Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Arnaud Souquet, défenseur du MHSC : "Très content de revenir en France"

-
Par , France Bleu Hérault

Arnaud Souquet est officiellement un joueur du MHSC, depuis mardi et pour les quatre prochaines saisons. Le latéral droit s'est exprimé pour la première fois, ce jeudi, depuis sa signature, à l'issue de l'entraînement.

Arnaud Souquet s'était exilé une saison en Belgique, à la Gantoise
Arnaud Souquet s'était exilé une saison en Belgique, à la Gantoise © AFP - BRUNO FAHY

Montpellier - France

Remplaçant de Ruben Aguilar, parti à Monaco, Arnaud Souquet s'est entraîné deux fois avec ses nouveaux partenaires du MHSC, depuis sa signature intervenue mardi dernier. Le latéral droit est en forme, prêt à jouer samedi face à Rennes, pour la première journée de Ligue 1. Information confirmée par son entraîneur Michel Der Zakarian, alors que l'ancien défenseur de La Gantoise et de l'OGC Nice a livré ses premières impressions en conférence de presse. 

Arnaud Souquet - France Bleu Hérault : 

Que ressentez-vous, au moment de rejoindre Montpellier ? 

AS : Cela me fait très plaisir de revenir en France, qui plus est dans un club qui joue les huit premières places depuis quelques années. Et puis c’est un club historique du championnat, donc c’est agréable.  

Cela s’est fait très vite, finalement ? 

AS : On s’est mis d’accord lundi dernier, le club et moi, puis les clubs entre eux. Lundi soir, il y avait un accord verbal. Quand les deux parties sont d’accord, qu’elles sont ravies de travailler ensemble, qu’il n’y a pas d’accroc et que tout se passe bien, dans la bonne humeur, cela se fait facilement. Et puis moi, de mon côté, je n’ai pas hésité. 

La France vous a-t-elle manqué ? 

AS : Un petit peu, forcément, parce que j’avais fait toute ma carrière dans le championnat de France. Après, je n’ai pas de regret d’être parti, d’avoir découvert une autre culture de football, d’autres caractéristiques. Mais c’est vrai que je suis très content d’être revenu en France.

Qu’avez-vous appris, en Belgique ? 

AS : Je pense que j’ai travaillé au niveau des duels, de l’impact. Je suis plus costaud, plus fort. Notamment dans la répétition des efforts, dans le rythme, le volume. En Belgique, que vous jouiez le dernier ou le haut de tableau, les équipes sont beaucoup dans le jeu direct, avec beaucoup de transitions, de duels et de un contre un. De ce côté-là, je pense avoir énormément progressé. Par rapport au système du coach, ici, il ne devrait pas y avoir de soucis. On a eu une conversation autour de ça. 

Avant même de signer à Montpellier, votre esprit était-il de toute façon ailleurs qu'en Belgique ? 

AS : Non. Parce que si ça ne se faisait pas, il me fallait tout de même rester compétitif avec le club dans lequel j’étais. Maintenant que c’est fait, en revanche, j’ai vite switché. Je me concentre sur le jeu de l’équipe, mes partenaires, mon adaptation. Découvrir le groupe. Et au fil des semaines, notre entente va grandir. 

Avez-vous déjà jouer avec certains joueurs de Montpellier ? 

AS : Peut-être en sélection avec Jordan. Après, j’ai quasiment joué contre tout le monde. Je connaissais Andy, Gaëtan. Et Vito, bien sûr, parce que ça fait très longtemps qu’il est là… (rires).

La défense à cinq, c'est la marque de fabrique du MHSC avec MDZ : vous connaissez ce système ? 

AS : Oui, on a parfois joué comme ça à Nice, mais c'était plutôt rare. Ici, c’est vraiment la philosophie du coach. Il va me falloir prendre mes marques dans ce système et travailler. Je serai un peu plus haut sur le terrain. Le temps d’adaptation, ce n’est pas forcément par rapport au système mais surtout par rapport au groupe. 

Avez-vous des souvenirs particuliers, à La Mosson ? 

AS : Le souvenir d'un bon public. Quand je venais avec Nice, c’était assez chaud, mais j’étais venu avec Younès (Belhanda), qui connaissait un peu le coin... (sourire)