Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% Verts

Amendement pour la reprise de la Ligue 1 : Marie-George Buffet et Bernard Caïazzo réagissent

Rejeté mardi au Sénat, l'amendement déposé pour reprendre la Ligue 1 fait réagir notamment le président du conseil de surveillance de l'ASSE et l'ex-ministre des Sports.

La députée communiste de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet.
La députée communiste de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet. © Maxppp - Léon Tanguy

S'il a été rejeté mardi soir au Sénat, l'amendement pour reprendre le championnat de Ligue 1 fait réagir le président du conseil de surveillance de l'ASSE, Bernard Caïazzo, également président du syndicat Première ligue qui représente une majorité des clubs de Ligue 1.

"Tous les clubs pros subissent le préjudice de l'arrêt des championnats français. C'est le gouvernement qui a décidé, ne l'oublions pas. Cette décision est la responsabilité du Premier ministre. Bien sûr ça entraîne une perte de 600 millions d'euros sur la saison pour le foot professionnel français et l’impossibilité de faire notre mercato avant le 30 juin. Un club comme l'AS Saint-Étienne qui n'a jamais perdu d'argent chaque saison sur les dix dernières années risque de se retrouver avec des pertes, certes moins importantes que la grande majorité des clubs de Ligue 1."

"Un club comme l'AS Saint-Étienne qui n'a jamais perdu d'argent chaque saison sur les dix dernières années risque de se retrouver avec des pertes, certes moins importantes que la grande majorité des clubs de Ligue 1." - Bernard Caïazzo, président du conseil de surveillance de l'ASSE

"Mais c'est une situation que nous déplorons. Nous aurions préféré continuer à jouer d'autant plus si les autres grands championnats européens reprennent et vont au bout. C'est certains qu'on va se poser des questions en France et on va se demander pourquoi nos championnats n'ont pas repris. Mais je crois qu'il faut aussi être démocrate légitime et comprendre qu'un gouvernement a une responsabilité supérieure à la notre et qu'il avait toute l'autorité de police pour prendre ces décisions."

Le weekend dernier, l'ASSE a annoncé qu'elle portait plainte après les affirmations de mauvaise santé financière de Médiapart. Selon nos informations, les clubs concernés seraient l'OM, Monaco, Lyon et le PSG qui ont les budgets les plus élevés et qui sont donc les plus touchés. 

Des questions face aux autres grands championnats européens

Depuis lundi soir, date à laquelle l'amendement a été déposé, les six sénateurs dont quatre du Rhône qui ont déposé cet amendement ont eu le temps de s'expliquer sur le pourquoi de leur démarche comme le sénateur Les Républicains du Rhône, François-Noël Buffet.

"Je suis un supporter de l'Olympique Lyonnais, je l'assume totalement. J'adore le foot mais je suis aussi un législateur et un citoyen comme un autre, et de surcroît un élu. Une grande nation comme la notre devrait pouvoir arriver aujourd'hui dans des conditions sanitaires sécurisées à pouvoir reprendre le chemin des stades pour les professionnels comme le font d'autres pays."

"Il faudrait que monsieur Aulas abandonne un temps ses intérêts particuliers et qu'il pense un peu à son sport." - Marie-George Buffet

Il faut dire que depuis la fin officielle de la Ligue 1, le 30 avril dernier, le président de l'OL Jean-Michel Aulas fait tout pour sauver ses intérêts. Et ça commence à agacer l'ex-ministre des Sports et députée communiste de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet.

"Je pense que devant la gravité de la situation, le devenir des clubs amateurs de foot, la situation périlleuse pour certains clubs professionnels de foot en France, il faudrait que monsieur Aulas abandonne un temps ses intérêts particuliers et qu'il pense un peu à son sport."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess