Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Berrichonne de Châteauroux : les actionnaires frondeurs se rebiffent une nouvelle fois

-
Par , France Bleu Berry

Dans un communiqué, les actionnaires frondeurs de la Berrichonne refont parler d'eux. Et une nouvelle fois, la charge est lourde. La direction actuelle du club est invitée à partir : "Il est devenu vital de changer une équipe qui perd" écrivent-ils. Ambiance.

Le stade Gaston Petit
Le stade Gaston Petit © Radio France - Sylvain ROGIE

Les actionnaires frondeurs de la Berrichonne de Châteauroux ne veulent rien lâcher. Dans un communiqué adressé par Bertrand Cottilon "porte-parole d'un groupe de 11 actionnaires", les frondeurs repartent à l'attaque contre l'actuelle direction du club et dénoncent : "L'inertie et la surdité de la direction aboutissent aujourd'hui à une question cruelle : allons-nous, sans rien faire, regarder notre club mourir ? "

Ces actionnaires qui disent agir au nom de l'intérêt supérieur de la Berrichonne refusent "les agissements spéculatifs consistant en une réduction du capital du club proposée par le Président Schoen". Et d'enfoncer le clou : "Cette manœuvre , cousue de fil blanc, ne visant qu'un seul but : s'approprier le club, au bénéfice de certains membres du conseil d'administration, et au détriment du club et des autres actionnaires". Les frondeurs qui refusent "la descente aux enfers du club" s'appuient sur les résultats de de l'équipe, jugés catastrophiques, pour remonter au créneau : "Relégable après 10 matchs et un nouveau fiasco contre Pau... nous voulons donc ici reprendre l'initiative avant qu'il ne soit trop tard."

Une 3e offre de rachat ?

Pour ce groupe d'actionnaires, l'avenir du club repose aujourd'hui sur trois axes jugés indispensables : "Une vision et une volonté managériale fortes, des compétences sportives et un investissement financier massif au service de ce renouveau". Sur cet aspect financier, le groupe des 11 déplore "le rejet dans une opacité totale devenue la marque de fabrique des dirigeants" de deux projets portés par de grands investisseurs : "Les nombreux autres clubs de Ligue 2 rachetés ces dernières années ont-ils commis une telle erreur ? Evidemment non". Les frondeurs précisent qu'une 3e offre négociée par Michel Denisot "et supérieure aux deux précédentes a été refusée". Trop, c'est trop pour ce groupe d'actionnaires qui estime que "si l'on ne change pas une équipe qui gagne, il est devenu vital de changer une équipe qui perd." 

"Que l'équipe dirigeante se retire, dans un esprit de dignité"

Pour mener ce combat, les frondeurs souhaitent le soutien des supporters de la Berrichonne, des autres actionnaires, des sponsors et de Michel Denisot "qui ne peut, nous le savons, se désintéresser de l'avenir de son Club de Cœur". Pour conclure leur communiqué,  les 11 actionnaires rebelles souhaitent que l'équipe dirigeante en place se retire "dans un esprit de dignité". Alors, les frondeurs s'engageraient à reprendre transitoirement la direction du club et "recruter un manager général, immédiatement opérationnel, solide, compétent, chevronné, présent au club à 100%" et à trouver rapidement un investisseur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess