Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avant PSG - Munich : Laurent Busser, le discret Alsacien responsable du recrutement au Bayern

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Par souci de discrétion, il n’accorde jamais d’interview. Mais nous avons retracé le parcours de Laurent Busser, 49 ans, originaire d’Oberschaeffolsheim et qui dirige depuis trois ans la cellule de recrutement du prestigieux club bavarois.

Le Bas-Rhinois Laurent Busser gère le recrutement du Bayern Munich
Le Bas-Rhinois Laurent Busser gère le recrutement du Bayern Munich © Maxppp - FC Bayern Munich

Laurent Busser a grandi à Oberschaeffolsheim à l’ouest de Strasbourg. Il a tapé dans le ballon en équipes de jeunes à l’ASPTT Strasbourg. Il a fait ses études dans l’hôtellerie, où il a commencé à travailler.

"Il était passionné de sport, il voulait absolument travailler dans ce domaine, raconte un membre de sa famille, qui a été arbitre de foot à haut niveau. C’est une encyclopédie du sport et pas seulement du foot. Il est capable de vous citer tous les vainqueurs du Tour de France."

Il travaille pour l'ex-agent de Deschamps

Laurent Busser commence à donner des coups de main à un club allemand pour superviser des joueurs. Puis, par l’intermédiaire d’André Watrin, l'homme à tout faire du FC Metz, il entre en contact avec Jeannot Werth, l’ancien agent de Didier Deschamps.

"J’avais une quarantaine de joueurs sous contrat à l’époque, explique le Colmarien. J’avais besoin d’un coup de main. Ca ne s’était pas bien passé avec deux autres Alsaciens, mais avec Laurent Busser, je n’ai eu aucun problème. Il était très sérieux, il travaillait beaucoup, il était très professionnel. Mais il savait rester à sa place, pas du tout grande gueule".

Rapidement, l’ancien commercial dans l’hôtellerie puis à la SNCF, a fait preuve de ses compétences pour dénicher des pépites. "J’ai tout de suite vu qu’il avait l’œil, poursuit Jeannot Werth en évoquant son ancien assistant. Mais je ne m’attendais pas à ce qu’il devienne un jour le responsable du recrutement à Leverkusen, puis au Bayern".

Un passage éclair au Racing

La progression de Laurent Busser passera aussi par le Racing Club de Strasbourg, sous l’ère Ginestet. En 2007 – 2008, il fait partie de la cellule de recrutement du club strasbourgeois, au même titre que Jacky Canosi et Pierre Ginestet. "Il a commencé avec nous en tant que bénévole, il continuait à travailler à la SNCF, se remémore Pierre Ginestet. Il a ensuite été embauché. On faisait les déplacements ensemble. C’était un homme doué, il était bon dans le regard qu’il portait sur les joueurs, bon dans les prises de décision. Il était très intelligent et calculateur, il calculait très bien".

L’aventure de Laurent Busser au Racing n’aura été que de courte durée (autour d'un an, selon les souvenirs des acteurs de l’époque). "On formait un trio solidaire et efficace avec Jacky Canosi, détaille Pierre Ginestet. Laurent nous a quittés en cours de saison. Au début, j’étais surpris, je n’ai pas compris pourquoi. Plus tard, si".

Hoffenheim, comme rampe de lancement en Allemagne

C’est Outre-Rhin que ce self-made man du recrutement poursuit en effet son envol. Il s’aguerrit d’abord à Hoffenheim, aux côtés de l’entraîneur Ralf Rangnick et de son adjoint francophone Peter Zeidler (qui avait failli devenir l’entraîneur du Racing à l’été 2009). 

"C'est moi qui l'avais fait venir à Hoffenheim, raconte Peter Zeidler, actuel entraîneur de Saint-Gall en première division suisse. Ralf Rangnick cherchait un recruteur français, qui parlait allemand. Et je connaissais Laurent Busser du Racing. Il est complètement bilingue, ce qui a été un grand avantage en Allemagne, car il n'y en a pas beaucoup".

Laurent Busser rejoint ensuite le Bayer Leverkusen. Il restera plus de quatre ans et finira "chef des scouts" du club, en collaboration étroite notamment avec le directeur sportif et ancien international allemand Rudi Völler.

"Il voit très bien ce qui est nécessaire à un joueur pour faire carrière, analyse Peter Zeidler. Il a beaucoup voyagé et il a construit son réseau. Mais il a aussi ce que les Anglais appellent les 'soft skills". Il est à l'écoute, quand il parle avec les autres. Une cellule de recrutement, c'est aussi une équipe et il a arrive à souder l'équipe. Il est toujours sympa, il parle normalement à tout le monde, il parle à Rummenigge comme à la femme de ménage. C'est aussi l'une des clés de sa réussite". 

Du Bayer au Bayern

Son travail de détection de jeunes talents à Leverkusen ne passe pas inaperçu, au point que le grand Bayern Munich courtise l’enfant d’Oberschaeffolsheim. Laurent Busser rejoint le club bavarois en janvier 2018. Il y dirige les nombreux recruteurs du club, en lien avec l'entraîneur Hansi Flick et le directeur sportif Hasan Salihamidžić.

Laurent Busser a décliné notre demande d’interview. "Il ne cherche pas la lumière, c’est tout le contraire, raconte un membre de sa famille que nous avons contacté. Il n’est pas réservé, mais il cultive la discrétion, propre à ce métier. Il supporte bien la pression qui existe au Bayern. Il s’éclate en fait, il a toujours rêvé de faire ce métier".

Il habite toujours en Alsace

Ce père de deux filles a toujours continué à habiter près de Strasbourg, tout en faisant régulièrement des voyages vers les clubs allemands où il a travaillé. 

"Avant la pandémie de coronavirus, il passait beaucoup de temps dans les avions, partout en Europe, en Amérique du Sud, poursuit ce proche. On le voit un peu plus maintenant".

Laurent Busser regarde en moyenne cinq matchs par jour, dixit Jeannot Werth. Depuis qu’il est au Bayern, son meilleur coup c’est sans doute d’avoir déniché Alphonso Davies, le jeune Canadien, qui était inconnu du grand public et devenu l’une des révélations du Bayern. Il a aussi participé activement à la vaste campagne de recrutement de joueurs français à Munich (Coman, Tolisso, Pavard, Hernandez...).

"Travailler pour le Bayern constitue déjà un Graal pour lui, conclut son intime. Mais il ne s’interdit rien, il a pour habitude de dire qu’il ne faut jamais insulter l’avenir. Il est d’ailleurs en train de perfectionner son italien et son espagnol, si un jour une opportunité venait à se présenter dans l’un de ses pays".

Un des hommes clé du Bayern

Cet inconnu du grand public est devenu l'un des hommes clés d'un des plus grands clubs d'Europe. "Arsène Wenger l'a dit, 60% du succès d'une équipe professionnelle, c'est aujourd'hui le recrutement, conclut Peter Zeidler. Le rôle de Laurent Busser et des recruteurs prend de plus en plus d'importance".

Même si son passage au Racing a été de courte durée, Laurent Busser a conservé des relations cordiales avec une partie des actuels acteurs du club. "C’est un mec bien, synthétise François Keller, le directeur du centre de formation strasbourgeois. Comme il habite encore en Alsace, il vient de temps en temps regarder des matchs de jeunes au Racing. Il a aussi permis à plusieurs de nos éducateurs de faire leurs stages à l’Académie du Bayern. Ils ont toujours reçu tout l’équipement du club et été super bien accueillis".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess