Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

ASF Andrézieux : avant le derby contre la réserve de l'OL, Revelli fait retomber la pression

vendredi 9 mars 2018 à 11:33 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Toujours en tête du groupe B de National 2, l'ASF Andrézieux va enchaîner en mars la réception de la réserve de l'Olympique Lyonnais et un déplacement capital chez son dauphin Annecy. L'entraîneur Romain Revelli a tenu à faire une mise au point avant ces deux matchs.

Le coach de l'ASF Andrézieux Romain Revelli dans sa zone technique de l'Envol Stadium.
Le coach de l'ASF Andrézieux Romain Revelli dans sa zone technique de l'Envol Stadium. © Maxppp - Celik ERKUL

Andrézieux-Bouthéon, France

L'ASF Andrézieux affronte Lyon ce samedi après-midi (17 heures) pour la 22e journée de National 2. Andrézieux est toujours leader du championnat et compte deux points d'avance sur Annecy qu'il affrontera le 17 mars. À 9 journées de la fin, la pression gagne les rangs du club qui vise désormais clairement la montée en National, Romain Revelli l'entraîneur Andrézien a souhaité faire une mise au point.

"J'aimerais être un peu aidé plutôt que d'avoir des soucis à régler avec le club" explique-t-il. La saison d'Andrézieux est déjà largement au-dessus des objectifs fixés en début de saison, alors le coach poursuit : "On dit en fait au coach et aux joueurs qu'il y a presque le feu si on ne bat pas Lyon et on parle déjà du match d'Annecy, on a fait cinq ou six victoires de suite, tout le monde pensait qu'on allait monter avec 15 points d'avance, mais c'est impossible dans le football surtout pour des petits clubs comme nous avec un petit effectif et beaucoup de changements dans l'année."

J'aimerais que mes joueurs soient vraiment libérés

Pour que le message ait l'effet escompté, pour pouvoir faire retomber la pression sur ses joueurs, Romain Revelli choisit encore des mots forts : "je pense qu'il ne faut pas tourner autour du pot, cela a mis dans la tête des gens, même parfois des gens proches du clubs, une espèce de frustration quand on perd un match qui n'est pas bonne. Quand on perd on est les premiers déçus, mais moi j'aimerais que mes joueurs soient vraiment libérés et parfois ils ne le sont pas."