Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Michel Hidalgo m'a donné ma première sélection en bleu" se souvient Bernard Genghini

Comme toute la France du football, Bernard Genghini est en deuil, ce jeudi, après l'annonce de la disparition de Michel Hidalgo, à l'âge de 87 ans. L'ex-sélectionneur lui a offert sa première cape en bleu. "Il a marqué son époque" témoigne l'ancien Sochalien à France Bleu Belfort-Montbéliard.

Bernard Genghini (ici à Bonal en avril 2019) garde une admiration sans borne pour Michel Hidalgo, disparu ce jeudi à l'âge de 87 ans
Bernard Genghini (ici à Bonal en avril 2019) garde une admiration sans borne pour Michel Hidalgo, disparu ce jeudi à l'âge de 87 ans © Maxppp - Lionel Vadam / Est Républicain

Bernard Genghini savait très bien pour quelle raison nous le contactions ce jeudi après-midi. L'Alsacien, ex-international du FC Sochaux-Montbéliard (1976-1982), venait de raccrocher avec Henri Emile, fidèle intendant des Bleus de l'époque pour partager sa peine à l'annonce de la disparition de Michel Hidalgo.

Le sélectionneur de l'équipe de France de football de 1974 à 1982 s'est éteint ce jeudi à l'âge de 87 ans. Il laisse l'image d'un entraîneur très porté sur le beau jeu, et surtout à la tête d'une formidable génération de joueurs dont Bernard Genghini faisait partie. L'ancien meneur de jeu du FCSM n'oublie pas que c'est Michel Hidalgo qui lui a offert sa première cape en bleu. Il lui rend hommage pour France Bleu Belfort-Montbéliard

France Bleu : Bernard Genghini, quelle importance a eu Michel Hidalgo dans votre carrière ?

Bernard Genghini "C'est déjà avec une grande tristesse que j'ai appris son décès. On le savait très affaibli, on l'avait revu en février dernier à Marseille avec les anciens de 82 et 84. Mais oui, pour en revenir à votre question, je luis dois beaucoup parce que c'est lui qui m'offre la première des mes 27 capes en équipe de France (le 27 février 1980 au Parc des Princes pour une victoire 5-1 contre la Grèce). Avec Sochaux, on réalisait une très belle saison (le FCSM finira 2ème, derrière Nantes), on était une équipe qui attaquait, qui marquait beaucoup de buts, et Michel m'a donc appelé". 

Bernard Genghini "C'est grâce à notre belle saison avec Sochaux en 80 que Michel Hidalgo m'a appelé en équipe de France"

France Bleu : Quels souvenirs gardez-vous de lui ? L'image d'un entraîneur très "humain" ?

Bernard Genghini : "Exactement, dans ses discours d'avant-match, il insistait beaucoup sur la fierté qu'on devait avoir, la fierté qu'on allait donner à nos parents, nos amis, nos proches. Il était très, très proche de ses joueurs".

France Bleu : Et avec une obsession du beau jeu ?

Bernard Genghini : "Ah c'est sûr. Il mettait toujours en avant le plaisir de jouer, de développer un beau football. Michel Hidalgo était attiré par un football technique, un football offensif et c'est ça qui a fait sa force. On a vécu des moments extraordinaires ensemble, avec évidemment la demi-finale mémorable contre l'Allemagne à Séville en 82, mais surtout le titre de champion d'Europe en 84. Il a marqué son époque, en offrant le premier titre international à l'équipe de France de football avec le sacre de l'Euro 84 justement. Ca il ne faut pas l'oublier".

"Il a donné du plaisir aux joueurs et aux gens qui nous suivaient à l'époque" 

France Bleu : Et puis les Bleus d'Hidalgo, c'est une époque que toute une génération de gens n'oubliera jamais ?

Bernard Genghini "Oui personne de cette époque ne peut oublier Séville 82 justement, le carré magique (Tigana, Giresse, Platini et Genghini en 82, Genghini étant remplacé par Fernandez en 84), l'Euro 84. Je le répète il a marqué son époque par sa faculté à donner du plaisir non seulement aux joueurs qu'il avait sous ses ordres, mais aussi et surtout à tous les spectateurs qui nous suivaient à ce moment-là".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu