Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Toute la saison 2016-2017 de l'ASNL en Ligue 1

ASNL : autopsie d'un fiasco

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

L'AS Nancy Lorraine jouera donc la saison prochaine en Ligue 2 au terme d'une saison très irrégulière, terminée par une victoire inutile face à Saint-Etienne 3-1. Analyse

Serge N'Guessan, abattu après la relégation en Ligue 2
Serge N'Guessan, abattu après la relégation en Ligue 2 © AFP

La victoire de l'AS Nancy Lorraine face à Saint-Etienne ce samedi soir n'a pas suffi pour éviter l'inévitable. Nancy est reléguée en Ligue 2, un an après l'avoir quittée. Comment le club en est arrivé là ? Eléments de réponse.

  • Deux mercatos ratés

Le recrutement estival n'aura pas donné les fruits espérés. Anthony Koura et Christophe Mandanne ont traîné leur spleen marquant chacun un but en Ligue 1 alors qu'ils auraient dû tracter l'équipe. Marchetti et N'Guessan n'ont jamais réussi à s'imposer au milieu, tandis qu'Alou Diarra a été perturbé par ses blessures et une irrégularité physique. Seul Issiar Dia aura surnagé (8 buts) dans une saison qui devait lui permettre de se relancer individuellement. Enfin, le mercato d'hiver n'aura pas été à la hauteur avec le départ non compensé de Clément Lenglet à Séville pour cinq millions d'euros.

  • Un groupe irrégulier dans l'investissement

Après un temps d'adaptation compréhensible et trois défaites d'entrée de jeu, l'ASNL, composée de nombreux néophytes, s'est hissée au niveau de la Ligue 1 jusqu'à devenir 12e début février après une victoire prometteuse à Nantes. Puis le trou noir, deux victoires en seize matchs. Le groupe s'est réveillé trop tard, confiaient certains après la rencontre. Une équipe dont on peut questionner le degré d'investissement quand plusieurs joueurs avaient déjà vidé leur casier en forêt de Haye avant même le match face à Saint-Etienne samedi. Des éléments qui ne croyaient donc déjà plus aux barrages. Ce qui a eu le don d'agacer de nombreux salariés du club. Et quand l'investissement était au rendez-vous, c'est le mental qui flanchait avec une équipe transparente, dévorée par le doute et l'enjeu, lors du derby à Metz, de la finale pour le maintien à Dijon par exemple.

  • Une gestion discutable

Face à Saint-Etienne, l'AS Nancy Lorraine a bien failli réaliser un miracle grâce à un but d'Alexis Busin, pas dans les plans du staff technique car prêté à Clermont, et un but et une passe décisive de Faitout Maouassa réellement entré dans l'équipe au mois de février pour suppléer dans le couloir gauche Puyo et Coulibaly qui ne pesaient pas. Sans certitudes au vu des résultats et des blessures mais aussi par choix, Pablo Correa et son staff n'ont jamais réussi à installer une équipe dans la durée. Certains joueurs n'ont pas compris leur mise à l'écart en court de saison avant d'être propulsés sur le terrain au dernier moment pour sauver la patrie.

  • Un manque de réussite criant

Et quand rien ne va, la malchance se rajoute. On pourra parler du hors-jeu imaginaire sifflé à Lille contre l'ASNL qui priva Nancy des trois points. Du penalty hallucinant sifflé au Parc contre les Nancéiens alors que Busin venait de touchait les deux poteaux. Sans oublier les blessures, nombreuses, de Chrétien, Dalé, Pedretti, Badila, Dia ou Muratori à des moments-clés de la saison.

Les explications sont nombreuses, fastidieuses à lister. Pas question de jeter le bébé avec l'eau du bain et d'en appeler à couper des têtes. Chacun doit faire son examen de conscience. Ce dimanche, la gueule de bois est sévère. A leur niveau, la presse et le public doivent aussi se questionner aussi pour ne pas avoir tiré la sonnette d'alarme plus tôt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess