Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ASSE : Un investisseur "puissant" arrivera dans les prochains mois promet Bernard Caiazzo

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Les présidents Caiazzo et Romeyer ont tenu une conférence de presse avant le match de Monaco. Voilà ce qu'il fallait retenir.

Roland Romeyer et Bernard Caiazzo
Roland Romeyer et Bernard Caiazzo © Radio France - Maxime Fayolle

Bernard Caiazzo entame cette conférence de presse : "Nous avons tenu un conseil de surveillance aujourd'hui (vendredi) comme chaque trimestre. Sur 10 ans, nous avons eu 8 bonnes et 2 mauvaises. Je n'imaginais pas qu'on viverait une saison inquiétante comme celle-là."

Rester unis face à cette situation

"Nous devons être unis face à cette situation. Les autres clubs sont mieux armés grâce à des investisseurs puissants qui font la différence. Si l'ASSE n'est pas capable de faire pareil, alors nous jouerons le milieu de tableau. Quelle que soit la situation, l'avenir de l'ASSE passe par l'arrivée d'investisseurs puissants. C'est mon rôle de le trouver."

Confiance maintenue à Roland Romeyer

Le conseil de surveillance s'est réuni ce jour. "Il a décidé, après avoir entendu les solutions du directoire, que Roland Romeyer et son équipe ont les moyens de redresser la situation actuelle." précise Bernard Caiazzo.

L'arrivée d'un directeur général de "haut niveau" et d'un investisseur "puissant"

"Le plan du directoire que l'on nous a présenté est en 3 phases : se renforcer au mercato d'hiver ; le management va évoluer avec l'arrivée de nouvelles personnes comme un directeur général de haut niveau ; arrivée d'un investisseur puissant et soit nous resterons soit nous partirons. Nous n'avons aucun problème à partir. C'est l'institution qui compte, pas les personnes."

"La déroute de Lyon nous a mis dans une déprime que je n'avais jamais connue. Si on veut bien travailler, il faut un seul patron : c'est Roland (Romeyer), c'est lui qui vit ici, qui prend les décisions. Le conseil de surveillance s'exprimera désormais tous les trimestres après chaque réunion. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Et il nous faut un investisseur puissant pour donner à nouveau une dimension européenne."

La banque Lazard nous demande la confidentialité

Quel investisseur va venir à l'ASSE et à partir de quand ? Bernard Caiazzo élude la question : "La banque Lazard (mandatée pour trouver un investisseur) nous demande la confidentialité. Mais il y a des personnes intéressées. Pourquoi l'ASSE est attractive ? Car dans les 5 grands championnats, il y a peu de clubs avec un tel pouvoir d'attraction comme l'ASSE. Donner des noms nous est impossible."

Un investisseur puissant "dans les prochains mois"

"Nous espérons le boucler en 2018. Mais contrairement à d'autres clubs comme le LOSC nous ne sommes pas dans une urgence financière. Nos finances sont dans le vert. Nous sommes le seul club français qui a un résultat positif depuis 7 ou 8 ans. Nous sommes toujours à l'équilibre et c'est un atout pour un investisseur. Je suis persuadé que nous aurons un investisseur puissant et de qualité dans les prochains mois."

Bernard Caiazzo conclut : "Je n'imagine pas Roland et moi séparés. On partira ensemble. Moi, j'imagine un investisseur puissant et on partira avec la satisfaction d'avoir redressé le club, l'avoir ramené en Coupe d'Europe. On a vécu une grande aventure humaine. On peut dire que l'on ne s'entend pas ... mais ce n'est pas la vérité. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Et Roland saura faire les changements en temps et en heure. Un directeur général arrivera ainsi qu'un investisseur costaud ! Il faut qu'on redresse la barre et je suis optimiste."

Le mercato d'hiver 

Roland Romeyer prend la parole en ce qui concerne l'aspect sportif : "On fait confiance à la cellule de recrutement mise en place il y a 8 mois environ. Nous n'intervenons pas dans les noms à recruter, on regarde juste l'aspect financier" Bernard Caiazzo précise : "Il m'arrive d'avoir des contacts avec des clubs, ou certaines personnes comme Vincent Labrune. Mais est-ce que je suis satisfait du recrutement des derniers mercatos ? Ma réaction n'est pas positive. Prenez Diony : moi je pense qu'un buteur doit être confiance et avoir des ballons. S'il n'en a pas, on ne peut pas mettre la responsabilité sur lui !"

"On n'est pas satisfait du recrutement, admet Roland Romeyer. Mais il y a des entraineurs qui sont là. Oscar Garcia a rencontré Loïs Diony. Ils sont même restés seuls un moment et à la fin Oscar est sorti en me disant "il me faut Diony, il me faut Diony" _... Je ne condamne pas Loïs, il a obtenu 3 pénaltys, il monte en puissance. Cette année, Oscar a demandé le départ de 15 joueurs. Nous l'avons fait. Contrairement à ce que j'ai pu lire, il n'a pas donné 10, 20 ou 30 noms de joueurs. Il n'y a jamais eu de liste, il donnait des noms pendant les réunions. On se renseignait_, on a discuté pour 6 d'entre eux comme Haidara de Newcastle, il est venu à l'Etrat mais c'était impossible niveau salaire. Martin Caceres également ... Soit financièrement c'était impossible, soit ces joueurs étaient hors de forme. On s'est renseigné à chaque fois !"

"Gasset - Sablé : on ne payera pas d'amendes !"

A la question de savoir si Julien Sablé va rester l'entraineur numéro 1 malgré l'absence de diplome, Roland Romeyer répond : "Et Jean-Louis Gasset, il a le certificat d'études ? Non, il a le BEPF. Oui, les règles ont changé ! On regarde avec nos avocats quelle peine on risque. Et sinon, Jean-Louis ira serrer la main de l'entraineur, il fera la conférence de presse. C'est simple : on ne payera pas d'amendes !" conclut Roland Romeyer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess