Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Claude Robin, nouvel entraîneur de l'US Orléans : "le National, ça va être une belle galère"

-
Par , France Bleu Orléans

Le nouvel entraîneur de l'US Orléans, Claude Robin, a tenu sa première conférence de presse ce jeudi, aux côtés du président Philippe Boutron. "Ce n'est pas parce que je suis monté cette saison [avec Dunkerque] que je vais forcément monter l'an prochain", prévient le coach.

Claude Robin, nouvel entraîneur de l'US Orléans
Claude Robin, nouvel entraîneur de l'US Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

Le nouvel entraîneur de l'US Orléans, Claude Robin, a tenu une première conférence de presse, ce jeudi après-midi au stade de la Source à Orléans, aux côtés du président Philippe Boutron. L'objectif assigné est clair : "remonter en Ligue 2 d'ici deux ans".

L'amertume de Claude Robin

A 59 ans, Claude Robin était sur le banc de Dunkerque depuis deux ans, un club qu'il a fait monter du championnat de National à la Ligue 2 cette saison, mais qui ne l'a pas conservé : " je n'ai pas d'esprit de revanche, mais si je vous disais que je ne suis pas amer, je serais un menteur. J'ai du mal à digérer ce qu'a fait Dunkerque, je pense que je méritais de poursuivre en Ligue 2 là-bas".

Très content d'être dans cette famille orléanaise"

Le technicien, passé par Troyes ("pendant dix ans"), le Red Star, et donc Dunkerque, explique avoir "foncé dans le projet orléanais" dès que le président Boutron l'a contacté. "Je suis très content d'être dans cette famille orléanaise (...). Ce club a l'air de me ressembler, il a l'air sain, avec des gens sains". Et Claude Robin rappelle que l'USO est "un club pro, avec un vécu, une histoire en pro".

De très bonnes conditions pour travailler"

Arrivé ce jeudi à Orléans, club où il était venu "il y a de nombreuses années pour rencontrer un jeune joueur", Claude Robin estime qu'il y a ici "des conditions très bonnes pour bien travailler, il y a le centre de formation en plus. Ça n'a rien de comparable avec Dunkerque, là-bas, le club, c’est des bungalows..."

Philippe Boutron, président (à gauche), et Claude Robin, entraîneur de l'US Orléans, le 4 juin 2020
Philippe Boutron, président (à gauche), et Claude Robin, entraîneur de l'US Orléans, le 4 juin 2020 © Radio France - Antoine Denéchère

Claude Robin, qui arrive avec un adjoint, jusque-là au LOSC (Lille, en Ligue 1), Pierrick Mottet ("il ne sera pas mon principal adjoint, mais sera complémentaire des autres", déjà en place), dit clairement se préparer à une saison en National : "il n'y a pas de doute là-dessus", répond-il, interrogé sur le recours déposé par l'US Orléans pour contester sa relégation. Claude Robin appelle d'ailleurs à "vite oublier le passé et à ne pas s'apitoyer sur cette descente. Il va falloir fédérer un groupe, la valeur collective, c'est ma philosophie"

Le National, une belle galère"

Et Claude Robin, recruté parce qu'il connaît bien ce championnat (dixit le président Boutron), prévient les joueurs : "le National, c'est un championnat extrêmement difficile, ça va être une belle galère. Celui qui n'est pas descendu de son nuage [de la Ligue 2] ne va pas comprendre". Le technicien ajoute ne vouloir garder dans l'effectif que des joueurs qui ont envie d'être dans ce club : "je ne veux pas garder ceux qui veulent partir". Et Claude Robin ajoute : "ce n'est pas parce que je suis monter cette année que je vais forcément monter la saison prochaine".

Quel groupe la saison prochaine ?

Pour le moment, le groupe est constitué de vingt-et-un joueurs sous contrat la saison prochaine, explique le président Boutron. Y aura-t-il des départs ? On pense à des joueurs comme Maxime D'Arpino ou Alioune Ba. "Pour le moment, aucun ne m'a dit qu'il voulait partir, mais on verra". En tout cas, Claude Robin, aux côtés de son nouveau président l'a dit : il compte bien recruter quelques joueurs, construire une équipe, "c'est un gros chantier".

Aucun recrutement n'a été annoncé, ce jeudi par le président orléanais, qui a expliqué qu'il devait d'abord se séparer de joueurs avant d'imaginer en faire venir d'autres. A la question de l'arrivée éventuelle d'un directeur sportif, Philippe Boutron répond clairement : "non, il n'y en aura pas". Le recrutement sera donc assuré par le staff, en lien avec les deux recruteurs de l'USO, le président et le directeur administratif du club Boris Luce.

Pourquoi ne pas avoir gardé "les anciens" Renault, Cambon, PInaud ?

Rappelons que huit joueurs en fin de contrat ne sont pas conservés par l'USO, notamment les piliers des dernières saisons, Gauthier Pinaud, capitaine, Cédric Cambon, et Thomas Renault, l'emblématique gardien de buts de 36 ans, qui souhaitait rester lui aussi et se disait prêt à faire des efforts salariaux importants. "Je reconnais tout ce qu'il a apporté au club", explique Philippe Boutron à propos de Thomas Renault, "mais dans la vie, il y a les sentiments et il y a la réalité. Je ne vais pas prendre un salarié de plus que je ne peux pas payer".

Passage devant la DNCG le 2 juillet

Concernant le calendrier à venir de l'USO, le président Boutron, qui a réglé ses comptes au passages avec son ex entraîneur Didier Ollé-Nicolle ("il a passé la trêve avant la saison dernière à essayer de surfer sur sa bonne saison à l'US Orléans pour se vendre auprès de clubs de Ligue 2 plus prestigieux, ça n'a pas abouti, et il est revenu en début de saison, contraint et forcé, en concentrant son énergie sur le conflit interne avec Anthar Yahia", alors manager général), explique que le club doit déposer son projet de budget à la DNCG avant le 15 juin, puis sera auditionné par le gendarme du foot français le 2 juillet. La reprise de l'entraînement, elle, est fixée au 29 juin, pour un championnat censé reprendre fin août.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess