Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Boxe : Johann Duhaupas a "un compte à régler avec Tony Yoka"

Par

Très remonté par les attaques de Tony Yoka touchant sa famille, le boxeur abbevillois Johann Duhaupas (39 ans) veut prouver lors du combat événement de ce vendredi 25 septembre face au champion olympique 2016 qu'il reste bien le n°1 français des poids lourds.

Johann Duhaupas: "Je veux que Tony Yoka en bave!" Johann Duhaupas: "Je veux que Tony Yoka en bave!"
Johann Duhaupas: "Je veux que Tony Yoka en bave!" © Maxppp - maxppp

Il y a des coups plus difficiles à encaisser que d'autres, même après 43 combats chez les professionnels (38 victoires, 5 défaites) dont certains contre les plus gros cogneurs de la planète. A 39 ans, le boxeur abbevillois Johann Duhaupas n'a pas digéré les critiques de Tony Yoka (28 ans) visant notamment sa famille.

Publicité
Logo France Bleu

Duhaupas : "J'ai sur le coeur des paroles qui ne me plaisent pas"

"C'est quelque chose que je n'ai jamais vécu lors de mes anciens combats, j'ai des choses à régler, quelque chose sur le coeur, des paroles qui ne me plaisent pas. Cela m'a touché personnellement parce qu'il y a le "trash-talking" et le fait qu'on s'attaque à mon amour propre, ma famille, ma femme. Après mon combat perdu contre l'américain Jarell Miller (en avril 2018) la boxe m'avait saoulé car Miller a ensuite été contrôlé positif et je suis persuadé que contre moi aussi il était chargé. J'ai pensé à lâcher la boxe en me disant que j'allais m'occuper de mon bébé, de ma femme enceinte. Elle a fait trois fausses couches avant qu'on ait notre bébé_,il a fallu que je la pique tous les jours dans le ventre, je voulais être là pour elle mais je n'allais pas chanter ça sur tous les toits. C'est à ce moment là que Tony Yoka m'a provoqué en me proposant de combattre, en affirmant que lui aussi sa femme était enceinte et en comparant des choses qui ne sont pas comparables. Lui a eu ses bébés sans problèmes, moi j'en ai perdu trois avant d'avoir notre fils. Voilà c'est ça ma vie... Je suis un mec réglo hyper respecteux, faut pas me faire passer pour un menteur qui cherche des excuses alors que j'ai prouvé par le passé que je n'ai peur de pas grand chose, qu'il ne dise pas que j'ai peur de lui... _Mais j'ai vraiment un compte à régler avec lui_, je vais penser à mon bébé, à ce qu'il a dit, c'est exactement ce qui va me donner de la rage._"

Duhaupas l'anti bling-bling

Issu de la classe ouvrière, Johann Duhaupas, fils d'un magasinier cariste et d'une assistante maternelle, aimerait aussi faire voler en éclats le côté bling-bling de son adversaire. "Il a un côté people, sa popularité c'est s'afficher sur les réseaux sociaux avec ses amis Dadju etc... les paillettes, les lumières, et toujours critiquer! C'est pas ma vie. Moi aujourd'hui j'ai mes enfants, je suis peut-être devenu papa gâteau (rires) mais je veux être heureux et tranquille." Et selon le picard, Tony Yoka aurait beaucoup de détracteurs "J'ai reçu énormément de messages pour me dire : s'il te plait bats-le ! Il a une telle opinion de lui-même qu'il y en a plus qui sont contre lui qu'avec moi !"  

Mentalement et physiquement je suis prêt, si Yoka me bat c'est qu'il est très fort mais je veux qu'il en bave" - Johann Duhaupas

Pour autant Johann Duhaupas s'est entraîné intensément pour ce choc, sans doute l'un des plus explosifs depuis son combat héroïque en 2015 perdu seulement au 11e round contre le champion du monde WBC Deontay Wilder. "Je me sens bien, j'ai encore fait douze rounds lundi matin sur un tapis à 15 km/h, niveau cardio je suis là, j'ai perdu du poids, en plus je suis quelqu'un qui encaisse bien, je n'ai rien à lui envier. Mentalement et physiquement je suis prêt__. Je veux gagner ce combat. S'il me bat c'est qu'il est très fort mais je veux qu'il en bave !"   

Le combat Duhaupas/Yoka est prévu à partir de 22h15 ce vendredi 25 septembre à Paris La Défense Arena.

Publicité
Logo France Bleu