Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Barrages L1-L2 : un maintien en Ligue 1 à l'arrachée pour le FC Nantes, battu par Toulouse

Irrespirable jusqu'au bout. Méconnaissable par rapport à ses derniers matchs, le FC Nantes s'est incliné contre Toulouse, ce dimanche en barrage retour (0-1). Les Canaris doivent leur maintien en Ligue 1 à leur succès obtenu, trois jours plus tôt. Mais que ce fut dur, à l'image de leur saison !

La joie des joueurs du FC Nantes après leur maintien en Ligue 1.
La joie des joueurs du FC Nantes après leur maintien en Ligue 1. © Maxppp - Marc Roger

Au bout du suspense ! Les joueurs du FC Nantes ont réussi leur mission : se maintenir en Ligue 1, la saison prochaine. Par la petite porte. Contre des Toulousains, "très abattus et tristes" dixit Patrice Garande au coup de sifflet final, les Canaris ont énormément souffert, ce dimanche soir à la Beaujoire en match retour des barrages. Malgré un accueil bruyant concocté par le club et auquel ont répondu présent quelque 250 supporters, les Canaris, sur le reculoir tout le match et incapables d'enchaîner quatre passes, ont très logiquement chuté face aux Violets (1-0). Ils ne doivent finalement leur salut qu'à leur victoire à l'aller jeudi dans la Ville rose (2-1).

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un match bien terne, Nantes sur un fil

Les calculs étaient simples. Les Canaris devaient au moins tenir un nul pour ne pas trembler. Ils ne l'ont pas fait. Contrairement à leurs six dernières sorties, les hommes d'Antoine Kombouaré ont joué la peur au ventre et ont erré sur la pelouse de la Beaujoire plus qu'ils n'ont joué. D'une fébrilité déconcertante, la Maison jaune a fini par céder en seconde période sur un centre du meilleur joueur de la Ligue 2, Amine Adli, qui a déposé le cuir sur le crâne de Vakoun Bayo (0-1 à la 62e).

C'est la première fois que j'ai autant d'émotion et que j'ai autant crié ma joie. On est pas passé loin de l'enfer.

Sans allant offensif à l'image de Randal Kolo Muani, Ludovic Blas et Moses Simon bien moins tranchant qu'en Haute-Garonne trois jours plus tôt, les Jaune et Vert se sont fait très peur. Et ont frôlé la correctionnelle avec cette main du latéral gauche Charles Traoré dans la surface de réparation, non sanctionnée et qui aurait pu renvoyer l'octuple champion de France à l'échelon inférieur (0-1 à la 80e). La suite a été irrespirable avec une succession de longs ballons sortis avec les plus grandes peines du monde par l'arrière-garde des Jaunes. Jusqu'à la délivrance à la 97e minute. "Ça a été dur jusqu'au bout, a observé Lafont. On a fait un non-match mais je suis soulagé. La pression qu'on avait, vous ne pouvez pas l'imaginer, on ne peut même pas la décrire."

Le pari réussi d'Antoine Kombouaré

Ils n'ont rien remporté cette saison, mais c'était tout comme quand Benoît Bastien a sifflé l'arrêt définitif de cette saison. Aux quatre coins du terrain, les Canaris se sont écroulés sur la pelouse, Pedro Chirivella, genoux au sol a tendu les mains vers le ciel. Intenables sur le banc, les remplaçants sont entrés en courant féliciter les leurs. Dans sa zone technique, Antoine Kombouaré a serré les poings. Ce maintien, c'est incontestablement le sien. Quatrième entraîneur de la saison, le Kanak de 57 ans a su fédérer pour permettre aux Jaunes de rattraper leur retard, grâce notamment à cet enchaînement de cinq succès en six matchs. "Sans lui, je ne pense pas qu'on aurait réussi à se maintenir", a rendu hommage le capitaine Alban Lafont. 

J'ai envie de continuer dans mon club de cœur mais on doit tirer les enseignements de cette saison catastrophique.

"C'est la première fois que je suis heureux après une défaite parce qu'on est pas passé loin de l'enfer, a lâché le technicien nantais. C'est la première fois que j'ai autant d'émotion et que j'ai autant crié ma joie. On a été tétanisé par l'enjeu mais on reste en Ligue 1. Finalement, ce maintien est à l'image de notre saison, incroyablement compliqué. Je pense qu'aucun joueur ne veut revivre ça. On doit tirer les enseignements de cette saison catastrophique pour ne pas le revivre. " Aucun supporter non plus. Et le chantier s'annonce immense pour Antoine Kombouaré qui a clamé son "envie de continuer". Mais avec quel effectif ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess