Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Bryan Dabo : "Il a fallu un grand esprit de révolte"

lundi 28 novembre 2016 à 18:29 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les Verts se sont imposés dimanche après-midi à Angers (2-1) pour la 14e journée de Ligue 1. Le milieu Bryan Dabo a réagi au micro de France Bleu Saint-Étienne Loire avec en point de mire la réception de Marseille mercredi.

Le courant ne passe pas encore parfaitement entre christophe Galtier et Bryan Dabo
Le courant ne passe pas encore parfaitement entre christophe Galtier et Bryan Dabo © Maxppp - Maxppp

Bryan, une première période très compliquée face à Angers, l'une des plus pauvres depuis le début de la saison...

Elle n'a pas été en adéquation avec les idées qu'on avait mises en place. Si on doit comparer le premier quart d'heure de la première et le premier quart d'heure de la deuxième, ça a été le jour et la nuit. Mais c'était un peu normal : il y avait eu beaucoup de remaniements dans la composition. Donc on a eu une mi-temps de rodage et ensuite le jeu s'est mis en place.

Il faut un grand Ruffier pour vous garder dans la partie.

Oui, mais il ne joue pas tout seul et heureusement pour lui sinon ce serait très compliqué (sourire)! Il a fallu un grand esprit de révolte, un grand collectif. L'égalisation est venue parce qu'on a poussé collectivement. Le 2e but c'est un exploit individuel donc ça n'est pas Ruffier. Mais c'est sûr qu'il fait un très très gros boulot derrière et devant on a été tranchant.

À la mi-temps, que se passe-t-il dans le vestiaire ? On nous a parlé de discussions, de moments forts.

C'était fort. Le coach est là pour diriger le groupe et nous, nous sommes les pions qui font que tout s'assemble bien. Il n'y a pas eu d'engueulade. Au contraire, c'était du soutien et c'est ce qui a fait la différence. Il ne nous a pas crié dessus. Il nous a dit que si on affichait notre niveau de jeu avec nos qualités on devrait gagner ce match. C'est ce qui s'est passé.

Le prochain match c'est Marseille. Ça reste toujours un choc même face à cet OM là qui est un peu en difficulté ?

Marseille dernier du championnat, je pense que ça reste un choc. C'est un choc des supporters, un choc historique.

C'est une équipe qui te tient à cœur car tu es Marseillais !

À chaque fois que je joue contre l'OM c'est particulier mais c'est la 6e ou 7e fois que je les affronte donc ça ne fait plus grand chose.

Ça faisait un bout de temps que tu ne jouais pas. Ça commençait à peser ?

(Il coupe) Pas que ne je jouais pas : que je n'ai pas démarré titulaire ! Oui ça commence à peser. Tous les jours j'essaie de m'entraîner bien au quotidien. Le peu de temps de jeu que j'ai eu sur les fins de matches, j'ai essayé d'être concerné. Je ne suis pas venu pour être sur le banc mais c'est à moi d'afficher un niveau de jeu performant.