Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alain Giresse : "Il faut remettre le sport au cœur du club des Girondins de Bordeaux"

-
Par , , France Bleu, France Bleu Gironde

Le club des Girondins de Bordeaux traverse une période difficile. Lâché ce mois-ci par son actionnaire unique, King Street, il doit trouver un repreneur. Mais qui ? Et avec quel projet d'avenir ? Ce sont les questions auxquelles tente de répondre l'ancien footballeur Alain Giresse.

Selon la formule, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs

L'adage plein de bon sens lancé par Alain Giresse dans l'émission Planète Liza face à Bixente Lizarazu devrait mettre tout le monde d'accord. Pourtant, la réalité est souvent différente.  

Le sujet bouillant du moment : la nécessité pour le club des Girondins de Bordeaux de trouver de nouveaux propriétaires après l'annonce du retrait du fonds d'investissement américain King Street.  

Vigilance dans le viseur

Interrogé par Bixente Lizarazu, sceptique sur les intentions "sérieuses" d'un futur repreneur, Alain Giresse se veut pragmatique, rappelant la priorité à garder en tête :  

Il faut aller au concret, et le concret ce sont les finances. Et pour pouvoir accéder à reprendre le club, il faut vraiment que les repreneurs aient des moyens, et des moyens crédibles et solides.

Le déficit du club est en effet estimé entre 50 et 80 millions d'euros. Cependant, l'ancien Girondin, Bixente Lizarazu (8 saisons avec le club), martèle une nécessité de vigilance.  

Le danger, au fond, c'est ça : c'est flatter les supporters, flatter les gens simplement pour prendre le contrôle du club. Et puis après, finalement, ne pas répondre à ses engagements.

Remettre le sport au cœur des enjeux

Si Alain Giresse maintient l'obligation de "consolider la reprise sur le plan financier", la légende du football à Bordeaux évoque un autre enjeu majeur pour les futurs repreneurs : celui de se concentrer sur le sport, "la partie principale de l'activité d'un club de foot".  

Conscient que Bordeaux pourrait difficilement obtenir les mêmes fonds financiers que ceux du PSG à travers les Qataris, Alain Giresse prône le réalisme et la franchise vis-à-vis des supporters : 

Une équipe, ça ne se fait pas comme ça d'un coup de baguette magique. C'est du travail, c'est de la précision et de la patience. Et ça, il faudra être capable de pouvoir le faire comprendre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess