Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% AJA

AJA : que devient le propriétaire James Zhou, absent depuis février à cause du Covid-19 ?

-
Par , France Bleu Auxerre

Malgré le meilleur début de saison de l'AJA depuis la descente, des supporters s'interrogent : que devient James Zhou, le propriétaire du club et milliardaire chinois, pas venu dans l'Yonne depuis février à cause de la crise sanitaire ? Loin des yeux, mais près du cœur, assure le président Graille.

Le milliardaire chinois James Zhou, propriétaire de l'AJA, n'a pu revenir en France depuis le début de la crise sanitaire. Mais le président du club, Francis Graille, l'assure : l'homme d'affaires n'est pas prêt de quitter l'Yonne.
Le milliardaire chinois James Zhou, propriétaire de l'AJA, n'a pu revenir en France depuis le début de la crise sanitaire. Mais le président du club, Francis Graille, l'assure : l'homme d'affaires n'est pas prêt de quitter l'Yonne. © Maxppp - Jérémie Fulleringer

Quand on lui demande depuis quand le propriétaire de l'AJA, James Zhou, ne s'est pas rendu à Auxerre, le président du club Francis Graille n'hésite pas longtemps. "Il n'est pas venu depuis le mois de février, ça fera bientôt un an." La crise sanitaire est passée par-là. Et le milliardaire chinois, actionnaire majoritaire de l'AJA via sa société ORG Packaging, doit vivre à distance la très bonne passe des Icaunais, invaincus depuis 8 rencontres avec à la clé une 5e place en championnat avant la 16e journée. Le meilleur démarrage auxerrois depuis que l'homme d'affaires a racheté le club, en octobre 2016. 

Le meilleur début de saison tout court depuis la descente en L2, en 2012. Et même s'il n'est pas là physiquement - on doit sa présence sur les photos officielles d'équipes à la magie de Photoshop -, le "boss" ne rate pas une miette de ce qui se passe dans son club. "Il s'enquiert plusieurs fois par semaine de l'actualité de l'AJA" confie Francis Graille, très souvent en contact avec James Zhou. 

Même absent depuis février, le propriétaire de l'AJA James Zhou "suit tous les matches" de son équipe, confie le président du club, Francis Graille / Interview : Nicolas Fillon

Il faudra que l'épidémie soit apaisée pour le revoir - Francis Graille, président de l'AJA

"Il suit tous les matches, il a des comptes-rendus réguliers de nos réunions, et il a un correspondant au club avec qui il échange en permanence, poursuit le président de l'AJA. Mais je sais que c'est difficile à vivre pour James, il me le dit. Il espère revenir bientôt, mais pour le moment, vis-à-vis de ses affaires, il ne peut pas se permettre de quitter la Chine, de venir en France pour être placé en quarantaine, et risquer d'être à nouveau en quarantaine pour le retour. Il faudra que l'épidémie soit apaisée pour le revoir."

Confronté au coronavirus et ses conséquences pour son pays et sa société de fabrication d'emballage métallique - ses usines, une trentaine au total, ont dû fermer plusieurs mois avec près de 4 000 salariés touchés -, James Zhou, même à distance, s'était signalé pendant la crise sanitaire par un geste fort : le don de 100 000 masques, 5 000 combinaisons et 20 000 kits de dépistage aux services de santé de l'Auxerrois, au mois d'avril, après un premier don de 6 000 masques au début de la pandémie. Le milliardaire chinois a également envoyé à l'hôpital d'Auxerre cet automne une machine permettant d'accélérer et de réaliser davantage de tests.

James Zhou, qui a investi plus de 30 M€ depuis son arrivée à la tête du club, est "très heureux et très enthousiaste" du début de saison de l'AJA, dixit Francis Graille. "Il est en revanche malheureux par rapport à la situation du football en France mais heureusement, il est très impliqué. Et je le tiens informé de la situation. Il est d'ailleurs intervenu auprès de l'actionnaire chinois de Mediapro, pour se renseigner et nous donner quelques informations sur la situation des droits TV. Il est au cœur du sujet."

Affiches et demande de maillot dédicacé

Mais comment concrètement les échanges entre l'actionnaire majoritaire et son président délégué se manifestent-ils ? "Après chaque match, il nous envoie des vidéos, à moi ou au coach" répond Francis Graille. "Les gens qui travaillent pour lui élaborent des affiches d'avant-match et d'après-match, que je relaie parfois sur les réseaux sociaux, et qui sont toujours d'une qualité assez incroyable. Comme celle après le 6-0 contre Niort !" 

"On ne comprend pas toujours ce qui y est écrit, car je ne parle pas mandarin (rires). Mais on voit qu'il y a beaucoup d'engouement autour de l'AJA, poursuit le président auxerrois. Ce n'est pas un gadget, ça montre que pour eux, ça fonctionne. Ils sont heureux, fiers des résultats, fiers de mettre en avant les buteurs et toute l'équipe. James est vraiment content de cette bonne période de l'AJA, mais très malheureux de ne pas pouvoir y participer."

Le coach de l'AJA Jean-Marc Furlan "parle après chaque match" avec le propriétaire du club, James Zhou, qui ne peut pas se rendre en France à cause de la crise sanitaire / Interview : Nicolas Fillon

Outre Francis Graille, Jean-Marc Furlan est donc également en contact avec James Zhou. "On se parle après chaque match, il m'envoie un petit mot par mail ou par WhatsApp, et je lui réponds, sourit le coach icaunais. L'autre jour, on avait 3 matches d'affilée, je lui ai répondu au bout du 3e match. Je lui explique comment on fonctionne dans le vestiaire, pour qu'il soit tenu informé. Parce qu'avant la crise sanitaire, Monsieur Zhou, il était toujours là ! Il prenait son avion et il débarquait, avec sa famille, que ce soit pour les matches à domicile ou à l'extérieur. Il voulait vivre AJA et ça, c'était très agréable. Mais avec cette crise sanitaire, il ne peut plus."

Ce qui n'empêche pas le milliardaire chinois d'être le premier supporter de l'AJA, même à plus de 8 000 km de son équipe. Et de formuler certaines demandes particulières auprès de l'entraîneur ajaïste, comme après AJA-Niort, qui a vu l'attaquant Mickaël Le Bihan y aller de son triplé pour sceller la victoire auxerroise 6-0. "Il m'a demandé le maillot de Le Bihan, signé, avec la date. Donc, il devait être content (rires). Sur WhatsApp, il me dit : 'Je ne vais pas dormir de la nuit !' En Chine, il est 3h du matin quand nous, on joue nos matches. Il devait être mal, le mec (rires) !"

L'actionnaire majoritaire et propriétaire du club, James Zhou, a récemment demandé à Jean-Marc Furlan le maillot dédicacé de Mickaël Le Bihan, le soir de son triplé face à Niort, ce que confirme également Francis Graille / Interview : Nicolas Fillon

James interviendra s'il faut remettre au pot - Francis Graille, président de l'AJA

"James Zhou est très amoureux de son équipe, confirme Francis Graille. Il est très heureux de pouvoir montrer à ses amis chinois, aux gens avec qui il travaille, que son investissement à l'AJA n'est pas vain, et qu'il en tire une certaine fierté." Justement, à propos d'investissements, certains s'inquiètent de l'absence physique de James Zhou à Auxerre. 

Avec la crise économique qui mêle Covid-19, recettes billetterie inexistantes mais aussi droits TV dont l'appel d'offres devrait être renégocié à la baisse suite au désistement de Mediapro, plusieurs supporters se posent la question : le milliardaire chinois va-t-il arrêter d'injecter de l'argent dans le club, voire s'en désengager à court terme ? 

Non, insiste le président de l'AJA : "Nous avons fait de nombreuses réunions, fort longues, à propos de la crise économique qui touche le football français. Il y a 15 jours, on a eu un conseil d'administration pour préparer notre passage devant la DNCG (le gendarme financier du foot) car je souhaitais qu'on s'y présente avec les coudées franches. Et James nous soutient. Sans lui, l'AJA aurait disparu. Il y a eu beaucoup de choses à remettre en route, de travaux à faire... Beaucoup plus que je ne le pensais en arrivant, comme James ne le pensait aussi. Mais il est très content de ce qui est fait."

Malgré la crise économique, "James Zhou sera à nos côtés" affirme le président de l'AJA Francis Graille, et "interviendra s'il faut remettre au pot" / Interview : Nicolas Fillon

Et Francis Graille d'affirmer : "James Zhou sera à nos côtés. Maintenant, il ne faudrait pas que l'on subisse une catastrophe industrielle majeure. Parce que même James aurait des difficultés à nous aider. On essaye donc de trouver nous-mêmes nos propres solutions, et James interviendra, bien sûr, quand il faudra, s'il faut remettre au pot. Ce qui arrivera certainement d'ici la fin de saison. Mais il nous a promis d'être là."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess