Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On attend de voir le projet": les réactions prudentes après l'annonce de la probable vente du TFC

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie

Alors que le Toulouse Football Club est sur le point d'être vendu, les réactions des supporters ou des institutionnels oscillent entre espoir, prudence et méfiance.

Le Stadium municipal de Toulouse, stade du TFC (Toulouse Football Club)
Le Stadium municipal de Toulouse, stade du TFC (Toulouse Football Club) © Radio France - Mathieu FERRI

Le TFC est sur le point d'être vendu. Le club de foot toulousain a publié ce jeudi 21 mai un communiqué sur son site internet expliquant qu'un fonds d'investissement pourrait racheter 85% du club. L'acheteur serait un fonds d'investissement américain (Redbird Capital Partners). Et ceux qui suivent le TFC attendent de voir la suite.

Giresse : "il ne faut pas faire comme à Bordeaux"

Ancien international et ex-entraîneur du Toulouse FC (95-98 puis 99-00), Alain Giresse est méfiant. "Quand on voit ce qui se passe à Bordeaux avec les investisseurs américains, il ne faudrait pas que ça arrive à Toulouse", prévient-il. Chez les Girondins, un propriétaire sans visage, un projet sportif peu clair, des résultats décevants, tout cela a entraîné une crise quasiment sans précédent à l'embouchure de la Garonne. Alain Giresse a rencontré les repreneurs du club lors de leur arrivée à Bordeaux, "je n'ai pas entendu parler de football, de projet de jeu, alors que la base c'est le rectangle vert". Forcément, l'arrivée d'un autre fond d'investissement américain, plus spécialiste des opérations financières que du sport, n'est pas de nature à rassurer. 

Pour Alain Giresse, "il faut à la tête du club quelqu'un qui connaisse le foot, s'imprègne de ce qu'est le TFC". Tout remettre en ordre pour remonter en Ligue 1, c'est possible, "certains américains ont bien réussi en Premier League (Angleterre), il n'y a pas eu de cassure auprès des supporters", balance l'ancien joueur de l'Equipe de France. Il tient également à saluer le parcours d'Olivier Sadran, "il a tendu la main à un club qui se noyait quand il est arrivé : sans lui, où en serait le football à Toulouse ?".

"Quel projet ?"

Ainsi, Alexandre Roux, le président du groupe des supporters des Indians, réclamait du changement mais se méfie du projet américain. "Ça peut paraître inquiétant aux premiers abords, on va attendre de voir. On veut voir le projet. On attend d'avoir un club ambitieux. On est Toulouse, c'est déjà anormal qu'on se retrouve en ligue 2 donc on espère retrouver un club ambitieux", dit-il au micro de France Bleu Occitanie.

On veut un club ambitieux - Le président des Indians

Le président des Indians

"Il faut du sang neuf"

Pour Cédric Fauré, ancien joueur qui a fait 100 matchs sous le maillot du TFC et originaire de la ville rose : "Ça va permettre de repartir sur de nouvelles bases. On est la 4e ville de France, les gens qui ont racheté le club ont intérêt et le devoir de remettre Toulouse sur le droit chemin. Il faut du sang neuf."

"Les gens qui rachètent ont le devoir de remettre Toulouse sur le droit chemin -C. Fauré

C. Fauré, ancien du Tef

Réactions de la Région et de la Métropole 

Du côté de la Région, partenaire du TFC, on veillera à ce que le monde amateur ne souffre pas de ce rachat assure Kamel Chibli, vice président d'Occitanie :  "Je serai vigilant du côté de la formation des jeunes et les partenariats avec les clubs voisins. Un euro dépensé par la Région c'est une euro pour les clubs locaux et amateurs, cet engagement ne changera. Les entraînements délocalisés, les matchs d'exhibition à l'extérieur, le travail avec les clubs formateurs : on demande de garder ce retour du monde professionnel vers le monde amateur."

Kamel Chibli de la Région Occitanie

Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et  Président de Toulouse Métropole s'est lui exprimé dans un communiqué. Il "remercie Olivier Sadran, Président du TFC, pour son implication dans la vie du club depuis près de 20 ans, dans les meilleurs moments comme dans les heures les plus difficiles." Et il salue son choix de conserver 15% du capital, "une preuve supplémentaire de l’attachement de cet entrepreneur toulousain talentueux au club et à sa ville."

La finalité sociale et humaine du sport est fondamentale. - Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse

Mais il ajoute : "La finalité sociale et humaine du sport est fondamentale pour moi et je ne saurais approuver une approche qui serait avant tout financière." Jean-Luc Moudenc assure qu'il rencontrera le groupe RedBird Capital Partners, avec Olivier Sadran, "dans les meilleurs délais."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu