Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Mondial 2018 de football

Amical : France-Espagne, un match de prestige

mardi 28 mars 2017 à 3:00 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Après avoir fait ses devoirs au Luxembourg (3-1) sur la route de la Coupe du monde 2018, l'équipe de France rajeunie enchaîne désormais une soirée de gala face à l'Espagne ce mardi au Stade de France (21h).

Antoine Griezmann face à la Roja en septembre 2014
Antoine Griezmann face à la Roja en septembre 2014 © Maxppp -

De quel bois est faite l'équipe de France ? On devrait le savoir un peu plus précisément ce mardi soir au coup de sifflet de final qui retentira au Stade de France. Après leur succès au Luxembourg (3-1), les hommes de Didier Deschamps - vice-champions d'Europe en titre - vont se murer dans un match de prestige à l'Espagne, qui a réalisé l'incroyable triplé Euro 2008, Mondial 2010, Euro 2012.

Que vaut la Roja ?

Même si son lustre a pâli lors des campagnes suivantes après un Euro 2016 raté notamment, la Roja conserve de beaux restes et un style de jeu de possession de référence. L'Espagne - 10e du classement FIFA - est en tête de son groupe avec l'Italie (poule de la mort) après sa victoire contre Israël vendredi (4-1).

Alléchant, sur le papier. Or, c'est tout le paradoxe de ce rassemblement des Bleus: ils passent d'un match qui compte face à une équipe modeste à une rencontre pleine d'étoiles vide d'enjeu; de Mutsch à Iniesta, de trois points à aucun.

Mbappé titulaire et une défense remaniée ?

Et comme Didier Deschamps a déjà annoncé qu'il alignait sa meilleure équipe au Luxembourg et allait "forcément" procéder à une "rotation" mardi, le match au "SDF" ne permettra pas vraiment de jauger la véritable valeur du onze bleu relifté. Sans oublier la finale de la Coupe de la Ligue ce samedi entre Paris et Monaco qui pourrait amener le sélectionneur à faire des choix stratégiques.

Côté monégasque, il y a d'ores et déjà eu de la casse. L'arrière droit Sidibé a dû sortir à l'heure de jeu samedi, touché aux côtes mais sans fracture et forfait mardi ; son alter ego gauche Mendy ne s'est pas entraîné dimanche afin de soigner un pied douloureux... "Je ferai en sorte qu'un maximum de joueurs aient du temps de jeu", a aussi avancé "DD", confronté à une double problématique, entre son groupe très rajeuni et l'hécatombe dans le bloc défensif depuis le début du rassemblement, avec les défections successives de Sagna, Pogba, Sidibé et Rami, outre Kimpembe forfait samedi et toujours incertain. Les six joueurs de champ valides qui étaient remplaçants samedi auront sans doute l'occasion de se montrer, les Kurzawa, Lemar et Gameiro, ainsi que les novices Bakayoko, Tolisso et Thauvin, a priori davantage que les renforts dominicaux Corchia et Laporte.

A LIRE AUSSI Equipe de France : Sidibé et Rami forfaits, Corchia et Laporte appelés pour le match contre l'Espagne

Jallet, Mbappé et Rabiot, entrés en cours de match samedi, auront aussi certainement du temps de jeu, tout comme Dembélé, titulaire à Luxembourg et qui, pour sa 4e sélection à 19 ans, a détonné par ses prises d'initiatives tout en dribble et vitesse, dans le droit-fil de ses prestations à Dortmund. Si Giroud devrait enchaîner pour faire le plein de confiance après son doublé contre le Luxembourg, Mbappé, après un petit quart d'heure plein de promesses pour sa première cape à 18 ans, connaîtra-t-il sa première titularisation ? Et évoluera-t-il à gauche, comme samedi, ou en deuxième attaquant comme à Monaco, pourquoi pas associé à Griezmann, le plus espagnol des Français ? Ou bien Gameiro, coéquipier de "Grizou" à l'Atletico Madrid va-t-il tirer son épingle du jeu ?

Diego Costa incertain

De l'autre côté des Pyrénées, l'attaquant Diego Costa est incertain, victime dimanche à l'entraînement d'une "lésion osseuse aiguë" à une cheville, selon sa Fédération (RFEF). Un coup dur pour le sélectionneur Julen Lopetegui, qui avait installé depuis sa prise de fonctions en juillet le Brésilien d'origine à la pointe de l'attaque, et pourrait du coup recourir à Morata, en manque de temps de jeu au Real Madrid, ou Aspas (Celta Vigo).

Le secteur offensif peut aussi compter sur l'expérimenté Silva ou le Sévillan Vitolo, mais aussi sur Pedro, de retour dans la liste. L'ex-Barcelonais avait inscrit à Saint-Denis son but international le plus important, lors d'une victoire 1-0 contre les Bleus en qualifications du Mondial 2014 qui avait pesé dans le classement final.

  - Visactu
© Visactu -

Les compos probables

France : Lloris - Jallet, Koscielny, Umtiti, Kurzawa - Dembelé (ou Thauvin), Kanté, Rabiot (ou Matuidi), Payet (ou Lemar) - Griezmann, Giroud (ou Gameiro ou Mabappé)

Espagne : De Gea - Azpilicueta, Nacho (ou Martinez), Ramos, Alba - Koke, Busquets, Isco - Vitolo, Costa (ou Morata), Silva (ou Aspas)

Le calendrier des Bleus

  - Visactu
© Visactu -

Notre dossier Mondial 2018

   - Visactu
© Visactu -


  - Aucun(e)
-