Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bernard Blaquart : "Vous n'avez pas encore vu le vrai Téji Savanier"

-
Par , France Bleu Hérault

Invité de 100% Paillade, ce vendredi, Bernard Blaquart a évoqué la progression et l'évolution de son ancien milieu de terrain à Nîmes. Il estime qu'il a les capacités pour jouer meneur de jeu, mais que le joueur n'en est pas forcément convaincu.

Bernard Blaquart entretient une relation forte étroite avec Téji Savanier
Bernard Blaquart entretient une relation forte étroite avec Téji Savanier © AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Bernard Blaquart connaît bien Téji Savanier, qu'il a vu arriver à Nîmes, en Ligue 2, alors que l'ancien entraîneur des crocos avait alors la direction du centre de formation. Ensuite, c'est lui qui a coaché le prodige de la Cité Gély, après avoir pris l'équipe en 2015. Il se souvient d'un "talent pur", qui avait besoin de corriger son hygiène de vie pour devenir un grand joueur de Ligue 1

"Ce n'était pas le Téji d'aujourd'hui. C'est pas le même joueur. Les premiers mois à Nîmes, et même la première année, je me rappelle qu'il avait beaucoup de problèmes musculaires. Il s'entraînait peu, il jouait le vendredi, parce que c'était quand même un joueur très important. Il n'était pas préparé comme un athlète de haut niveau. C'est ça, le grand changement. En fin de saison, je lui ai expliqué qu'il y avait deux solutions : ou tu restes un joueur lambda, ou tu deviens un très bon joueur de Ligue 1. On s'est expliqué sur le côté athlétique et hygiène de vie. Il n'était pas question qu'il arrête de vivre comme il en avait l'habitude, sinon on le perdait complètement, mais il fallait qu'il fasse quelques efforts, ce qu'il a fait, à une vitesse très rapide. Et le joueur s'est transformé". 

"En fin de saison, je lui ai expliqué qu'il y avait deux solutions : ou tu restes un joueur lambda, ou tu deviens un très bon joueur de Ligue 1"

Téji Savanier, meneur de jeu ? 

Repositionné plus haut sur le terrain, pour sa deuxième saison sous les ordres de Michel Der Zakarian, Téji Savanier découvre ce nouveau rôle de meneur de jeu. Brillant, notamment à domicile, peut-il s'imposer sur la durée dans la peau d'un numéro 10 ? Réponse de Bernard Blaquart. 

"Moi, je l'avais fait reculer en sentinelle, à Nîmes. Cela a plutôt bien marché. Michel le fait jouer en soutien des deux attaquants, depuis quelques matchs. Il a la capacité de jouer là. Après, il faut qu'il arrive à s'en convaincre. Mais pour avoir échangé avec lui récemment, il n'est pas très chaud pour jouer là. Les capacités, il les a. Son rôle de prédilection ? Il va vous dire numéro six, si vous lui demandez. Il faut lui poser la question, mais je pense. Après, je suis persuadé qu'il peut jouer là où il joue en ce moment, mais s'il joue en meneur de jeu, il faut accepter qu'il soit moins régulier, plus brillant par moment, et il passera peut-être un peu au travers parfois. Ce qui lui déplaît dans à ce poste ? De se retrouver dos au jeu et avec un marquage plus serré (...) C'est une expérience intéressante. Les deux premiers matchs qu'il a fait, il a été très bon. C'est à voir, à poursuivre. On ne peut pas juger sur deux ou trois matchs. Il faut arriver à le convaincre qu'il le peut". 

"Pour avoir échangé avec lui récemment, il n'est pas très chaud pour jouer là. Les capacités, il les a, mais son rôle de prédilection ? Il va vous dire numéro six"

Quoi qu'il en soit, Bernard Blaquart est convaincu que Téji Savanier ne donne pas encore le meilleur de lui-même : "Vous n'avez pas encore vu le vrai Téji Savanier. A Nîmes, il ne s'était pas blessé. Laissez lui du temps à Montpellier, il va montrer la même chose. La saison dernière, entre sa blessure et l'arrêt de la saison, on n'a pas vu le vrai Savanier". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess