Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Ces hommes de l'ombre qui ont aussi mis le Stade de Reims dans la lumière

jeudi 3 mai 2018 à 20:20 Par Alexandre Audabram, France Bleu Champagne-Ardenne

Avec David Guion, le staff technique rémois a œuvré au quotidien pour construire ce moment important de l'histoire du club. A quelques jours de la fin de la saison, les quatre proches adjoints de l'entraîneur rémois sont revenus ensemble sur cette aventure exceptionnelle.

De gauche à droite, Laurent Bessière (responsable de la performance), Christophe Raymond (entraîneur-adjoint), Stéphane Dumont (entraîneur-adjoint), Sébastien Hamel (entraîneur des gardiens).
De gauche à droite, Laurent Bessière (responsable de la performance), Christophe Raymond (entraîneur-adjoint), Stéphane Dumont (entraîneur-adjoint), Sébastien Hamel (entraîneur des gardiens). © Radio France - Alexandre Audabram

Reims, France

C'est une équipe dans l'équipe. Une équipe de techniciens du football qui a accompagné l'entraîneur rémois David GUION dans ce projet si bien réalisé. De l'entraîneur-adjoint aux kinés, en passant par les préparateurs physiques, tous ont porté leur pierre à l'édifice, chacun dans son domaine de prédilection. Arrivé de Lille où il entraînait l'équipe des U19, Stéphane DUMONT a le rôle de première adjoint. A ses côtés, Christophe RAYMOND qui encadrait également les jeunes U17 mais au RC Lens avant d'arriver à Reims en juin dernier. Sébastien HAMEL, entraîneur des gardiens depuis 4 ans, a lui assuré l'encadrement des trois gardiens professionnels qui ont tous joué cette saison. Au club depuis 6 ans, Laurent BESSIERE a lui poursuivi son travail unanimement reconnu de responsable de la performance, avec son adjoint Ghislain DUBOIS. Quentin HEQUET, transfuge de Sochaux, a lui apporté son expertise en matière d'analyse video. Joël TREBERN est lui intervenu ponctuellement pour apporter un soutien mental aux joueurs. Enfin les kinés Loïc SCHWARTZ, Maxime PATAT et Stéphane FERREIRA, avec le docteur Bernard GONZALES, ont assuré le suivi médical des joueurs. Sans oublier le responsable de la logistique, Olivier DEUDON et le fidèle intendant, Vincent DOS SANTOS. Cette équipe de l'ombre a aussi permis à la formation rémoise de briller dans la lumière dans une osmose rarement vécue au sein du club.  Avant le match face à Valenciennes et à quelques jours de la fin de cet exercice 2017-2018, le staff technique revient sur cette saison de tous les exploits.

Comment avez-vous vécu cette saison exceptionnelle ?

Stéphane DUMONT : On la vécu de manière exceptionnelle aussi. On a une vision assez différente que celle des joueurs, c'est logique, on est de l'autre côté de la barrière, mais on s'est vraiment régalé tout au long de la saison, à prendre du plaisir au quotidien pour venir travailler. Prendre du plaisir à les faire progresser la semaine et à les voir évoluer le week-end. Prendre du plaisir aussi à gagner des matches.

Christophe RAYMOND : Stéphane a très bien résumé les choses. A titre personnel, j'ai été très agréablement surpris de l'ambiance qu'il régnait dans ce groupe de joueurs de football professionnel tout au long de la saison. Quand ils se revendiquent comme une "famille", c'est exactement çà. C'est vraiment un groupe de mecs sympas qui se bougent les uns pour les autres, et pas chacun pour soi et c'est ce qui a fait la différence. 

Laurent BESSIERE : Je termine ma sixième saison, et oui, c'était la plus agréable à vivre tout au long de l'année. Et quand je fais un retour en arrière, je me souviens de cette préparation d'avant saison et la fluidité qu'il y a eu. Dans le travail, dans la gestion, dans les prises de décisions, dans les questionnements, dans tous ces domaines, on a été fluides, et dans les discussions, tout paraissait facile en fait. Le vestiaire était impressionnant de maturité. Il y a des joueurs qui avaient un statut, et tous les statuts ont été acceptés par tous. Et surtout, tous les joueurs avaient leur place dans le vestiaire, aucun joueur n'a été oublié. Donc il y avait un équilibre qui a créé cette ambiance. Et dans le sport collectif avec les problèmes d'individualisme que l'on a parfois, il faut savoir créer des dynamiques. Et les dynamiques, bonnes ou mauvaises, cela créé une inertie qu'il est très difficile à arrêter. 

Ce sont eux qui ont construit leur ambiance

Sébastien HAMEL : C'était une saison très enrichissante et très agréable parce que l'on n'a pas eu d'accrocs. Avec des nouvelles têtes que l'on a appris à connaître et qui ont apporté leur œil de techniciens comme Stephane (Dumont), Christophe (Raymond), Quentin (Hequet) et même David (Guion) que l'on ne connaissait pas d'aussi proche que çà. Et chacun a pu s'exprimer et apporter son potentiel. 

A quel moment avez-vous senti qu'il se passait quelque-chose et que cette équipe pouvait aller loin ?

Stéphane DUMONT : Le démarrage a été parfait ce qui nous a aidé à lancer la saison. Et on a pu s'appuyer là-dessus. Après c'est sur qu'à la trêve hivernale après le match face à Valenciennes, avec l'avance que l'on avait sur nos poursuivants, on s'est dit que si on enchaînait bien à la reprise, cela pouvait bien se goupiller. C'est à ce moment là, notamment quand on a enchaîné les trois victoires en une semaine à la reprise (face à  Orléans, Tours et Bourg-Perronas), que l'on s'est dit que même avec la coupure hivernale, on a réussi à trouver les leviers nécessaires pour continuer. 

Christophe RAYMOND : On peut aussi remonter au stage de début de saison au Touquet. Les joueurs ont eu une soirée "off" où ils sont sortis tous ensemble, ils s'attendaient tous ensemble pour se donner rendez-vous et personne n'a été mis à l'écart, çà c'est vraiment un signe révélateur de ce qui allait se passer par la suite. Ce sont eux qui ont construit leur ambiance. J'ai aussi ressenti chez certains un sentiment de mal-être par rapport à la saison dernière et ils avaient à coeur de prouver des choses avec des têtes nouvelles, un management différent, et on a senti qu'ils se sont appuyés sur nous, personnellement j'ai ressenti cela comme un besoin de leur donner une aide individuelle. Alors vis à vis de nous, ce ne sont pas des copains, mais on a eu des relations privilégiées avec eux.

Plus personnellement, comment avez-vous vécu cette saison, notamment votre relation et votre fonctionnement dans le travail avec David Guion ?

Stéphane DUMONT : C'est une relation qui marche sur la confiance où chacun sait ce qu'il a à faire. On a la chance d'avoir un coach qui nous responsabilise beaucoup, autant les joueurs que nous le staff et on a réussi à trouver les bons ingrédients à mettre au quotidien et à l'aider et aider les joueurs à être performants le week-end. Après ce sont les joueurs qui jouent les matches, ce sont eux qui ont trouvé les solutions, qui ont marqué les buts, qui ont essayé de ne pas en encaisser et nous on a essayé de les aider et de les mettre en confiance.  La vérité reste sur le terrain et cette confiance qu'on leur a donné, ils l'ont ressenti. Ils ont été à l'écoute et nous, on a été à leur écoute pour que chacun se sente bien dans son environnement et après ils ont fait le job sur le terrain. La confiance, elle est également importante dans la vie de tous les jours et c'est ce qui a permis à chacun de donner le meilleur de lui-même. Et comme il y a plein de gens compétents au Stade de Reims, joueurs, staff, dirigeants et tous ceux qui travaillent au club, quand on additionne tout, on a ce résultat.

Christophe RAYMOND : Les choses étaient très claires dès le début. La gestion de l'équipe et du collectif, c'est David et Stéphane. Moi j'avais plus un rôle dans l'individualisation du travail chez les jeunes et les plus anciens. A travers des montages videos, des analyses de match ou des discussions formelles ou informelles. C'était beaucoup d'aide technique et pour une première expérience c'était riche, j'ai appris beaucoup de choses cette année. 

Chacun avait son rôle 

Avez-vous déjà connu une telle ambiance dans un collectif ?

Christophe RAYMOND : Non jamais, même quand j'étais joueur. Et pour des joueurs professionnels, moi cela m'a agréablement surpris. Ils sont capables de déconner à 5 minutes de l'entraînement et quand Stéphane (Dumont) ou le coach ont décidé que ça commençait, c'est terminé. Ils ont eu cette faculté a profiter des bons moments et à passer à autre chose et dès que c'est sérieux, ils ont un investissement dans le travail remarquable. 

Est-ce que cet état d'esprit et cette ambiance ont permis d'améliorer la performance au quotidien ?

Laurent BESSIERE : Oui mais c'est aussi un travail d'équipe pour le staff. Chacun avait son rôle, sa place, et çà c'est quelque chose de très précieux. Surtout dans les discussions. Au niveau des blessures, on en a eu légèrement plus que la saison dernière. Mais c'est comme le reste, elles étaient mieux vécues et on pouvait avoir un joueur blessé, celui qui le remplaçait était performant derrière parce qu'il avait bien travaillé mais aussi parce qu'il avait sa place dans le vestiaire et il se sentait bien dans l'équipe. Ce que je constate depuis 6 ans maintenant, c'est qu'il n'y a pas pire pour un joueur de s'écarter du groupe et de s'éloigner du projet collectif, parce qu'il perd du temps. Et le jour où il revient, où il est appelé, il n'a pas mis toutes les cartes de son côté pour assumer son poste. Et là cette saison, la dynamique était tellement bonne que le joueur donnait le maximum aux entraînements pour revenir, il était pris en charge par les différents membres du staff, et à la sortie, il était performant. Et puis je soulignerais aussi l'apport de notre préparateur mental, Joël Trébern, il a emmené sa pierre à l'édifice et il a créé cette cohésion d'entrée. Il a emmené cette confiance avec les joueurs, mais il a aussi beaucoup apporté au staff. En fait c'était une chaîne. Quel était le maillon le plus fort de la chaîne ? c'est difficile de le savoir. En revanche, si on enlevait une maillon, ça pouvait dérailler. Donc tous les facteurs de la performance étaient nécessaires. Et c'était une remise en question permanente du staff aussi. 

On a aussi senti cette bonne ambiance autour du poste particulier de gardien de but...

Sébastien HAMEL : C'est ma plus grande fierté mais c'est un travail qui avait déjà été mis en place la saison dernière. Que ce soit Edouard (Mendy), Johann (Carrasso) et Nicolas (Lemaître), je suis déjà fier des hommes qu'ils sont et de l'état d'esprit qu'ils mettent. On marche vraiment la main dans la main, à chaque fois on a pu voir que Nicolas à joué, il a été performant, Johann aussi. Edouard est performant parce que les deux autres font ce qu'il faut pour qu'il le soit. Donc c'est avant tout cet état d'esprit qui me rend le plus fier. 

Parce que la concurrence entre les gardiens était clairement établi dès le début de la saison...

Sébastien HAMEL : Oui mais chaque joueur s'est senti concerné et a répondu présent quand on a fait appel à lui. A l'image des gardiens de but, c'est ce qu'il s'est passé dans l'ensemble du vestiaire. 

Vous avez tous évoqué une belle aventure sportive et une belle aventure humaine, cela va être difficile maintenant de partir en vacances...

Sébastien HAMEL : Les vacances vont faire du bien parce que c'est long une saison même si celle là s'est très bien passée, mais prendre de bonnes vacances, c'est important. Par contre, plus la reprise va approcher, plus on sera impatient de reprendre et de se retrouver. 

   - Aucun(e)
-

Gardiens : Johann CARRASSO, Edouard MENDY.
Défenseurs : Yunis ABDELHAMID, Samuel BOUHOURS, Axel DISASI, Hassane KAMARA, Romain METANIRE.
Milieux : Xavier CHAVALERIN, Danilson DA CRUZ, Marvin MARTIN, Nolan MBEMBA, Aly NDOM, Diego RIGONATO.
Attaquants : Pablo CHAVARRIA, Grejohn KYEI, Anatole NGAMUKOL, Rémi OUDIN, Theoson-Jordan SIEBATCHEU.

Absents : Julian JEANVIER (genou), Youssouf KONE (genou), Moussa BANA (choix), Patrick BAHANACK (choix), Grégory BERTHIER (choix), Mathieu CAFARO (choix), Hendrick CAKIN (choix), Nicolas LEMAÎTRE (choix), Virgile PIECHOCKI (choix), Yohan ROCHE (choix), Lenny VALLIER (choix).

   - Aucun(e)
-
   - Aucun(e)
-