Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Michel Hidalgo : Bernard Tapie pleure la mort de son ancien bras droit à l'OM

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football, Michel Hidalgo, est mort chez lui à Marseille ce jeudi à l'âge de 87 ans. Il a été manager de l'OM entre 1986 et 1991, sous la présidence de Bernard Tapie.

Michel Hidalgo et Bernard Tapie au stade Vélodrome en mai 1989
Michel Hidalgo et Bernard Tapie au stade Vélodrome en mai 1989 © AFP - Jacques DEMARTHON

"Il n'était pas entraîneur chez moi, il était beaucoup plus. Je ne m'étais pas trompé à l'époque", soupire Bernard Tapie, à l'annonce de la mort de l'ancien manager de l'OM et sélectionneur de l'équipe de France de football, Michel Hidalgo. Il est arrivé dans les rangs bleus et blancs, juste après la prise de fonction de Bernard Tapie comme président, et est resté pendant cinq ans, entre 1986 et 1991.

"Le club ne serait jamais devenu ce qu'il est devenu sans lui." (Bernard Tapie)

"Quand il a fallu choisir mon entraîneur, il est le premier à qui j'ai pensé. Il a quitté les fonctions qu'il avait, pour venir vivre courageusement une aventure qu'il n'a pas regretté"", raconte l'homme d'affaires et ancien président de l'OM. "Il avait la crédibilité, le talent et la gentillesse. Ce n'était pas un prétentieux, il était rigoureux mais tolérant avec tout le monde. Il nous a beaucoup aidés", reconnaît Bernard Tapie. 

Michel Hidalgo, un homme franc jeu  

"Il n'a fait qu'une seule bêtise, et il ne m'en voudra pas de le dire. Pour réussir à faire venir Maradona, je m'y étais pris avec beaucoup de malice pour approcher le président de Naples et Maradona lui-même. On s'est vu en cachette trois ou quatre fois. Quand Michel Hidalgo l'a su, il n'a pas pu s’empêcher de le dire, et ça a tout fait capoter. C'était un homme qui ne supportait pas ce qui était borderline", sourit Bernard Tapie. 

Une messe sera célébrée à Marseille avec les anciens footballeurs de l'équipe de France, dès que la situation sanitaire l'autorisera.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu