Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens SC : pour Luka Elsner il faut "se détacher de ce qu'il se passe en coulisse"

-
Par , France Bleu Picardie

Dans une reprise pleine d'incertitude pour l'Amiens SC qui sera fixé ce mardi sur son avenir en Ligue 1 ou en Ligue 2, l'entraîneur Picard Luka Elsner se dit heureux d'avoir retrouvé ses joueurs et concentré sur sa tâche.

Luka Elsner entraîneur de l'Amiens SC
Luka Elsner entraîneur de l'Amiens SC © Radio France - François Sauvestre

France Bleu Picardie : ce mercredi, après deux jours de tests, l'équipe retrouve les terrains. Comment abordez-vous cette reprise après plus de trois mois sans compétition ?

Luka Elsner : C'est une joie très très profonde d'avoir retrouvé une partie de l'effectif, le staff, d'avoir pu refouler un peu les pelouses ne serait-ce que pour évaluer un peu leur état. Comme tout le monde, je pense qu'après cette grande période d'inactivité en tous cas sur la partie entraînements, terrain il y a vraiment une joie profonde de se retrouver et de recommencer à fonctionner et de faire notre métier. On voit maintenant, encore plus qu'avant que c'est une vraie passion parce que c'est quelque chose qui nous manquait très profondément. 

Quel est le programme de cette reprise ?

On a d'abord un protocole sanitaire à bien respecter et c'est vrai que ça change notre façon quotidien. On va y aller de façon très progressive dans les trois premières semaines. On va les remettre dans le bain, ensuite les évaluer et à terme les réadapter aux efforts maximums. On doit se donner ces trois premières semaines pour préparer le corps et l'esprit à de nouveau pouvoir engager des intensités très importantes qui seront nécessaires par la suite. On doit considérer que ce sont des joueurs, un peu comme en état de blessure. Pour nous l'objectif numéro un sur ces trois premières semaines c'est de ne perdre personne. 

Les joueurs vont-ils travailler avec le ballon à partir de mercredi ?

Absolument ! Maintenant cela va se faire avec des contraintes différentes par rapport au jeu normal et aux confrontations normales. Ce qui va le plus manquer c'est la partie aisance technique et sensation du ballon dans les pieds, beaucoup plus que la partie endurance qui pour certains a pu être développée pendant le confinement. Il n'y aura pas de contact sur les premières semaines, on a le site pour mettre de la distance. 

De quel effectif disposez-vous pour cette reprise ?

On a pas mal de situations diverses. On a fait monter beaucoup de jeunes du centre de formation, c'est vraiment quelque chose qui nous tient à cœur pour cette nouvelle saison. On a eu des fins de contrat et certains ont été dispensés de quelques jours d'entraînement. Et puis on a les joueurs sous contrat qui sont pratiquement tous revenus. Il manque encore deux joueurs pour lesquels on attend des tests. On sera au complet à partir de mercredi ou jeudi, au moins pour l'effectif sous contrat. 

Votre nouvel adjoint Oswald Tanchot est-il déjà au travail ?

Il est déjà au travail. Cela fait un moment que nous sommes en lien, depuis le confinement. Il est là et prêt à nous aider à accomplir notre mission. 

Comment gérer cette reprise sportive pas comme les autres, alors que le club se bat en justice pour rester en Ligue 1 ?

C'est forcément délicat vu la posture dans laquelle on se situe. Mais il est vraiment important qu'on réalise notre travail de manière très impliquée dans le quotidien. C'est à dire que les éléments sur lesquels on peut avoir une influence, ce sont les entraînements et on doit se détacher beaucoup de ce qu'il se passe en coulisse. Donc nous sommes très impliqués sur le bon déroulement des séances, des contenus d'entraînements pour mettre les joueurs dans les meilleures dispositions possibles. Il faudra être en situation de pouvoir gagner le premier match de championnat, peu importe la situation. Nous, on peut avoir une influence sur ça, pas sur le reste.

Cette situation peut-elle renforcer le groupe ?

Je pense que le sentiment de revanche aura une place importante d'aujourd'hui jusqu'à la fin de la saison. C'est quelque chose que l'on gardera en nous et dont on doit se servir pour être très performant cette année. C'est quelque chose que l'on effacera pas comme ça.

Comment gérer le mercato avec cette incertitude qui pèse sur le club ?

Nous avons essayé d'évaluer les opportunités qui s'offrent à nous qui pourraient être viables sur les deux tableaux mais la majorité de la formation de l'effectif et les arrivées se feront à partir du moment où la décision sera définitive. On travaillera forcément un peu dans l'urgence mais on est prêts et ce sera notre projet sur les derniers instants avant la reprise. On doit surtout faire en sorte que la base des joueurs qui sera avec nous soit forte et que eux soient prêts dès le début. 

Vous avez hâte d'être fixé ?

Oh oui ! On est forcément dans l'attente d'une réponse définitive. Maintenant le processus judiciaire doit aller au bout, ne peux pas être raccourci. Le club a été très courageux, très concerné et impliqué par ce combat. Nous, si on doit attendre pour aller au bout on attendra et on fera notre travail dans l'ombre pour que être prêt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu