Football

Après sa première défaite de l'ère Sergio Conceicao, le FC Nantes attendu au tournant à Toulouse

Par Aurélien Tiercin, France Bleu Loire Océan vendredi 13 janvier 2017 à 18:10

Les Canaris, la tête basse, après la défaite (0-2) contre Nancy
Les Canaris, la tête basse, après la défaite (0-2) contre Nancy © Maxppp - Franck Dubray

Ce samedi à 20h, le FC Nantes affronte le Toulouse FC au Stadium pour le compte de la 20ème journée de Ligue 1. Il sera surtout question de voir la réaction des Nantais après leur première défaite sous les ordres de Sergio Conceicao en quart-de-finale de Coupe de la Ligue contre Nancy (0-2).

Direction la capitale de l'Occitanie ce samedi pour les Canaris, un déplacement compliqué à Toulouse, où les hommes de Pascal Dupraz ont battu le Paris SG (2-0) et l'AS Monaco (3-1), seule équipe de Ligue 1 à avoir réussi ce tour de force. Et la tâche s'annonce doublement ardue pour des Nantais qui restent sur une vilaine défaite (0-2) à la Beaujoire contre l'AS Nancy-Lorraine en quart-de-finale de la Coupe de la Ligue.

C'est un mal pour un bien. C'est une défaite qui nous a remis les idées en place. Je ne dis pas que la défaite est bonne à prendre mais ca nous fait redescendre sur terre. On était sur notre petit nuage après ces quatre victoires de suie" - Amine Harit, milieu de terrain du FC Nantes

Avec quatre victoires en autant de matches sur le banc, Sergio Conceicao avait métamorphosé le FC Nantes. Mais la défaite de Nancy a fait resurgir les vieux démons : l'inefficacité chronique ! A l'image du Nantes version René Girard, l'équipe de mardi n'a pas complètement démérité mais s'est montré incapable de marquer le moindre but, malgré un paquet d'occasions. Comme l'impression de revenir un mois et demi en arrière, quand le club s'enlisait dans la crise.

Toulouse, Caen et PSG : Semaine charnière pour les Canaris

Pour le messie Sergio Conceicao, l’entraîneur portugais du FC Nantes, le miracle n'a pas duré indéfiniment. Mais il ne s'inquiète pas : "On a regardé ce qu'on n'avait pas bien fait, on s'est parlé. L'ambiance n'a pas changé dans l'équipe. Qu'on gagne ou qu'on perde, on travaille de la même manière. Et on est reparti pour un nouveau défi". Un défi en forme de première étape d'un marathon de trois matches en sept jours. Après le déplacement à Toulouse, le FC Nantes accueillera Caen (match reporté en décembre à cause du brouillard) puis le Paris Saint-Germain. "Une semaine capitale pour la suite de la saison évidemment mais on prend match par match. Et Toulouse est une équipe solide, agressive. Ce sera un match très difficile" avoue Sergio Conceicao.

Jean-Kevin Augustin ? Il n'ira pas à Rennes (sourire)... s'il doit aller quelque part, ce sera au FC Nantes" - Amine Harit, milieu du FC Nantes

Pour le déplacement dans le Sud-Ouest, le FC Nantes pourra compter sur sa recrue colombienne, Felipe Pardo. L'ailier de 26 ans prêté par le club grec de l'Olympiakos, fait partie d'un groupe élargi de 20 joueurs et pourrait disputer ses premières minutes sous les couleurs des Jaune et Verts. En attendant peut-être une autre arrivée sur le plan offensif, celle de Jean-Kevin Augustin. L'avant-centre du PSG (10 matches, 1 but en Ligue 1), doublure d'Edinson Cavani, devrait être prêté en Ligue 1 pour six mois. Montpellier, Rennes et Nantes sont très intéressés par sa venue. Selon les derniers échos, JKA aurait choisi de rejoindre l'ennemi rennais, mais Amine Harit, grand copain du parisien (ils ont remporté ensemble l'Euro U19 en 2016), milite pour sa venue à Nantes.

A Toulouse, les Nantais devront faire sans leus supporters une nouvelle fois. Un arrêté préfectoral interdit les personnes "se prévalant de la qualité de supporter du FC Nantes" de se trouver dans la zone du Stadium de Toulouse lors de la tenue du match. Pour rappel, c'est lors du match aller entre Nantes et Toulouse, le 5 novembre 2016, qu'une centaine d'individus a envahi la tribune présidentielle où se trouvait le patron nantais, Waldemar Kita.