Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les footballeurs professionnels testés avant une reprise de la Ligue 2 ?

-
Par , France Bleu Berry

La Ligue de football professionnel envisage de tester les joueurs de Ligue 1 et de Ligue 2 pour détecter les positifs au Covid-19. Cela permettrait d'accélérer la reprise du championnat.

Pour le président délégué de la Berri, Bruno Allègre, il est aussi important de tester en priorité le personnel soignant
Pour le président délégué de la Berri, Bruno Allègre, il est aussi important de tester en priorité le personnel soignant © Radio France - Jérome COLLIN

Pour sortir du confinement et lutter efficacement contre le Covid-19, la France va multiplier les tests pour détecter les personnes contaminées. Une stratégie que veut également mettre en place la Ligue de football professionnel. La LFP serait favorable à une reprise de la Ligue 1 et de la Ligue 2 le 17 juin, même s'il n'y a rien d'officiel. Elle envisage donc l'achat de 50 000 tests naso-pharyngés pour voir si les joueurs et les membres des staffs techniques sont positifs au Covid-19. En cas de test positif, la personne concernée serait mise à l'écart du groupe professionnel. Cela permettrait d'accélérer la reprise dans des conditions sanitaires satisfaisantes.

Bruno Allègre (Président de la Berri ) : "Je pense qu'il est aussi important de tester en priorité le personnel soignant"

L'idée est de faire un achat groupé pour que les clubs professionnels soit traités de la même manière. Cela laisse dubitatif Bruno Allègre, le président délégué de la Berrichonne football. "Premièrement, ces tests ne sont apparemment pas très fiables mais le fait qu'ils ne soient pas fiables c'est une chose mais c'est surtout le fait qu'il en manque en France", réagit Bruno Allègre sur France Bleu Berry.

"Deuxièmement, je pense qu'il est aussi important de tester en priorité le personnel soignant. Toutes ces personnes qui sont au cœur du dispositif. Donc j'ai beaucoup d'interrogations sur la faisabilité des choses. La théorie, c'est bien. Mais la pratique est importante et j'aimerais avoir plus d'informations là-dessus", ajoute le président délégué de la Berri.

Il y a évidemment derrière tout ça une histoire de gros sous et la question des droits télévisés. Même si Canal + a fait un premier pas ce vendredi en annonçant le versement de 43 millions d'euros pour les matchs de Ligue et Ligue 2 déjà diffusés avant l'interruption de la saison.

"Celui qui décide c'est le virus donc la priorité pour moi c'est le sanitaire ensuite on pourra se mettre autour d'une table pour discuter." Bruno Allègre (Président Délégué de la Berri.

Mais l'épidémie de Covid-19 est malheureusement toujours là. Elle reste particulièrement meurtrière dans notre pays, rappelle Bruno Allègre. La reprise du championnat ne doit pas être précipitée. Un joueur de Montpellier est hospitalisé en réanimation pour suspicion de coronavirus. Il faut donc avant tout se préoccuper de la santé de tous. "J'imagine les interrogations, les douleurs des proches de ce joueur comme les douleurs au quotidien aussi pour ceux qui sont touchés par ce virus", explique le président délégué de la Berri.

"Celui qui décide c'est le virus. Donc la priorité pour moi c'est le sanitaire. Ensuite on pourra se mettre autour d'une table pour discuter. Si nous reprenons le championnat, cela veut dire que c'est synonyme de garantie et de bonne santé", insiste Bruno Allègre.Avant de parler d'une éventuelle reprise, le déconfinement devrait avoir lieu le lundi 11 mai prochain et les modalités seront détaillées prochainement par Edouard Philippe le Premier Ministre. Ce sera ensuite à la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu, de donner ou non son feu vert pour la reprise de l'entraînement et de la compétition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess