Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Football

Clovis Gonel, FC Rouen : "La montée en National 2 ? Ce ne serait qu'une étape"

Défenseur du FC Rouen, Clovis Gonel était l'invité de Bienvenue au club, ce mardi, sur France Bleu Normandie. Suspendu, en ce moment, le jeune homme de 24 ans a évoqué sa suspension, la fin de saison, ou encore la montée qui se profile pour lui et ses partenaires, leaders de National 3.

Clovis Gonel (au milieu) est revenu au FCR l'été dernier
Clovis Gonel (au milieu) est revenu au FCR l'été dernier - Morvan - FC Rouen

Rouen - France

La montée en National 2 tend désormais les bras au FC Rouen, actuel leader de National 3. Les rouennais viennent d'empocher une nouvelle victoire, en battant facilement la réserve de QRM (3-0), le grand rival. A quatre journée de la fin, plus un match en retard face au SM Caen, et alors que les diables rouges ont parfois connu l'enfer ces dernières années, les hommes de David Giguel sont maintenant aux portes du paradis. 

ENTRETIEN avec Clovis Gonel, défenseur - Bienvenue au club : saumon avocat ice x 2, thon avocat ice, nouilles sautées au léumes, soupe miso, nems poulet 

BQ : Vous n'avez pas joué le match contre QRM, car vous êtes suspendu. Mais vous avez assisté à la partie depuis la tribune au coeur des supporters et du kop rouennais. C'était comment ? 

CG : J'avais reçu plusieurs messages, les supporters m'invitaient à les rejoindre. J'y suis allé et j'ai passé une bonne deuxième mi-temps, avec eux. 

BQ : De l'intérieur, c'est fort ? 

CG : On se met dans la peau d'un supporter et on se rend compte qu'ils chantent vraiment fort. C'est impressionnant de voir l'engouement autour de nous. Quand on est pris dedans, on chante, forcément. 

BQ : Le président de QRM en a pris pour son grade au travers des chants, en fin de match. Vous n'avez quand même pas chanté, si ? 

CG : (sourire) Non, je suis resté à ma place, je suis resté sage. 

BQ : Sacré décalage entre le FCR et QRM en terme d'ambiance, n'est-ce pas ? 

C'est vrai que tout était réuni : le soleil, la pelouse bien verte, le derby, du monde. Et même du jeu, du beau jeu. C'était sympa à voir avec les supporters. 

BQ : Vous êtes encore suspendu pour la réception du SM Caen, ce weekend : vous rejouerez quand ? 

CG : Il me reste encore deux matchs à purger. On verra sur quel match je reviendrai. 

BQ : Qu'est ce qui pourrait empêcher le FCR de monter ? 

Je ne vois pas. Peut-être un excès de confiance sur les dernières journées. Mais, si on regarde la saison qu'on a fait, je ne vois pas pourquoi on s'écroulerait sur les cinq derniers matchs. Si on reste concentrés comme on l'a fait cette saison, il n'y aura pas de soucis. 

BQ : Votre absence pourrait-elle peser ? 

CG : Non. On a un bon groupe, de vingt joueurs. Chaque absence est compensée par un collègue. Ils ont fait le taf, et ça fait plaisir à voir. 

BQ : Vous avez pris quatre matchs de suspension : comment jugez vous cette suspension ? 

Je la juge injuste, mais c'est leur décision. Je ne vais pas revenir là-dessus, j'en ai déjà beaucoup parlé. Je prends mon mal en patience, mais ça arrive au mauvais moment. J'aurais préféré que ça arrive en début de saison, plutôt que maintenant. Avant ma suspension, j'étais un des joueurs de champ les plus utilisés. J'en ai vu d'autres. Le plus important, c'est qu'on accède à la N2. 

BQ : En 2016, vous aviez été suspendu 10 mois pour une bagarre à laquelle vous avez toujours affirmé n'avoir jamais pris part. Pensez-vous que cet épisode a joué dans la nouvelle décision ? Et que vous avez "mauvaise réputation", auprès de la Ligue de Football de Normandie ? 

CG : Non, je ne crois pas que ça a joué. D'ailleurs, ils ont mis la même suspension à un joueur d'Evreux. 

BQ : La montée en National 2, si vous la décrochez, ce sera un aboutissement ou bien une simple étape ? 

CG : Ce ne serait qu'une étape. Le FCR a sa place bien plus haut que la N2. On le voit avec les supporters et le stade. Peut-être que ce sera sur le long terme, mais j'espère voir le FCR le plus haut possible, et avec moi le plus longtemps possible. 

BQ : Vous serez forcément rouennais la saison prochaine ? 

CG : Oui, 100% rouennais. Je l'espère, en tous cas. 

BQ : Votre coach pointe parfois, et sans mâcher ses mots, la différence de traitement entre le FCR et QRM ? Un meilleur équilibre pourrait-il être trouvé, en cas de montée du FCR et si QRM reste en N1 ? 

CG : Cela peut se rééquilibrer. Les cartes peuvent être redistribuées. On verra. Aujourd'hui, c'est compliqué. La semaine, on n'a pas de terrain fixe. Pendant des années, on allait dans des bungalows, pendant que QRM était bien au chaud dans Diochon. Je trouve cela regrettable, mais bon, ce n'est pas nous qui décidons.