Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Top 14 - Baptiste Serin : "A l'UBB, on n'était pas craints du tout"

-
Par , France Bleu Gironde

Avant la reprise du Top 14, au stade Chaban Delmas, ce samedi (17h15) contre la Section Paloise, le demi de mêlée de l'Union Bordeaux-Bègles Baptiste Serin était en conférence de presse. Morceaux choisis.

Baptiste Serin veut une UBB révoltée cette année.
Baptiste Serin veut une UBB révoltée cette année. © Radio France - Justine Hamon

Bordeaux, France

Est-ce que vous avez de la frustration à évacuer par rapport à la saison dernière ?

Baptiste Serin (ferme) : Non. Parce que c'est un nouveau départ. Je pense que, nous qui étions là l'an dernier, étions frustrés quand on savait que l'on avait plus rien à jouer en fin de saison. Mais là, ça a été évacué. Tout le monde a envie de se donner à vous pour atteindre nos objectifs.

(il anticipe la question suivante). Quels sont nos objectifs, c'est ça ? Entrer dans le Top 6. Et je n'ai pas envie d'en rester là. Parce qu'avec tous les moyens mis en place... Le président a fait des efforts sur le recrutement, sur un nouveau centre d'entraînement, un nouveau staff a été intronisé. Tous les anciens n'oublient pas ce qui a été fait avant. Mais c'est comme ça, un nouveau cycle est en train de se mettre en place. Et tout le monde a envie de jouer plus haut. On y pense, d'autant plus que les demi-finales sont à Bordeaux cette saison. 

On a fait deux dernières années très moyennes, donc, on ne peut plus se cacher devant personne, il faut afficher nos ambitions. 

On n'était pas craints du tout

Est-ce-que vous sentez que l'UBB a changé de dimension cette année ? 

C'est un peu tôt pour en parler, mais je l'espère. J’espère que l'on va avoir une UBB plus démonstrative, plus sûre d'elle, et qui va faire un peu plus peur. Parce qu'on était pas craints du tout. 

L'absence de Matthieu Jalibert, un coup dur pour l'équipe de France et Jacques Brunel. - Radio France
L'absence de Matthieu Jalibert, un coup dur pour l'équipe de France et Jacques Brunel. © Radio France - Justine Hamon

La blessure de Matthieu Jalibert, votre probable partenaire de charnière, va avoir des conséquences  ?

Déjà, elle a des conséquences pour lui, s'il a rechuté. Je ne sais pas trop ce qu'il a réellement. C'est embêtant pour l'UBB, pour notre groupe, pour moi, parce que l'on avait créé quelques repères. Et je pense que c'est aussi embêtant pour l'équipe de France. J'espère qu'il va vite revenir sur le terrain. 

Pas plus mal de se recentrer sur nous 

Quel plan de jeu avez-vous travaillé à l'intersaison ? 

On va se recentrer sur notre jeu, être beaucoup plus précis sur ce que l'on propose. Je trouve que l'on a beaucoup insisté sur notre fonds de commerce [...]. On s'est beaucoup plus basés sur nous, et ce n'est pas plus mal. Je trouve que l'on était beaucoup concentrés sur l'analyse de nos adversaire, et il en faut un peu. Mais se recentrer, ce n'est pas plus mal,  parce que c'est nous qui allons chercher ce que l'on a envie. 

Et personnellement, vous avez été frustré par la saison dernière ?

Oui. Ça a commencé après le Tournoi. Rory Teague m'avait dit que j'allais pas mal enchaîner les matchs. Et j'avais un peu "switché" mentalement. J'ai eu une saison un peu compliqué avec la préparation légèrement en décalée. Je n'ai pas enchaîné les matches, donc les performances non plus. 

La Coupe du Monde dans la tête

Dans ma tête je me dit que cette saison a été comme ça, je l'accepte. J'avais fait deux bonnes saisons avant, peut-être que mon corps me l'a fait payer, il y a eu la concurrence...  Je me concentre sur cette saison, je suis bien physiquement, j'ai davantage mis l'accent sur la préparation estivale, j'ai pris un préparateur individuel. Parce que j'ai des objectifs élevés cette année, et collectivement, on a aussi de gros objectifs. 

Pour l'équipe de France, c'est aussi la dernière saison avant la Coupe du monde. Et elle va peser lourd. 

Ouais. Je mentirais si je disais que je n'y pense pas. C'est pour ça que je me suis bien préparé. On verra de quoi sera fait l’avenir. Mais je vais me donner les moyens de faire la Tournée de novembre, le Tournoi des 6 Nations, puis la Coupe du Monde. J'ai perdu la place qui était la mienne il y a un an, et comme je suis compétiteur, j'espère la retrouver.