Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Battu à Amiens, 3 à 1, l'OM confirme être dans le dur !

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Dominés logiquement par des Picards au taquet, les Marseillais (provisoires 6e) confirment leurs dispositions actuelles. Sans leurs nombreux absents, ils deviennent une équipe quelconque.

Les marseilais ont du mal à répondre aux attentes en cette période compliquée
Les marseilais ont du mal à répondre aux attentes en cette période compliquée © Maxppp - Frederic SPEICH

Amiens, France

Trois points + zéro, qui font... trois !

Avec trois unités au compteur sur 12 possibles, l'OM est vraiment dans le dur statistique. Mais cette formation olympienne l'est aussi dans le jeu. Comme lors des dernières sorties, pourtant consécutives à leur meilleure prestation de la saison face à Montpellier (1-1), les Olympiens ont commis beaucoup trop d'erreurs, sous la pluie picarde pour, même face au 16e de Ligue 1, espérer quelque chose. Car en face, il y avait des crocs. On le voit dès l'entame, avec une défense de l'OM, sans Amavi, remplaçant, qui se fait bouger. Dès la 11e minute, les Marseillais sont déjà menés. Trop tôt, trop vite...

Cela se confirme : en deux semaines, l’OM a perdu sa grinta… cette envie de ne rien lâcher, ensemble, et sur 90 minutes.

"Notre solidité n'était pas la même que sur les matches précédents" - Valentin Rongier 

Après deux prestations poussives, avec des matches joués à moitié, l’OM a de nouveau proposé une demi-partition, sous la pluie picarde. Et quelle fébrilité défensive... A chaque offensive amiénoise, on avait les pétoches. Même si le 2-1 pour Amiens, juste avant la pause, et qui fait si mal aux Olympiens, est inscrit sur un pénalty généreux. "Notre solidité n'était pas la même que sur les matches précédents", reconnaît Valentin Rongier. "On doit faire plus car on est l'Olympique de Marseille."

Valentin Rongier: "On doit faire plus car on est l'Olympique de Marseille."

A l’autre bout du terrain, non plus, ce n’est pas génial. Il y a le talent de Dario Benedetto, sur cette frappe soudaine, à l’entrée de la surface de réparation (21e) : l'attaquant argentin remet l’OM à l’endroit. Mais derrière, il n'y a pas grand-chose. Une domination stérile, notamment en seconde période, pour trop peu d‘occasions, avant d'en prendre un troisième, à la dernière seconde, sur une contre-attaque locale.

Mandanda demande "une remise en question"

Mandanda: "quand on n'est pas capable de gagner ces matches-là, c'est que l'on ne fait pas tout bien aussi."

_"_On fait beaucoup d'erreurs et on ne concrétise pas le peu d’occasions que l'on peut avoir" conclu le dépité Mandanda. "Il y a une remise en question à avoir sur pas mal de choses car, quand on n'est pas capable de gagner ces matches-là, c'est que l'on ne fait pas tout bien aussi."

L’OM est dans le dur. Et on s’aperçoit que, sans ses nombreux absents, comme Payet, Alvaro, Strootman ou Thauvin, elle devient une équipe quelconque. Une équipe qui ne compte que 13 points en neuf rendez-vous. Et qui entre dans le cœur du classement de Ligue 1.

L'OM qui recevra Strasbourg, le 20 octobre, après la trêve internationale.

Choix de la station

France Bleu