Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Champion de demain : Maxime Pélican, football

lundi 6 juillet 2015 à 9:00 Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon

Un vrai apprenti champion : Maxime Pélican a quitté le cocon sallanquais à 14 ans pour intégrer le centre de formation de Toulouse. EN 2015, il a été sacré champion de France avec son club et surtout champion d'Europe avec les Bleuets. Sur une terre de rugby, un futur champion du ballon rond est-il né ?

Maxime Pélican, footballeur catalan et champion d'Europe avec les Bleuets
Maxime Pélican, footballeur catalan et champion d'Europe avec les Bleuets © Radio France - Cyrille Manière

Se la raconter ? C'est pas le style chez les Pélican, n'en déplaise aux "anti-footeux" et leurs idées préconçues. C'est même tout l'inverse, Maxime Pélican, épaulé par son papa, aurait tendance à être dominé par la timidité .

Presque gêné, il raconte sa réussite. Avec fierté, il évoque ses racines et surtout il perd toute timidité quand il faut remercier les personnes qui l'ont aidé dans son parcours sportif et scolaire.

De Las Cobas au titre de champion d'Europe, Maxime Pélican fait son chemin mais il est bien sûr loin d'être terminé. Un manchot qui triomphe en terre de rugby, le symbole serait beau.

Son parcours

"Tout petit j'avais toujours un ballon de foot avec moi. " Une carrière toute tracée . Son papa rajoute même : "Il était doué dans tous les sports, même quand il s'est mis au rugby ou au tennis. " Maxime Pélican prend très rapidement le chemin des terrains de foot à Las Cobas, à quatre ans. La famille, cerdane d'origine, de Villeneuve les Escaldes, s'installe à Villelongue-de-la-Salanque.

Maxime pélican : \"merci aux gens qui m'ont aidé\"

Maxime Pélican jouera successivement pour Saleilles puis à Canet. A 14 ans, les recruteurs de Toulouse le remarquent : "Il y avait d'autres clubs aussi, mais j'ai fait les tests avec le TFC et visiblement l'entraîneur m'a beaucoup aimé et donc j'ai rejoint le centre de formation. "

Maxime Pélican, footballeur catalan du Toulouse FC - Radio France
Maxime Pélican, footballeur catalan du Toulouse FC © Radio France

Dans le grand bain à 15 ans

La vie d'adolescent de Maxime Pélican n'a forcément rien de commun. En cours le matin et sur le terrain l'après-midi . "Au début c'était dur, j'étais coupé de ma famille. Mais heureusement Toulouse n'est pas loin des PO, on peut se voir régulièrement."  Le regard de Pierre, le père, est rempli de fierté à chaque fois qu'il parle de son jeune champion : "Il sait qu'on est là pour lui de toutes façons. Parfois on s'appelle deux fois par jour. On monte tous les week-ends le voir jouer et le voir dès qu'on peut".

Rigueur, discipline, performance . Ces mots-là font partie du quotidien du jeune Catalano-toulousain : "C'est très droit, on n'a pas beaucoup d'heures de sortie, on est plus souvent sur le terrain ou dans les chambres pour se reposer. Le club suit de très près notre attitude à l'école, si on a des mauvaises notes ou si on râte un cours, les responsables du centre de formation sont immédiatement prévenus et on peut avoir des sanctions."

S'il prend un peu de temps pour faire les boutiques et se détendre, Maxime multiplie les voyages en Corse, à Marseille, à Bordeaux,... Pour atteindre le titre de champion de France avec les Toulousains, il a fallu se déplacer et voir du pays. "Ma famille, mes amis proches me manquent, bien sûr, mais il faut en passer par là pour réussir et depuis tout petit je veux devenir professionnel."

Euro U17 : les Bleuets deviennent champions d'Europe. - Maxppp
Euro U17 : les Bleuets deviennent champions d'Europe. © Maxppp

Champion d'Europe

Maxime Pélican a connu ce grand bonheur en mai dernier. Il noubliera pas son pénalty décisif en demi-finale contre la Belgique. Cette compétition, les Bleuets ne l'avaient plus gagnée depuis 2004 avec la génération de Karim Benzema.

En finale, Maxime Pélican et ses coéquipiers battent l'Allemagne 4 à 1 : "Je pense qu'on a marqué l'histoire, c'est un souvenir gravé à vie en moi, on avait un super groupe ".  Les fourmis dans les jambes, il est rentré en cours de jeu lors de la finale et a disputé les vingt dernières minutes qui ont mené au titre . "L'entraîneur était persuadé qu'on pouvait aller au bout et on l'a fait."  Des images plein la tête, des souvenirs pour toujours. Maxime Pélican et les Bleuets ont fait parler d'eux, il faut dire que leur gardien est si peu anonyme : Lucas Zidane (fils de).

L'avenir

Maxime Pélican a conscience que le plus dur commence. La suite du chemin qui doit le mener vers le professionalisme est semée d'embûches. Pas de projections pour lui sur les clubs ou les pays où il aimerait jouer. L'avenir proche c'est déjà la Coupe du monde au Chili l'automne prochain avec l'équipe championne d'Europe. Si Maxime fait partie de la sélection, son père espère faire le voyage. Les choses se précipitent, les agents frappent à la porte mais pas question de tomber là-dedans pour l'instant.

L'avenir encore plus proche, c'est le retour à Toulouse, bientôt, mais juste après s'etre ressourcé en pays catalan, auprès des siens, dans le cocon familial et amical.

> Pour suivre toute l'actualité de Maxime Pélican, rendez-vous sur sa page facebook

A lire aussi : > Les champions catalans de demain (dossier)

Champion de Demain : Maxime Pélican. Reportage France Bleu Roussillon de Cyrille Manière