Football

« Angers match piège » : Patrice Garande, entraîneur du Stade Malherbe de Caen

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin jeudi 12 octobre 2017 à 18:10

Ivan Santini rentré fatigué de sélection sera-t-il émoussé contre Angers ?
Ivan Santini rentré fatigué de sélection sera-t-il émoussé contre Angers ? © Maxppp - Stéphane Geufroi

Solides 5e du championnat de Ligue 1, les footballeurs du Stade Malherbe de Caen accueillent samedi soir l’une de leurs bêtes noires. Le SCO d’Angers, équipe au gros mental, invaincue contre Caen depuis trois ans. Patrice Garande se méfie de cet adversaire.

Depuis deux mois, le Stade Malherbe enchaîne les succès : cinq lors des six derniers matchs. Des victoires souvent à l’arrachée et avec le soupçon de réussite (plus ou moins provoquée) indispensable pour l’enchaînement d’une telle série. Ce samedi, c’est une équipe d’Angers classée 12e, avec seulement une victoire au compteur, qui se présentera à d’Ornano.

« C’est le match piège ! » , claque Patrice Garande, l’entraineur malherbiste. « Tout le monde va regarder les classements et se dire ‘ça va’» explique-t-il, visiblement agacé par la présence cette semaine de chaînes de télévision venue l'interroger sur le thème ‘Caen meilleure défense de Ligue 1 avant le test de Monaco’.

« On me demandait comment mes défenseurs vont se comporter contre Falcao et les Monégasques. Mais avant il y a Angers et Crivelli », hiérarchise dans le temps le technicien caennais, soucieux de l'importance des matchs contre des adversaires directs dans la course au maintien. Et pour lui Malherbe va accueillir « une très bonne équipe d’Angers, redoutable sur coups de pieds arrêtés, très rapide en contre et qui ne lâche rien ! » rappelle le coach.

Un SCO en tous cas déroutant et imprévisible, capable à quatre reprises de revenir au score (Bordeaux, Marseille, Saint-Etienne et Lyon) mais en difficulté pour conserver un avantage (Lille et Nice) lorsqu’elle est menée au score ! Depuis que les deux formations se fréquentent en Ligue 1, les Caennais mordent la poussière face à ce club qui leur ressemble en termes d’infrastructure : 1 nul et 4 défaites, coupe de France incluse.

Des internationaux fatigués

Pour ce match Patrice Garande pourra compter sur la présence de ses six joueurs internationaux. Tous sont rentrés en Normandie sans blessures après leur convocation en sélection. Sans blessures, mais pas sans fatigue pour certains.

« Ivan Santini par exemple n’a pas joué mais la Croatie a changé de sélectionneur entre les deux matchs. Et le nouveau a voulu marquer son empreinte. Donc ils ont beaucoup travaillé et Ivan est rentré très fatigué », indique l’entraineur caennais.

L’avant-centre malherbiste a donc été ménagé cette semaine, comme Adama M’Bengue qui a accumulé les heures d’avion pour aller jouer au Cap Vert et de surcroit sur un terrain synthétique. Quand au marocain Aït Benasser il n’est revenu que mercredi. L’inconvénient d’avoir des internationaux, plus nombreux dans les rangs caennais qu’angevins. Stéphane Moulin n’a été privé que de trois joueurs pendant la trêve internationale. Mais il devra composer avec deux absents samedi soir : le milieu sentinelle Santamaria et le défenseur croate Pavlovic (suspendus).