Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Alain Fessler, président de l'association GF38 : "Pour l'instant, on enfouit les émotions"

mardi 8 mai 2018 à 19:48 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Le GF38 n'a besoin que d'un point face à l'Entente Sannois-Saint-Gratien vendredi (stade des Alpes, 18h30) pour monter directement en L2. Alain Fessler, à la tête du club de 2011 à 2014, et aujourd'hui président de l'association, estime que la place de Grenoble est dans le top 40 du foot français.

Alain Fessler (à droite) aux côtés de l'actuel président du GF38 Stéphane Rosnoblet
Alain Fessler (à droite) aux côtés de l'actuel président du GF38 Stéphane Rosnoblet - Photo du club

Grenoble, France

Sept années se sont écoulées depuis la dernière apparition du GF38 en Ligue 2. Relégué administrativement en CFA2 suite au dépôt de bilan en 2011, Grenoble remonte la première saison, puis stagne au niveau supérieur. Tout s'enchaîne ces deux dernières années : la montée en Nationale 1, et aujourd'hui, le graal est tout proche, à un point. Président du club de 2011 à 2014 suite au départ des investisseurs japonnais, Alain Fessler revient sur l'effondrement, et le renouveau du GF38.

"Quand on a repris ce club c'était compliqué. Ça faisait suite à une vraie catastrophe. Ce n'est pas seulement une entreprise qui dépose le bilan dans le monde du foot. Vous perdez le statut pro, et vous perdez tout. On avait une formation qui était excellente, des jeunes qui se sont retrouvés libres sur le marché, et ça c'est une vraie catastrophe. Aujourd'hui, la montée en Ligue 2 est une étape. Retrouver le statut pro n'est pas acquis, et la pierre angulaire de tout, c'est le centre de formation et un centre d'entraînement digne de ce nom. Il y a encore beaucoup de choses à faire pour pérenniser, pour que l'on soit un grand club."

Ces sept années ont été vécues avec beaucoup de souffrances. Il y a eu ce petit enfer des quatre saisons perdues en CFA, alors que l'on pensait, dans nos plans, remonter assez rapidement. 

"Moi je n'ai jamais douté que cette équipe puisse un jour retrouver sa place. Grenoble, huitième agglomération, doit figurer parmi les 40 meilleures équipes du championnat de France. Il y a l'arrivée de deux hommes qui est très importante. Notre président, Stéphane Rosnoblet. Un homme très discret mais qui a beaucoup apporté dans sa gestion, dans ce qu'il amène, ce qu'il draine comme partenaires autours de lui. Et puis le manager général Max Marty, qui n'en est pas à sa première montée, qui est un travailleur acharné et qui connait bien le milieu du football. L'entraîneur Olivier Guégan, qui sera bientôt à l'origine de deux montées, n'est pas non plus étranger à tout ça."

Depuis trois ans, il y a beaucoup de satisfaction, beaucoup de récompenses grâce au travail accompli.

"Pour l'instant, on enfouit les émotions, on les calme, mais je pense qu'à la fin du match ça va exploser. On a connu tellement de désillusions qu'aujourd'hui on essaye de rester calme. Sannois-Saint-Gratien va jouer sa vie sur ce match (les Franciliens sont relégables avant le dernier match de la saison). Mais je fais confiance à ce groupe qui a un gros mental et a très envie de gravir cet échelon."