Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football DOSSIER : Coupe du monde féminine de football 2019

"C'était merveilleux" : ces petites footballeuses mosellanes ont vu France-Corée du Sud au Parc des Princes

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Lou, Fantine et Zoé, qui jouent en U13 au RS Magny, ont eu la chance de faire partie des quelque 45.000 spectateurs qui ont assisté au match d'ouverture du Mondial féminin de football, entre la France et la Corée du Sud. Un match remporté 4-0 par les Bleues, et un souvenir impérissable.

Lou, Fantine et Zoé, qui évoluent en U13 au RS Magny
Lou, Fantine et Zoé, qui évoluent en U13 au RS Magny © Radio France - Magali Fichter

Metz, France

Des petits yeux fatigués, encore quelques traces de bleu blanc rouge sur les joues, et des souvenirs pour la vie. Lou, Fantine et Zoé, qui évoluent en U13 au RS Magny, sont à l'échauffement, ce samedi matin : elles vont disputer un tournoi tout le week-end. Mais elles ont encore un peu la tête dans les étoiles : vendredi soir, elles étaient au Parc des Princes, pour assister à l'entrée magistrale des Bleues dans le Mondial féminin. 

Quatre à zéro ! Lou, petite gardienne de onze ans, ne s'en remet pas : "C'était merveilleux ! On a vu tous les buts, la fin, quand elles ont fait le tour du terrain... C'était extraordinaire." Extraordinaire aussi, l'ambiance dans les tribunes : "Il y avait 45.275 personnes," "45.265", corrige Fantine, milieu offensif de douze ans... et précise, donc.

Les filles "tombent moins, simulent moins et jouent plus collectif" que les garçons

Les trois jeunes filles notent surtout une différence fondamentale entre le jeu des filles et celui des garçons : "Elles tombent moins, simulent moins et jouent plus collectif. Elles essayent d'écarter le jeu, de se faire plein de passes, jusqu'à arriver au but et frapper". Ce qui est, reconnaissons-le, quand même un peu le but du football.

On aurait jamais imaginé un Parc des Princes à guichets fermés il y a dix ans." - Franck Villaume, entraîneur au RS Magny

On connaissait Griezmann, Mbappé, Pavard. Leurs stars à elles s'appellent désormais Wendie Renard, Amandine Henry, Eugénie Le Sommer. Et elles espèrent bien voir une première étoile s'accrocher à leur maillot... tout comme l'entraîneur des U16, Franck Villaume, qui les a accompagnées dans l'aventure : "C'est magnifique. Il y a encore beaucoup de différences dans le traitement entre les garçons et les filles, mais c'est en train d'évoluer. On aurait jamais imaginé un Parc des Princes à guichets fermés il y a dix ans."

Et ça donne des ailes à ses jeunes joueuses : "C'est peut-être le futur de l'équipe de France. On a des gamines de douze ans qui veulent être footballeuses professionnelles, il y a évidemment un apprentissage qui dure des années, mais l'ambition est là, et quand on entend ça, c'est magique".