec un siège d'écart... Si les gens voient qu'ils sont en sécurité sanitaire chez nous, ils s'abonneront plus facilement."

Continuer à acheter des billets pour des matches à l'unité a-t-il encore un sens ?

Tout cela dépendra du nombre final d'abonnés que comptera l'AJA. S'il l'on dépasse les 5 000, voire même 4.000 abonnements à l'année, en présageant que le seuil maximum de personnes présentes dans l'enceinte d'un stade reste fixé encore un moment à 5.000 - sous réserve de l'évolution de la crise sanitaire -, on peut envisager une limitation d'émissions de billets à l'unité. Sera-t-il aussi possible de racheter les places des abonnés qui ne pourront pas se rendre aux matches à l'Abbé-Deschamps dans ce contexte ? Difficile de le savoir. 

Ce qui est certain, c'est que les tickets seront toujours aussi abordables. De 3 à 5 € en virage par exemple. "On voit que le coût de la vie augmente et nous, on tente de rester très abordables, confirme le DG de l'AJA. On fait également des tarifs réduits pour les moins de 12 ans afin que les gens puissent venir en famille. C'est accessible à tout le monde."

Ceci étant, Baptiste Malherbe préfère la jouer cash. "Beaucoup de fidèles prennent leurs billets au jour le jour, match après match. Mais franchement, cette année, entre nos tarifs et les jauges liées aux mesures sanitaires, il y a peut-être plus d'intérêt à s'abonner."

L'AJA va-t-elle faire un geste envers ses abonnés après la fin de saison arrêtée ?

Oui, et ce pour les deux prochains matches à l'Abbé-Deschamps, deux rencontres de gala : la finale de la Coupe de France de football féminin PSG-Lyon dimanche 9 août (20h) et le dernier amical de l'AJA contre les Girondins de Bordeaux samedi 15 août (19h).

"Nos abonnés ont manqué les cinq derniers matches de la saison et nos partenaires aussi, raconte Baptiste Malherbe. Le club voulait faire un geste pour ces deux rencontres en compensation. Pour la finale de la Coupe de France de foot féminin, la FFF a dit 'OK, on vous met à disposition vos places pour les abonnés et vos partenaires'. Nous allons donc offrir 1.800 places à nos abonnés grand public pour cette rencontre. Le remplissage va aller très vite : il y a 200 places délivrées pour chaque club finaliste, 100 places pour les salariés du club et les joueurs du centre de formation, 500 places pour la Ligue de football de Bourgogne... Il en restera 400 à la vente."

Un masque aux couleurs de l'AJA devrait également être offert aux abonnés, de même qu'un tour de cou bleu et blanc.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess